beauty2 heart-circle sports-fitness food-nutrition herbs-supplements
Bien-être

Nourrir son cerveau

18 août 2017

La nutrition est une solution aux pertes de mémoire et favorise les fonctions cérébrales.

Sommes-nous condamnés à perdre la mémoire et à voir nos fonctions cérébrales diminuer avec l’âge ? C’est ce que s’entendent dire de nombreuses personnes ayant la quarantaine et la cinquantaine ou même des personnes plus âgées et on leur explique qu’il n’y a rien à faire pour empêcher cela. Est-ce vrai ? Bien sûr que non ! 

Les cellules cérébrales sont les cellules les plus complexes, les plus durables et les plus exigeantes sur le plan nutritionnel. Des études ont montré que l'intelligence, la mémoire, le comportement et la concentration sont tous influencés par la nutrition. Jeunes ou vieux, notre nutrition joue un rôle essentiel pour déterminer la façon dont notre cerveau fonctionne.

Une super nutrition pour la santé mentale

Pour une santé mentale optimale, il faut faire appel à la « super nutrition ». Pour faire simple, une bonne nutrition accroît l’efficacité des fonctions cérébrales. Compte tenu de la fréquence des carences nutritives chez les personnes âgées, il est probable que de nombreux cas de dysfonctionnement des fonctions cérébrales aient une origine nutritionnelle.

 Une étude a été menée au département de neurologie clinique d'Oxford auprès de 156 patients âgés souffrant de déficience cognitive légère et présentant un risque élevé de démence et de maladie d'Alzheimer. Les patients ont été divisés en deux groupes : un groupe a pris un complément quotidien contenant 800 µg d'acide folique, 20 mg de vitamine B6 et 500 µg de vitamine B12, l'autre groupe a pris un placebo. 

Avant et pendant la période de test, les chercheurs ont utilisé l'imagerie par résonance magnétique (IRM) pour mesurer les niveaux d'atrophie de la matière grise dans le cerveau des patients. La matière grise en phase d’atrophie (rétrécissement) est un signe de progression de la maladie d'Alzheimer et d'autres formes de démence. À la fin de l'étude menée sur deux ans, les chercheurs ont constaté que les personnes prenant le complément présentaient une atrophie environ sept fois moindre que celle du groupe prenant le placebo.

L'étude a également révélé que les personnes dont la matière grise diminuait le plus rapidement avaient des niveaux plus élevés d'homocystéine et que celles ayant des taux d'homocystéine plus élevés sont celles qui ont au début le plus bénéficié du complément. Dans leur conclusion, les chercheurs ont déclaré : « Nos résultats montrent que l’apport complémentaire de vitamines B peut ralentir l'atrophie des régions cérébrales jouant un rôle clé dans la maladie d'Alzheimer et responsables du déclin cognitif. » 

En plus de prendre une high potency multiple vitamin and mineral formula pour fournir au cerveau une super nutrition, on peut y ajouter 1 000 à 3 000 mg d'AEP et d’ADH (combinés) trouvables dans une fish oil de qualité. La consommation de ces acides gras oméga-3 en plus grande quantité a des résultats positifs sur l’humeur et les fonctions cérébrales.. 

Si les symptômes de la détérioration mentale sont définitivement présents chez une personne âgée de 50 ans ou plus, on peut envisager de faire appel à la phosphatidylserine (PS) (PS), qui joue un rôle majeur pour assurer l'intégrité et la fluidité des membranes cellulaires du cerveau. Plus d'une douzaine d'études en double aveugle ont montré que la PS peut aider à améliorer les fonctions mentales, l'humeur et le comportement chez les patients atteints de troubles mentaux dégénératifs. Essayez d’en absorber 100 mg trois fois par jour.

Les meilleures nourritures pour le cerveau

D’après des études réalisées sur la population, les principaux facteurs nutritionnels permettant de réduire le risque de démence et de maladie d'Alzheimer sont l’augmentation de la consommation de poisson (et d’acides gras oméga-3), d’acides gras monoinsaturés (principalement l'huile d'olive), la consommation d'alcool légère à modérée (principalement le vin rouge) et de légumes et de fruits non féculents. Il est probable qu'en combinant tous ces aliments vous obteniez un degré de protection optimal. 

