beauty2 heart-circle sports-fitness food-nutrition herbs-supplements
Bien-être

Le gingembre et les périodes menstruelle lourdes

26 avril 2017

Les saignements menstruels excessifs, ou la ménorragie, est un problème féminin commun qui peut être entièrement évité par une simple prescription à base de plantes : les gélules de gingembre. La principale cause de la ménorragie fonctionnelle (c-à-d qui n'est pas causée par la présence de uterine fibromes utérins ou une endométriose) implique des anomalies dans les processus biochimiques de l'endometrium (endomètre) (the lining of the uterus - la muqueuse de l'utérus).

Une anomalie communément trouvée est l'altération du métabolisme de l'acide arachidonique. Cet acide gras est dérivé de la viande et des produits laitiers et est converti en composés hormonoïdes connus sous le nom de prostaglandines. L'endomètre des femmes souffrant de ménorragie concentre l'acide arachidonique à des teneurs beaucoup plus élevées que la normale. L'augmentation de la sécrétion de l'acide arachidonique durant la période de menstruation entraîne une augmentation de la production de la prostaglandine E2 (PGE2), qui cause non seulement les saignements excessifs, mais également les douleurs menstruelles.

Données de base :

Dans le passé, la majorité des plaintes pour lesquelles le gingembre (Zingiber officinale) a été utilisé concernaient le système gastro-intestinal, ainsi que les douleurs et les inflammations. Le gingembre est généralement considéré comme un carminatif (une substance qui favorise l'élimination des gaz intestinaux) et un spasmolytique intestinal (une substance qui détend et apaise le tractus intestinal). De nombreuses études en double aveugle ont démontré que le gingembre pouvait donner des résultats positifs dans le traitement d'une multitude de problèmes gastro-intestinaux, en particulier ceux liés à la nausée et au vomissement.

Pour ce qui est des douleurs et des inflammations, de nombreuses études cliniques soutiennent que son utilisation donne des résultats positifs dans le traitement de différentes formes d'arthrite, de la lombalgie chronique, des douleurs musculaires et des menstruations douloureuses.

Concernant le soulagement des douleurs causées par les migraines, le gingembre a démontré sa capacité à produire des résultats équivalent à ceux du médicament Sumatriptan (Imitrex), mais sans les effets secondaires tels que les nausées, les étourdissements, la somnolence, la faiblesse musculaire, les crises cardiaques et les convulsions.

Le gingembre a démontré des effets profonds sur le métabolisme des prostaglandines, y compris la réduction de la PGE2, la prostaglandine impliquée dans les saignements menstruels excessifs et les crampes menstruelles (dysmenorrhea) (dysménorrhée). Cet effet suggère une utilisation potentielle dans le traitement des saignements menstruels abondants.

Nouvelles données :

Afin d'évaluer les effets du gingembre sur des saignements menstruels abondants (SMA), 92 jeunes femmes âgées de 15 à 18 ans ont été inscrites dans une étude en double aveugle. Ces jeunes femmes répondaient aux critères suivants :

  • Elles avaient des cycles menstruels réguliers ;
  • Elles souffraient de SMA qui ont été vérifiés cliniquement au cours des trois premiers cycles d'évaluation qui ont précédé l'intervention ;
  • Et, ne présentaient aucun des critères d'exclusion suivants :
    • N'avaient pas des cycles menstruels irréguliers ;
    • N'avaient aucun diagnostic positif de maladies gynécologiques telles que l'endométriose, les kystes ovariens, etc. ;
    • Ne prenaient aucun médicament hormonal ou AINS de façon régulière ;
    •  Ne souffraient d'aucune infection ou maladie inflammatoire pelvienne; et
    •  N'étaient pas en surpoids / obèses (IMC > 25), ni en insuffisance pondérale (IMC < 18,5).

Les femmes prenaient soit 250 mg de gélules de gingembre séché, ou des gélules d'un placebo, trois fois par jour à partir de la veille des saignements jusqu'au troisième jour du pendant quatre jours consécutifs. Les femmes étaient ensuite suivies pendant trois cycles menstruels consécutifs supplémentaires.

Les résultats ont été déterminés en invitant les femmes à évaluer les pertes sanguines à travers un diagramme figuratif pour l'évaluation des saignements avec le système de notation suivant :

  • Serviettes : 1 point pour chaque serviette légèrement tachée ; 5 points pour chaque serviette modérément sale ; 20 points si la serviette est complètement saturée de sang ;
  • Tampons : 1 point pour chaque tampon légèrement taché ; 5 points pour chaque serviette modérément sale ; 20 points si le tampon est complètement saturé de sang ; et
  • Caillot : 1 point pour les petits caillots ; 5 points pour les gros caillots.

Pendant les trois cycles menstruels qui ont précédé la période de traitement, le score moyen pour les deux groupes était de 113. Le niveau des pertes menstruelles a diminué de façon spectaculaire chez le groupe sous gingembre au cours des trois cycles d'intervention, la baisse s'est élevée à 46 %, tandis que la baisse n'a pas dépassé 2 % (p < 0,001) chez le groupe sous placebo.

Les chercheurs ont conclu que : « le gingembre peut être considéré comme une option thérapeutique efficace pour les SMA ».

Commentaires :

Il y a un deux autres considérations importantes à prendre en compte pour la ménorragie. La première est la carence en fer. A cause de l'augmentation des pertes menstruelles, de nombreuses femmes souffrant de ménorragie connaîtront la baisse de leurs niveaux de fer. Fait intéressant, des niveaux bas de fer peuvent également causer la ménorragie, créant ainsi un cercle vicieux. Par conséquent, toutes les femmes souffrant de ménorragie doivent remédier à la potentielle carence en fer en faisant le test sanguin de la ferritine sérique (une protéine fixant le fer qui reflète le total des réserves du corps en fer). La supplémentation en fer est recommandée pour les femmes dont le taux de ferritine sérique est inférieur à 60 ng / ml.

Concernant la deuxième considération, étant donné que la ménorragie est associée à une plus grande disponibilité de l'acide arachidonique dans la muqueuse utérine, il est logique de diminuer la consommation de produits d'origine animale et d'augmenter la consommation des omega-3 fatty acids (acides gras oméga-3) et des autres huiles bénéfiques à l'organisme. Consommer des apports plus élevés de poisson, de noix et de graines et adopter une supplémentation en huiles de poisson peuvent avoir des effets positifs en réduisant les niveaux d'acide arachidonique dans les tissus. Une dose d'huiles de poisson fournissant 1000 à 3000 mg d'AEP + DHA est recommandée.

Référence :

Kashefi F, Khajehei M, Alavinia M, Golmakani E, Asili J. ; Les effets du gingembre (Zingiber officinale) sur les saignements menstruels abondants : un essai clinique randomisé contrôlé par placebo. Phytother Res. Janvier 2015 ; 29(1) : 114-9.

Articles Associés

Tout afficher

Bien-être

Rester en bonne santé avec la médecine ayurvédique

Bien-être

Film alimentaire réutilisable à base de cire d'abeille

Bien-être

L-sérine : une approche radicale à la SLA, à la maladie de Parkinson et à la maladie d'Alzheimer