beauty2 heart-circle sports-fitness food-nutrition herbs-supplements
Bien-être

Maîtriser le temps

26 avril 2017

Comprendre votre horloge génétique et comment la ralentir

Pendant de nombreuses années, on pensait que les cellules étaient immortelles si on lui fournissait un environnement idéal. Cette croyance a été écartée au début des années 1960, lorsque le docteur Leonard Hayflick a observé que les fibroblastes humains des cultures tissulaires ne se divisaient pas plus de 50 fois. Hayflick a constaté que s'il gelait les cellules après 20 divisions, elles se souviendraient qu'il lui restait encore 30 dédoublements après leur décongélation.

Les chercheurs ont également remarqué que les fibroblastes commencent à sembler vieux lorsqu'ils approchent de la 50e divisions cellulaires. Ils deviennent plus grands et accumulent une grande quantité de lipofuscine, le pigment responsable des « taches de vieillesse ». Sur la base des conclusions de Hayflick, les experts ont émis l'hypothèse qu'il existe une horloge génétique au sein de chaque cellule qui détermine l'âge de la vieillesse de cette dernière.

Actuellement, de nombreux chercheurs travaillent sur une théorie du vieillissement connue sous le nom de « raccourcissement des télomères ». Les télomères sont les segments terminaux de l'ADN. Chaque fois qu'une cellule se réplique, un petit fragment d'ADN est retiré du télomère ; et plus le télomère est court, plus l'expression du gène est affectée. Le résultat est le vieillissement cellulaire.

En plus de son rôle d'horloge pour le vieillissement, le télomère est impliqué dans la protection de l'extrémité du chromosome des dommages, en contrôlant l'expression des gènes et en contribuant à l'organisation du chromosome. Le télomère détermine non seulement le vieillissement de la cellule, mais aussi son risque de cancer, de maladie d'Alzheimer et d'autres maladies dégénératives.

Ralentir l'horloge

La clé de la prolongation de l'espérance de vie humaine impliquera ultimement la préservation ou la restauration de la longueur des télomères. Mais cette technologie est à des décennies de notre époque. Heureusement, nous connaissons déjà des moyens, pas hautement technologies, pour aider à ralentir nos horloges génétiques, y compris :

Un examen plus approfondi

La recherche a montré que de nombreux nutriments aident à combattre le raccourcissement des télomères, en particulier les vitamines B, comme l'acide folique, la vitamine B12 et la niacine ; le zinc ; le magnésium ; et les vitamines C et E. La meilleure façon d'assurer l'apport adéquat de ceux-ci et des autres nutriments est de prendre un supplément multivitamines / multiminéraux de qualité. Devriez-vous prendre du fer dans votre supplément ? À moins que vous n'ayez un besoin important de fer ou une femme ayant encore ses règles, faites de votre mieux pour éviter les suppléments de fer. La supplémentation en fer a été associée au raccourcissement des télomères. L'excès de fer peut également augmenter l'activité des radicaux libres.

Prendre un supplément de vitamine D est une bonne idée également, la plupart des experts recommandent désormais un apport de 2000 UI par jour au minimum. Au cours d'une étude, les scientifiques ont examiné les effets de la vitamine D sur la longueur des télomères dans les globules blancs de 2 160 femmes âgées de 18 à 79 ans. Plus leurs niveaux de vitamine D sont élevés, plus les télomères sont longs.

Pour ce qui est du vieillissement, il y avait une différence de cinq ans dans la longueur des télomères chez celles qui avaient les taux de vitamine D les plus élevés comparativement à celles qui avaient les taux les plus bas. L'obésité, le tabagisme et le manque d'activité physique peuvent raccourcir les télomères, mais les chercheurs ont constaté que les niveaux élevés de vitamine D palliaient ces effets. Cette différence de cinq ans signifie qu'une femme de 70 ans avec des niveaux élevés de vitamine D aurait un âge biologique de 65 ans.

Les huiles de poisson sont également importantes pour ralentir l'horloge génétique. Une étude à long terme a démontré que les niveaux élevés d'acides gras oméga-3 AEP et DHA sont capables de réduire le raccourcissement des télomères. La dose recommandée d'huiles de poisson est basée sur un apport quotidien de 1 000 mg d'AEP et de DHA.

En dernier lieu, des études expérimentales ont associé les flavonoïdes et les polyphénols des graines de raisin, de l'écorce de pin (pycnogénol) et du thé vert non seulement à la réduction des marqueurs de l'inflammation, mais également à la prévention du raccourcissement des télomères. La posologie recommandée pour les extraits contenant au moins 90 % de polyphénols est de 150 à 300 mg par jour.

Qu'en est-il de l'insuline ?

Mais peut-être que la principale cause du raccourcissement prématurée des télomères en Amérique du Nord est la résistance à l'insuline qui se produit en cas d'obésité, de prédiabète et de diabète de type 2, car des études récentes ont démontré que la résistance à l'insuline est associée à des télomères courts. Atteindre le poids idéal du corps et mettre en pratique des stratégies permettant d'augmenter la sensibilité des cellules du corps à l'insuline sont deux objectifs essentiels pour prévenir le raccourcissement des télomères.

Articles Associés

Tout afficher

Bien-être

Rester en bonne santé avec la médecine ayurvédique

Bien-être

Film alimentaire réutilisable à base de cire d'abeille

Bien-être

L-sérine : une approche radicale à la SLA, à la maladie de Parkinson et à la maladie d'Alzheimer