beauty2 heart-circle sports-fitness food-nutrition herbs-supplements
Bien-être

La vitamine D est nécessaire pour la santé et la prévention des maladies

16 août 2017

par Eric Madrid, MD

S'il y a une vitamine dans le monde qui peut aider à optimiser la santé et le bien-être d'une personne, c'est bien la vitamine D (également connue sous le nom de vitamine D3 ou cholécalciférol). Traditionnellement, la carence en vitamine D était associée à la maladie osseuse du rachitisme, mais comme la maladie est maintenant rare, il est généralement admis que les carences en vitamine D n'existent pas. Rien ne pourrait être plus faux !

 Heureusement, cette vitamine particulièrement peut être fabriquée et absorbée dans le corps de manière gratuite lorsque l’on passe du temps au soleil : les ondes ultraviolettes B (UV-B) du soleil réagissent avec une forme de cholestérol présente dans notre peau pour créer l’hormone de la vitamine D. Cependant, cette quantité peut se révéler insuffisante pour atteindre une santé optimale chez la plupart des personnes. En outre, étant donné que de nombreuses personnes à travers le monde passent plus de temps à l'intérieur qu'à l'extérieur, il leur est difficile d'obtenir des niveaux sanguins adéquats grâce au soleil et ils peuvent avoir besoin de suppléments. 

Des milliers d'études au cours de la dernière décennie montrent les bienfaits sur la santé de l’optimisation l'apport en vitamine D. Ces études nous révèlent que ceux qui ont des niveaux plus élevés de vitamine D dans leur sang présentent un risque plus faible de crises cardiaques, de cancer du sein, de cancer du côlon, de sclérose en plaques, de diabète de type 1 et de type 2, d'hypertension artérielle et d'autres complications de santé.

Pourtant, éviter le soleil est un objectif commun pour beaucoup de personnes. Nombre de personnes à travers le monde, habituellement sur les conseils d'un médecin, prennent soin de limiter leur temps d’exposition à la lumière directe du soleil. Elles le font dans le but d'éviter les cancers des cellules basales et des cellules squameuses non létaux. Le mélanome, la forme maligne du cancer de la peau, affecte 1 personne sur 80. Cependant, la moitié des cancers de la peau par mélanome se produisent au niveau des zones du corps qui n’ont pas été exposées au soleil.

En évitant d’être la personne sur 80 atteinte de mélanome de la sorte, nous augmentons par ailleurs notre risque de cancer du sein (1 sur 9), de cancer du côlon (1 sur 18) et de cancer de la prostate (1 sur 6) en limitant notre exposition aux rayons solaires producteurs de vitamine D.

Qui présente des carences ?

Dans mon cabinet médical du sud de la Californie, un lieu où nous avons un ciel ensoleillé de plus de 300 jours par an, quatre de mes patients sur cinq (80 pourcent) présente une carence clinique en vitamine D, définie par un niveau sanguin égal ou inférieur à 30 ng/ml (75 nmol/L).

La raison : peu de gens passent les 15 à 20 minutes par jour à la lumière du soleil qui leur permettraient d'exposer leur visage, bras et jambes à la lumière ultraviolette. Jusqu'à 90 % des personnes dans le monde sont carencées. Ceux qui ont plus de mélanine, responsable des pigments plus foncés de la peau, nécessitent jusqu'à 30 minutes de soleil pour générer la vitamine D. Les personnes de plus de 65 ans ont également besoin de plus de temps à l'extérieur pour générer de la vitamine D en raison de l'évolution de l'élasticité de leur peau.

La vitamine D est fabriquée par des peaux exposées au soleil uniquement pendant certains moments de la journée. C’est principalement lorsque votre ombre est « plus courte » que votre taille, ce qui est habituellement entre 10 heures et 14 heures, que la production de vitamine D se produit. Fait intéressant, c'est également le moment où les panneaux d'énergie solaire génèrent le plus d'énergie !