Les extraits de bleuets ou de blueberry extracts sont particulièrement efficaces. Lorsqu’on a donné à des rats âgés l'équivalent pour un humain d’une tasse de myrtilles par jour, on a pu observer chez eux des améliorations significatives dans l'apprentissage et les compétences motrices et leurs capacités mentales sont revenues au niveau de celles de rats plus jeunes. Lorsque les cerveaux des rats ont été examinés, on a pu remarquer que les cellules cérébrales de ceux à qui on avait donné des myrtilles communiquaient plus efficacement que celles des rats qui n’en avaient pas eu. Au lieu de manger des myrtilles, vous pouvez consommer des extraits riches en flavonoïdes comme grapeseed ou pine bark extract (100 à 300 mg par jour). 

Les extraits de céleri et de celery seed extracts contiennent un composé chimique nommé 3-n-butylphtalide (3nB) bénéfique pour la santé mentale. Lors d’études menées sur des humains et des animaux, le 3nB a considérablement réduit les difficultés d'apprentissage ainsi que la mémoire spatiale à long terme. Les chercheurs ont conclu en déclarant que le 3nB avait un potentiel préclinique prometteur en tant que médicament multi-cible pour la prévention et / ou le traitement de la maladie d'Alzheimer.

Solutions végétales pour améliorer la santé mentale

L’Ginkgo biloba extractest une solution à base de plantes connue pour stimuler la productivité cerveau. Consommez 60 à 120 mg d'extrait standardisé (c'est-à-dire 24 % d'extrait de ginkgoflavonglycosides) une à deux fois par jour. Ne prenez pas de ginkgo avec des médicaments anticoagulants.

Utilisé traditionnellement par la médecine ayurvédique pour améliorer la mémoire, l'apprentissage et la concentration, le bacopa est également connu pour ses propriétés bénéfiques pour le cerveau. De nouvelles études cliniques l’ont prouvé. Lors d’une étude, 46 volontaires sains (âgés de 18 à 60 ans) ont été divisés en deux groupe, l’un suivant un véritable traitement et l’autre un traitement placebo. Les participants ont reçu 300 mg par jour d'extrait de bacopa. À la fin de cette étude de 12 semaines, on a pu observer une amélioration significative de l'apprentissage verbal, de la mémoire et du traitement des informations dans le groupe ayant reçu du bacopa contrairement au groupe ayant reçu le placebo. 

Qu'est-ce que le DCL ?

Le déficit cognitif léger (DCL) est un trouble médical nouvellement reconnue se situant entre un déclin cognitif normal lié à l'âge et un déclin plus grave dû à la démence. Les personnes atteintes de DCL peuvent avoir des problèmes de mémoire, d’élocution, de réflexion et de jugement qui ne sont en général pas assez graves pour causer des problèmes importants dans leur vie quotidienne et dans les activités habituelles.

Le DCL peut augmenter le risque de développer la maladie d'Alzheimer ou une forme quelconque de démence, mais toutes les personnes atteintes de DCL ne finissent pas atteintes de démence. Étant donné que le DCL n’est diagnostiqué que depuis peu de temps et qu’il touche jusqu'à 42 % des personnes âgées, les entreprises pharmaceutiques élaborent à toute vitesse de nouveaux médicaments pour saisir cette part de marché. Les médicaments contre la maladie d'Alzheimer, connus sous le nom de « nootropiques », sont de plus en plus utilisés contre le DCL. Cependant, en dépit de leur popularité, les médicaments n'ont pas démontré leur efficacité. Pire encore, ces médicaments peuvent causer d’importants effets secondaires. Un médicament de ce type, la tacrine (Cognex), a déjà été retiré du marché.

Référence :

Douaud G, Refsum H, de Jager CA, Jacoby R, Nichols TE, Smith SM, Smith AD. Preventing Alzheimer’s disease-related gray matter atrophy by B-vitamin treatment. Proc Natl Acad Sci U S A. 2013 Jun 4;110(23):9523-8.

Articles Associés

Tout afficher

Bien-être

Les meilleurs compléments pour tomber enceinte

Bien-être

Souffrez-vous d'une carence en ces vitamines liposolubles ?

Bien-être

Un guide rapide sur le CLA (acide linoléique conjugué)