beauty2 heart-circle sports-fitness food-nutrition herbs-supplements
Troubles

Ail, cholestérol et fonction immunitaire

1 juin 2017

L'ail a été utilisé à travers l’Histoire pratiquement partout dans le monde comme médicament. Son utilisation remonte avant l’histoire écrite. Des traces écrites en sanskrit décrivent l’utilisation de remèdes à base d’ail d'il y a environ 5 000 ans, tandis que les Chinois l'utilisent depuis au moins 3 000 ans. Le papyrus Ebers est un traité médical égyptien datant d’environ 1 550 ans av. J.-C. qui mentionne l’ail en tant que remède efficace contre diverses affections, notamment l’hypertension artérielle, les maux de tête, les piqûres, les vers et les tumeurs. Hippocrate, Aristote et Pline l’Ancien citent de nombreuses utilisations thérapeutiques de l’ail. Des histoires, des vers et même du folklore (par exemple sa capacité présumée à éloigner les vampires) fournissent aussi des documents historiques décrivant les vertus curatives de l’ail. Sir John Harrington résume les vertus et les défauts de l’ail dans l'ouvrage The Englishman’s Doctor, écrit en 1609 :

L'ail a alors le pouvoir de sauver de la mort
Supportez-le même s'il vous donne une haleine infecte,
et ne méprisez pas l’ail comme d'autres qui pensent
qu’il n'est bon qu'à faire dormir, boire et puer les hommes.

Un autre dicton savoureux sur l'ail dit : « Mangez de l’ail et vous aurez la santé, mais vous perdrez vos amis ». Heureusement, il existe aujourd'hui des préparations commerciales qui offrent tous les bienfaits de l’ail sans ses inconvénients sociaux.

Quels sont les effets scientifiquement confirmés de l’ail ?

L'ail possède une vaste gamme d’effets bien documentés, notamment pour aider à combattre les infections, renforcer la fonction immunitaire et prévenir le cancer, ainsi que des bienfaits cardiovasculaires en faisant baisser la pression artérielle et le taux de cholestérol. Tous ces effets bénéfiques de l’ail sont attribués à ses composés soufrés : l’allicine, le disulfure de diallyle, le trisulfure de diallyle, entre autres. L’allicine est la principale responsable de l'odeur âcre de l’ail. Elle est formée par l’action de l'enzyme alliinase sur le composé alliine. L’enzyme est activée par la chaleur, l’oxygène ou l’eau. Cela explique pourquoi l’ail cuit, mais aussi les « vieilles préparations à base d’ail » et les produits à l'huile d'ail n'ont pas une odeur aussi forte que l’ail cru ni des effets médicinaux aussi puissants.

Les produits à base d'ail « où l'odeur est contrôlée » ou « inodore » contiennent-ils de l’allicine ?

Certains oui, d'autres pas. L’allicine est le composant de l’ail responsable de son odeur facilement identifiable ; ainsi certains fabricants ont élaboré des méthodes très sophistiquées afin de fournir tous les bienfaits de l'ail. Ils proposent des produits « inodores » à base d'ail, concentrés en alliine, car cette dernière est relativement « inodore » et est transformée en allicine dans le corps. Les produits concentrés en alliine et d’autres composés soufrés offrent tous les bienfaits de l’ail frais s’ils sont fabriqués correctement. Par ailleurs, ils sont plus « socialement acceptables ». Étant donné que l’alliine et l'alliinase sont très stables lorsque l’ail est correctement traité, une méthode a été mise au point pour s’assurer que l’allicine ne soit pas produite avant que l’ail en poudre se mélange aux fluides du tractus intestinal. Cette méthode est appelée le « revêtement gastro-résistant. » Elle permet de recouvrir l’ail spécialement préparé de telle manière que le comprimé ne se rompe qu'après son passage dans l’estomac. En cas de préparation à base d’ail sans revêtement gastro-résistant, l’acidité de l’estomac détruit la majorité de l’allicine formée. Par conséquent, ces préparations sont peu susceptibles de produire d'aussi bons résultats qu'un produit utilisant un revêtement gastro-résistant de haute qualité. Il en est de même pour les produits à base d'ail vieilli et d'huile d'ail, car ces formes d’ail ne contiennent absolument aucune trace d'allicine ou de produits de dégradation de l’allicine. 

