checkoutarrow
FR
24/7 Aide
beauty2 heart-circle sports-fitness food-nutrition herbs-supplements
Troubles

Blood Sugar Blues ?

26 avril 2017

Un trop grand nombre de diabétiques de type 2 prennent des médicaments alors qu'un simple changement de régime et de mode de vie simple peut être tout aussi efficace

Les statistiques relatives à l'épidémie grandissante du diabète de type 2 sont ahurissantes : de nos jours, on estime que la moitié de tous les adultes américains développera la maladie d'ici 2020. Actuellement, le cinquième de l'argent dépensé par le Ministère de la Santé fédéral des États-Unis est consacré au traitement des personnes atteintes de diabète. Le coût annuel moyen des soins de santé pour une personne sans diabète est de 2560 $ ; alors que pour une personne atteinte de diabète, ce chiffre monte en flèche et atteint 11 744 $. Une grande partie de cette augmentation est liée aux coûts des médicaments. Peut-on parler d'un conflit d'intérêt ?

Récemment, la revue Diabetes Care a publié les normes de l'Association américaine du diabète pour les soins médicaux du diabète de type 2, qui sont assez troublantes pour leur dépendance excessive sur la prise en charge pharmaceutique du diabète et la négligence des bienfaits d'un régime alimentaire adapté. Le problème est que les interventions pharmaceutiques n'ont aucun impact sur la progression du diabète de type 2, et dans de nombreux cas, elles peuvent accélérer le processus pathologique. Pourtant, cette approche est la seule offerte par la médecine conventionnelle, peut-être pour des raisons douteuses.

Dans un article publié dans le numéro de septembre / octobre 2012 de la revue « Annals of Family Medicine, », des chercheurs de l'Université d'état du Michigan ont recommandé que les médecins ayant des conflits financiers soient exclus de l'élaboration des directives médicales pour les diabétiques, indépendamment du conflit en question. Ils ont également suggéré que les médecins devraient être dissuadés de rencontrer les représentants des compagnies pharmaceutiques. Après avoir analysé la façon dont les médecins traitent les patients atteints de diabète de type 2 et d'hypertension artérielle dans 44 centres de santé primaires, les auteurs ont dénoncé « un scénario commun : après avoir modérément élevé les résultats des tests (souvent à des niveaux considérés comme normaux il y a quelques années), les patients commencent la prise des médicaments, développent des symptômes supplémentaires, s'avèrent avoir des résultats en dehors des fourchettes de référence pour les autres tests et se voient prescrire plus de médicaments. Ils devraient maintenir ces traitements de façon permanente : leurs niveaux cible laboratoire ne pourraient être atteints qu'en poursuivant l'utilisation de ces médicaments. »

Les chercheurs ont observé que les consultations « sont fortement axées sur » les médicaments avec peu ou aucune analyse des autres voies de traitement, y compris le régime alimentaire et l'exercice. Les auteurs ont également noté que les cliniciens sont exposés aux efforts de marketing agressifs fournis par les compagnies pharmaceutiques et que cela pourrait contribuer à inciter les prescriptions. Sur les 53 cliniciens disposés à discuter du marketing pharmaceutique, 38 (72 %) ont déclaré avoir des contacts réguliers avec les représentants pharmaceutiques.

Les entretiens avec les patients se sont avérés très instructifs, car près de 70 % d'entre eux ont déclaré avoir été victimes d'importants symptômes de réactions indésirables aux médicaments du diabète ou de l'hypertension, un pourcentage beaucoup plus élevé que celui exprimé par les compagnies pharmaceutiques.

Le vrai traitement du diabète de type 2

La principale question ignorée par l'ADA est que les médicaments du diabète ne sont que des solutions provisoires basées sur la biochimie. Une vérité fondamentale qui est rarement expliquée au patient est que : le diabète de type 2, dans presque tous les cas, est causé par les mauvais choix alimentaires et les mauvaises habitudes. Les résultats de la troisième édition de la Third National Health and Nutrition Examination Survey, organisée par le gouvernement des États-Unis, appuient clairement cette déclaration : sur les personnes atteintes de diabète de type 2, 69 % n'ont pas fait d'exercice du tout ou n'ont pas participé à une activité physique de façon régulière ; 62 % mangeaient moins de cinq portions de fruits et légumes par jour ; et 82 % étaient en surpoids ou obèses.

Parmi les patients atteints de prédiabète, un minimum de 150 minutes d'activité physique par semaine a été associé à une réduction de 58 % du risque de développer le diabète. Dans la même étude (connue sous le nom de The Diabetes Prevention Program - Le Programme de prévention du diabète), on a découvert que la metformine ne réduisait le risque de diabète que de 31 %.

Même si les changements du mode de vie sont importants, le régime seul, peut être efficace dans le traitement et la suppression du diabète de type 2. L'approche la plus prouvée scientifiquement est un régime faible en glucides raffinés. Un tel régime permet non seulement de faire baisser les taux de glycémie, mais il est bénéfique également pour d'autres maladies comme l'hypercholestérolémie, les maladies cardiovasculaires et l'hypertension.

Suppléments pour le diabète

Voici les principaux suppléments à envisager comme addition à votre régime quotidien si vous avez le diabète de type 2 ou si voulez le prévenir :

  • PGX (2,5 à 5 grammes pendant les repas) est l'un des meilleurs suppléments pour le traitement du diabète de type 2. PGX est une fibre fortement purifiée qui abaisse l'indice glycémique des aliments et favorise la satiété.
  • Une multivitamine et minéraux à haute puissance est un must et devrait fournir 200 à 400 mcg de chrome, un oligo-élément qui joue un rôle clé dans la bonne utilisation de l'insuline.
  • L'acide alpha-lipoïque (400 à 600 mg) permet non seulement d'améliorer l'action de l'insuline, mais contribue également à la prévention et à supprimer la neuropathie diabétique.
  • Les extraits riches en Flavonoid tels que les myrtilles, les pépins de raisin, ou l'écorce de pin sont extrêmement importants dans la protection contre les complications à long terme du diabète.
  • Plusieurs études ont démontré la capacité de l'oignon et l'ail à faire baisser le taux de glycémie et à réduire le risque de maladies cardio-vasculaires.
  • Les extraits du mûrier, les extrait de la cannelle, ou les extraits du Gymnema Sylvestre ont tous donné de bons résultats dans l'amélioration du contrôle de la glycémie.

Articles Associés

Tout afficher

Troubles

6 méthodes pour gérer la maladie de Hashimoto naturellement

Troubles

Le palmier nain peut-il aider à améliorer la santé des hommes ?

Troubles

La vitamine D peut-elle protéger contre les infections des voies respiratoires supérieures ?