Les personnes qui appliquent un écran solaire avant d'aller à l'extérieur empêchent les rayons du soleil de frapper leur peau et de générer de la vitamine D. L'écran solaire doit être appliqué après avoir eu 15 à 30 minutes d'exposition au soleil.

Quels risques entraînent de bas niveaux de vitamine D ?

Haute Pression sanguine (hypertension)

L'hypertension affecte un adulte sur quatre. Dans le monde entier, un milliard de personnes souffrent d'hypertension artérielle, ce qui est un facteur de risque majeur pour les crises cardiaques, l'insuffisance cardiaque congestive et les accidents vasculaires cérébraux. Bien qu'il existe de nombreuses raisons pour lesquelles une personne développe une hypertension artérielle, les études montrent que les hommes ayant des niveaux de vitamine D inférieurs sont six fois plus susceptibles de présenter une hypertension, alors que les femmes étaient presque trois fois plus susceptibles. Maintenir un poids sain, consommer un régime riche en fruits et légumes et faire des exercices de routine contribue également à contrôler la tension artérielle.

Alors, que peut faire la vitamine D? Les études scientifiques révèlent que la vitamine D aide à détendre les vaisseaux sanguins qui transportent le sang dans tout notre corps, entraînant une pression sanguine plus faible. Chez les personnes qui ont une pigmentation de la peau accrue, la carence en vitamine D est probablement une cause majeure d’augmentation des risques d'hypertension artérielle.

Crises cardiaques

La crise cardiaque est une importante cause de décès aux États-Unis, en Europe et en Asie. Aux États-Unis, elle représente près d'un million de décès chaque année. Une étude de l'Université de Harvard a montré que les personnes ayant des niveaux plus élevés de vitamine D dans leur sang avaient 80 pourcent moins de risque de crise cardiaque par rapport à ceux qui en avaient un plus faible niveau sanguin.

Une étude en provenance d'Allemagne a révélé que les personnes avec des taux sanguins de vitamine D plus faibles étaient cinq fois plus susceptibles de mourir soudainement de crise cardiaque soudaine par rapport à celles présentant des taux sanguins de vitamine D plus élevés. Beaucoup d'autres études ont montré des résultats similaires.

Une étude de 2017 a conclu que « [...] les niveaux de vitamine D sanguine étaient significativement plus faibles chez les patients souffrant de crise cardiaque, en particulier en Amérique et en Asie, et que des taux suffisants de vitamine D dans le sang pourraient protéger contre les crises cardiaques ».

Cancer du sein

Le cancer du sein affectera une femme sur neuf au cours de sa vie. Les mammographies aident à détecter le cancer existant, mais c’est la prévention du cancer qui doit être la priorité, et non pas simplement sa détection.

Si consommer une alimentation saine tout en maintenant un poids normal aide également à prévenir le cancer du sein, des études montrent que la vitamine D peut également se révéler utile. Une étude de 2007 de la Universitu of California San Diego a montré une réduction de 50 pourcent du cancer du sein chez les femmes qui avaient des taux de vitamine D supérieurs à 52 ng/ml (125 nmol/l). Une autre étude a montré que les femmes qui vivaient dans des zones où l'exposition au soleil était plus élevée présentaient une réduction de 25 à 65 pourcent du cancer du sein.

De nombreuses autres études ont montré les avantages de la vitamine D dans la réduction du cancer du sein. Une étude menée en juillet 2017 auprès de près de 51,000 femmes a montré qu’une supplémentation en vitamine D réduisait le risque de cancer du sein de 21 % chez les femmes qui étaient ménopausées (c'est-à-dire n'ayant plus leur cycle menstruel mensuel).