Le Dr Lawson a mis en évidence deux problèmes majeurs. Tout d’abord, de nombreux produits à base d’ail présentaient une faible activité d'alliinase. Bien qu'une grande quantité d’alliine soit présente, la faible activité de l’alliinase entraînait une faible production d'allicine. Ensuite, le Dr Lawson a découvert que la plupart des comprimés contenaient des excipients (par exemple, des agents liants et des substances de remplissage) qui en réalité inhibent l’activité de l’alliinase. Celle-ci était inférieure à 10 % par rapport à l’activité prévue dans 63 % des marques. L’incapacité à libérer une dose efficace d’allicine expliquerait donc pourquoi de nombreuses études sur des compléments à base d’ail ne parviennent pas à montrer les bienfaits en matière de baisse du cholestérol ou de la tension artérielle.

Par exemple, les études réalisées sur un complément spécifique à base d’ail avant 1993 étaient pour la plupart positives. En fait, les résultats de ces études positives étaient la principale raison pour laquelle les compléments à base d’ail ont été autorisés en Allemagne et aux États-Unis, car elles mentionnaient l’activité hypocholestérolémique. Cependant, les études publiées depuis 1995 n’ont pas réussi à démontrer un effet systématique dans l'abaissement de la cholestérolémie.

 Les auteurs des études négatives sur l’ail estimaient que la raison sous-jacente des résultats était la nécessité d'une étude plus rigoureuse, mais l'explication la plus probable est qu’ils sont dus à des comprimés de moindre qualité. En particulier, les recherches menées par le Dr Lawson ont montré que les comprimés fabriqués avant 1993 étaient deux fois plus résistants à la désintégration dans l’acide que ceux fabriqués après 1993, et qu'ils libéraient donc trois fois plus d’allicine que les comprimés plus récents.

 Après examen de l’étiquette des emballages, plusieurs changements ont été constatés dans la composition des excipients entre les comprimés fabriqués avant et après 1993. Là encore, ces excipients sont censés bloquer l’activité de l’alliinase.

L’ail peut-il aider à réduire la pression artérielle et le taux de cholestérol ?

Oui, mais quelques mises en garde importantes persistent, comme mentionné ci-dessus. Les études montrant un effet positif de l’ail et des préparations à base d’ail sont celles qui délivrent une dose suffisante d’allicine, contrairement aux études négatives. Dans les études à double insu positives chez les patients ayant un taux de cholestérol supérieur à 200 mg/dL, suivant la prise de compléments à base d'ail fournissant une dose quotidienne d'au moins 10 mg d'allicine ou un potentiel d’allicine total de 4 000 μg, le taux sérique total de cholestérol a diminué d’environ 10 % à 12 %, le taux de cholestérol LDL a chuté d’environ 15 %, le taux de cholestérol HDL a généralement augmenté d’environ 10 % et le taux de triglycérides a baissé de 15 %.4-9  Les mesures de pression artérielle ont également diminué avec des réductions caractéristiques de 11 mm Hg pour la pression systolique et 5,0 mm Hg pour la pression diastolique pendant une période allant d’un à trois mois.

Qu’en est-il de l’ail vieilli ?

Étant donné que l’ail vieilli ne contient pas d’allicine, il n'a pas de bienfaits significatifs sur la pression artérielle ou les taux de cholestérol. Il peut fournir d'autres avantages au système cardiovasculaire, mais l’importance de ces effets n’a pas été totalement évaluée.

Quelle marque recommanderiez-vous ?

Basé sur les nouvelles recherches du Dr Lawson et celles menées par Natural Factors, j'adopte maintenant Garlic Factors. J'estime que ce produit offre au consommateur la meilleure chance d’obtenir tous les bienfaits de l’ail sans l’odeur.

Quelle est la quantité d'ail nécessaire ?

En fonction des résultats des essais cliniques positifs, les produits commerciaux à base d’ail doivent fournir une dose quotidienne d’au moins 10 mg d'alliine ou un potentiel d’allicine total de 4 000 μg. Ce dosage équivaut à peu près à quatre gousses d’ail frais. Chaque comprimé de Garlic Factors fournit 6 150 μg d’allicine, ce qui confère une très forte activité. Mais le vrai avantage de Garlic Factors, c'est qu’il soit fabriqué par Natural Factors, l'expert en produits naturels efficaces. Vous êtes ainsi assuré(e) que Garlic Factors a été conçu pour produire des résultats constants.

L’ail est-il sans danger ?

Les préparations à base d’ail par voie orale, même les produits « inodores », peuvent causer une haleine d’ail ainsi qu'une odeur d'ail dégagée par la peau. Les nausées et irritations gastro-intestinales sont les effets secondaires les plus fréquents. Méfiez-vous de la propagande sur les dangers de l’allicine. Je ne conteste pas qu'une consommation aiguë et prolongée de grandes quantités d’ail cru puisse provoquer une anémie, une perte de poids, un retard de croissance et même la mort. Toutefois, les doses d’ail frais nécessaires utilisées dans ces études pour produire ces effets toxiques sont incroyablement élevées (p. ex., 500 mg d’ail frais par 100 g de poids corporel).

