beauty2 heart-circle sports-fitness food-nutrition herbs-supplements
Troubles

La puissance cérébrale

26 avril 2017

Comment  protéger le cerveau contre la perte de mémoire et la maladie d'Alzheimer

La perte de mémoire et la diminution de la puissance cérébrale sont-elles inévitables à mesure que nous vieillissons ? Beaucoup de quadragénaire, quinquagénaires et au-delà entendent dire que ça l'est et qu'il n'y a rien que l'on puisse y faire. Ce n'est pas vrai. Certaines mesures peuvent être prises pour non seulement arrêter la perte de mémoire, mais aussi pour l'inverser. Bien sûr, de nombreux facteurs autres que le vieillissement causent les problèmes de mémoire. Il s'agit notamment de la dépression, de certains médicaments, des accidents vasculaires cérébraux, des traumatismes crâniens, de l'alcoolisme et de la démence (problèmes graves de la mémoire et de la pensée, comme la maladie d'Alzheimer).

Alimentez votre cerveau, affûtez votre esprit

Il existe des preuves irréfutables indiquant que les régimes riches en antioxydants comme les vitamines C et E empêchent la perte de mémoire liée à l'âge et d'autres maladies cérébrales dégénératives. Il est très important de suivre un régime riche en légumes à feuilles vertes ; en légumes très colorés comme les carottes, les ignames et les courges ; et en fruits riches en flavonoïdes tels que les agrumes, les baies et les cerises, tout en évitant la consommation d'acides gras trans, les aliments frits, ainsi que les charcuteries, les aliments fumés et les aliments vides. De nombreuses études ont montré que la fonction cérébrale est directement liée au statut nutritionnel. Étant donné la fréquence des carences nutritives dans la population âgée, il est probable que de nombreux cas de diminution de la fonction mentale peuvent avoir une cause nutritionnelle.

Suppléments nutritifs pour protéger votre cerveau

En plus d'une alimentation saine, d'un multivitamines / multiminéraux et de 1000 mg d'acide eicosapentaénoïque (AEP) (eicosapentaenoic acid) et d'acide docosahexaénoïque (DHA) (docosahexaenoic acid) (combinés) provenant d'une huile de poisson de qualité, je recommande de prendre la coenzyme Q10 avec la pyrroloquinoline quinone (PQQ), la phosphatidylsérine et la curcumine (si certains symptômes de détérioration mentale apparaissent chez une personne âgée de 50 ans ou plus). Voici une brève description de chacun de ces suppléments importants pour la protection du cerveau :

  • La coenzyme Q10 (CoQ10) : Bien que le corps fabrique lui-même une partie de la CoQ10 dont il a besoin, une recherche sérieuse a montré les avantages non négligeables obtenus grâce à la supplémentation, en particulier chez les personnes atteintes de maladies cardiaques, y compris ceux ayant des taux de cholestérol élevés ou faisant de l'hypertension, ou ceux qui prennent des médicaments hypocholestérolémiants. Des études récentes indiquent que les niveaux de CoQ10 sont significativement plus faibles dans les mitochondries chez les personnes souffrant de maladies cérébrales dégénératives. Pour les doses de supplémentation, prenez 100 à 200 mg de CoQ10 par jour dans une base d'huile de son de riz dans une capsule en gel mou. Pour optimiser les capacités de votre mémoire, la CoQ10 offre de meilleurs résultats si elle est prise avec la PQQ. Elle exerce un effet synergique avec la CoQ10 et elle est vitale pour la fonction des mitochondries. Tout comme la CoQ10, la PQQ protège les cellules cérébrales des dommages. Les études menées sur les animaux et l'homme ont démontré son effet réparateur de la mémoire et son activité antioxydante est d'environ 5000 fois l'effet de la vitamine C. Le dosage recommandé pour la PQQ est de 20 mg par jour.
  • La phosphatidylsérine (PS)  est un nutriment essentiel pour toute personne souffrant de la maladie d'Alzheimer (AD), de la maladie de Parkinson (PD), ou d'une déficience mentale. De faibles niveaux de phosphatidylsérine dans le cerveau sont associés à la déficience mentale et la dépression chez les personnes âgées. Plus d'une douzaine d'études en double aveugle ont démontré que la phosphatidylsérine améliore la fonction mentale, l'humeur et le comportement chez les patients atteints de maladies cérébrales dégénératives. La dose recommandée est de 100 mg trois fois par jour.
  • La curcumine, le pigment jaune du curcuma, se montre incroyablement prometteur comme protecteur du cerveau, y compris une capacité à prévenir et éventuellement inverser la maladie d'Alzheimer. Les habitants des régions rurales de l'Inde, qui consomment de grandes quantités de curcuma, ont la plus faible incidence de la maladie d'Alzheimer dans le monde : 4,4 fois moins que celle des Américains. Les chercheurs ont démontré que la curcumine est capable de prévenir le développement des lésions cérébrales causées par la maladie d'Alzheimer chez les souris spécifiquement élevés pour développer la MA et peut effectivement inverser les dommages subis par les cellules cérébrales. Le curcuma peut être consommé de façon généreuse dans l'alimentation, mais la prise d'un extrait de curcumine peut s'avérer importante dans la prévention de la perte de mémoire liée à l'âge, ainsi que de certaines maladies plus graves comme la maladie d'Alzheimer.

Articles Associés

Tout afficher

Troubles

Les herbes naturelles et la démence vasculaire

Troubles

Des approches naturelles à la constipation

Troubles

Des remèdes naturels pour les douleurs articulaires