Cancer du côlon et de l’estomac

Selon l'American Cancer Society, le cancer du côlon représente 8 pourcent de tous les décès par cancer chez les hommes et 9 pourcent de tous les décès par cancer chez les femmes. Dans le monde entier, plus de 1,3 million de cas de cancer du côlon ont été signalés en 2016. Heureusement, la majorité des cas peuvent être évités.

En plus d'un régime sain et à haute teneur en fibres, la vitamine D peut aider à prévenir le cancer du côlon. Les scientifiques ont montré que ceux qui vivaient dans des régions où le soleil avait plus de lumière présentaient des taux plus faibles de cancer du côlon. Deux études, publiées en 2005 et 2007, ont révélé que les personnes avec plus de vitamine D dans leur sang pourraient réduire le risque de cancer du côlon de 50 pourcent. Une autre étude a permis de conclure qu’un niveau de vitamine D supérieure entraînait une chute de 60 pourcent des cas de cancer.

Une étude menée en 2014 a montré que les personnes diagnostiquées avec un cancer du côlon ainsi que des taux plus élevés de vitamine D dans leur sang étaient moins susceptibles de mourir de la maladie que celles qui présentaient des niveaux inférieurs en vitamine D. De même, une étude de 2016 a révélé que le cancer de l'estomac était presque cinq fois plus fréquent chez les personnes souffrant d'une carence en vitamine D.

Autres maladies associées à une carence en vitamine D

De nombreuses autres études montrent que les personnes souffrant de niveaux de vitamine D moindres présentent des fréquences plus élevées d’apparition de :

  • démence
  • accidents vasculaires cérébraux
  • maladie de l'artère périphérique
  • cancer de la prostate
  • cancer des ovaires
  • cancer du pancréas
  • fibromyalgie
  • chutes
  • fractures
  • sclérose en plaques
  • lupus
  • arthrite rhumatoïde
  • asthme
  • autisme
  • psoriasis

L’importance de la vitamine D est indéniable et une supplémentation est cruciale pour votre santé.

Et à propos de la toxicité de la vitamine D ?

Il n'existe pas à proprement parler de « toxicité de la vitamine D ». Cependant, les personnes qui prennent plus de 10,000 UI de vitamine D par jour pendant une période de temps prolongée peuvent subir une absorption excessive de calcium, entraînant une élévation du taux sanguin de calcium et une augmentation des calculs rénaux. Les personnes qui présentent une maladie rénale chronique, des taux élevés de calcium sanguin et des lymphomes doivent consulter leurs médecins avant de commencer toute supplémentation en vitamine D.

Découvrez votre niveau de vitamine D

Demandez à votre médecin de vérifier le taux de vitamine D dans votre sang. La plupart des laboratoires signalent que les résultats normaux sont compris entre 30 ng/ml (75 nmol/l) et 100 ng/ml (250 nmol/l). Le niveau optimal de vitamine D dans le sang doit être compris entre 50 ng/ml et 100 ng/ml (125 nmol/l à 250 nmol/l).

Supplémentation

Les adultes présentant les plus grandes carences devront prendre une dose quotidienne de Vitamine D (cholécalciférol) allant de 2,000 à 5,000 UI de vitamine D. Certaines personnes pourraient en nécessiter plus. Les femmes enceintes et les mères qui allaitent devraient également envisager de prendre des suppléments en vitamine D à hauteur de 5,000 UI par jour. La vitamine D peut être prise par la plupart des enfants en bonne santé de 1 à 18 ans. La dose habituelle est comprise entre 1,000 et 2,000 UI par jour.

La supplémentation en vitamine D est cruciale tout au long de l'année. Cependant, elle est encore plus importante pendant les saisons de l'année où la lumière du soleil est minime. Certains médecins peuvent recommander une prescription de vitamine D2 (ergocalciférol) de 50,000 UI une fois par semaine. Selon les recherches, la vitamine D3 est cliniquement plus efficace et souvent préférée comme supplément.