Qu’en est-il des effets antimicrobiens et sur le renforcement immunitaire ?

L'ail exerce en effet une activité antibactérienne, antivirale et antifongique. Il peut également servir contre certains parasites intestinaux. Mais étant donné que l'activité antibiotique de l’ail ne représente qu'environ 1 % de la puissance de la pénicilline, il ne constitue absolument pas un substitut aux antibiotiques. Il est surtout utile contre la prolifération de la levure candida albicans. L’ail semble exercer de nombreux effets positifs sur le système immunitaire. Les études sur les populations humaines ont démontré que la consommation régulière d’ail réduit le risque de nombreux cancers. C’est en partie grâce à sa capacité à réduire la formation de composés cancérigènes, ainsi qu'à ses effets positifs sur le système immunitaire.

L’ail provoque-t-il des interactions avec certains médicaments ?

En théorie, les préparations à base d’ail peuvent potentialiser les effets du médicament fluidifiant Coumadin® (warfarine) et améliorer les effets antiplaquettaires de médicaments comme l’aspirine et Ticlid® (ticlopidine). Si vous prenez ces médicaments, veuillez consulter un médecin avant de consommer un produit à base d’ail. 

L'ail peut par ailleurs renforcer l’efficacité de médicaments permettant d'abaisser le taux de glycémie dans le traitement du diabète non insulino-dépendant (diabète de type 2), comme le glyburide (DiaBeta, Micronase). Veuillez consulter un médecin pour discuter du suivi approprié de la glycémie avant de consommer un produit à base d’ail. 

Références :

  1. Koch H and Lawson L (eds.): Garlic: The Science and Therapeutic Application of Allium Sativum L and Related Species, 2nd Edition.Williams & Wilkins, Baltimore, MD, 1996. 
  2. Lawson LD and Wang ZJ.Tablet quality: A major problem in clinical trials with garlic supplements. Forsch Kmplmentaermed 7:45, 2000.
  3. Lawson LD,Wang ZJ and Papdimitrou D. Allicin release under simulated gastrointestinal conditions from garlic powder tablets employed in clinical trials on serum cholesterol. Planta Medica 2001;67:13-18.
  4. Stevinson C, Pittler MH and Erst E. Garlic for treating hypercholesterolemia: A meta-analysis of randomized clinical trials. Ann Intern Med 133:420-9, 2000.
  5. Kleijnen J, et al.: Garlic, onions and cardiovascular risk factors: A review of the evidence from human experiments with emphasis on commercially available preparations. Br J Clin Pharmacol 28:535-44, 1989.
  6. Warshafsky S, Kamer RS and Sivak SL: Effect of garlic on total serum cholesterol. Ann Intern Med 119:599-605, 1993.
  7. Jain AK, et al.: Can garlic reduce levels of serum lipids? A controlled clinical study. Am J Med 94:632-5, 1993.
  8. Rotzch W, et al.: Postprandial lipaemia under treatment with Allium sativum. Controlled double-blind study in healthy volunteers with reduced HDL2-cholesterol levels. Arzneim Forsch 42:1223-7, 1992.
  9. Mader FH:Treatment of hyperlipidemia with garlic-powder tablets. Arzneim Forsch 40:1111-6, 1990.
  10. Silagy CA and Neil HA: A meta-analysis of the effect of garlic on blood pressure. J Hypertens 12:463-8, 1994.
  11. Reuter HD: Allium sativum and Allium ursinum: Part 2. Pharmacology and medicinal application. Phytomed 2:73-91, 1995.
  12. Steiner M, et al.: A double-blind crossover study in moderately hypercholesterolemic men that compared the effect of aged garlic extract and placebo administration on blood lipids. Am J Clin Nutr 64:866-70, 1996.
  13. Nakagawa S, et al.: Effect of raw and extracted-aged garlic juice on growth of young rats and their organs after perioral administration. J Toxicol Sci 5:91-112, 1980.
  14. Joseph PK, Rao KR and Sundaresh CS.Toxic effects of garlic extract and garlic oil in rats. Indian J Exp Biol 27:977-9, 1989.

Articles Associés

Tout afficher

Troubles

Les herbes naturelles et la démence vasculaire

Troubles

Des approches naturelles à la constipation

Troubles

Des remèdes naturels pour les douleurs articulaires