Vous pouvez également augmenter vos niveaux de vitamine D en passant 15 minutes au soleil chaque jour sans écran solaire, ce qui vous permettra d'exposer vos bras, votre visage et vos jambes. Le fait d’effectuer l'activité physique de routine à l'extérieur présente de nombreux avantages pour la santé.

La prévention des maladies chroniques est la clé de la longévité ainsi que de la qualité de vie. La supplémentation quotidienne en vitamine D est le supplément vitaminé qui pourra nous aider au mieux à atteindre cet objectif

Déclaration de non-responsabilité :

Les informations ci-dessus sont uniquement fournies à des fins éducatives. Consultez systématiquement votre propre médecin ou professionnel de la santé qualifié en ce qui concerne toute question de santé que vous pourriez avoir. Les produits et les réclamations concernant des produits spécifiques présents sur ou à travers ce site n'ont pas été évalués par la Food and Drug Administration des États-Unis et ils ne sont pas approuvés pour diagnostiquer, traiter, guérir ou prévenir quelque maladie. En savoir plus sur la déclaration de non-responsabilité d’iherb.com.

Références :

 Vitamin D Prescription by Eric Madrid MD, Publié en 2009

 Lin S-W, Wheeler DC, Park Y, et al. Prospective study of ultraviolet radiation exposure and risk of cancer in the U.S. International Journal of Cancer Journal International du Cancer. 2012;131(6):E1015-E1023. doi:10.1002/ijc.27619.

 Chen S, Sun Y, Agrawal DK. Vitamin D Deficiency and Essential Hypertension. Journal of the American Society of Hypertension : JASH. 2015;9(11):885-901. doi:10.1016/j.jash.2015.08.009. 

Rostand, Stephen G., Vitamin D, Blood Pressure, and African Americans: Toward a Unifying Hypothesis Clin J Am Soc Nephrol 5: 1697–1703, 2010. doi: 10.2215/CJN.02960410

 O'Brien KM1, Sandler DP2, Taylor JA2, Weinberg CR1. Serum Vitamin D and Risk of Breast Cancer within Five Years. Environ Health Perspect. 2017 Jul 6;125(7):077004. doi: 10.1289/EHP943. 

Palmer JR, Gerlovin H, Bethea TN, et al. Predicted 25-hydroxyvitamin D in relation to incidence of breast cancer in a large cohort of African American women. Breast Cancer Research : BCR. 2016;18:86. doi:10.1186/s13058-016-0745-x. 

Kim Y, Franke AA, Shvetsov YB, et al. Plasma 25-hydroxyvitamin D3 is associated with decreased risk of postmenopausal breast cancer in whites: a nested case–control study in the multiethnic cohort study. BMC Cancer. 2014;14:29. doi:10.1186/1471-2407-14-29.

Circulating 25-hydroxyvitamin D Levels and Prognosis among Cancer Patients: A Systematic Review Adetunji T. Toriola, Nhi Nguyen, Kristen Scheitler-Ring and Graham A. Colditz Cancer Epidemiol Biomarkers Prev  1 juin 2014 (23) (6) 917-933; DOI:10.1158/1055-9965.EPI-14-0053 

Jizhen Huang,Zhiwei Wang,Zhipeng Hu,Wanli Jiang,Bowen Li , Association between blood vitamin D and myocardial infarction: A meta-analysis including observational studies, Clinica Chimica Acta Août 2017 

Houghton, Lisa A. and Vieth, Reinhold. “The case against ergocalciferol (vitamin D2) as a vitamin supplement.” The American Journal of Clinical Nutrition. Octobre 2006. Vol. 84 no. 4. 694-697. Web. http://ajcn.nutrition.org/content/84/4/694.full

Articles Associés

Tout afficher

Bien-être

La spiruline et la chlorelle : Les algues bénéfiques à la santé

Bien-être

Les bienfaits sur la santé d'Arnica montana

Bien-être

9 bienfaits sur la santé de la coenzyme Q10