checkoutarrow
FR
24/7 Aide
beauty2 heart-circle sports-fitness food-nutrition herbs-supplements
Bien-être

Les meilleurs compléments à base de plantes en 2019

16 décembre 2019

Par Eric Madrid, docteur en médecine 

Dans cet article :


Depuis des siècles, les humains comptent sur les herbes pour les aider à optimiser leur santé. De nos jours, il peut être difficile de consommer les herbes dans leur état naturel, mais nous devons nous assurer de la consistance des nutriments. Pour cette raison, de nombreuses personnes se tournent vers les compléments à base de plantes pour optimiser leur santé et traiter des problèmes de santé ciblés. Nous allons présenter ici les meilleurs compléments à base de plantes en 2019 et les faits scientifiques qui confirment leurs bienfaits.

Le chardon-Marie (silymarine)

Le chardon-Marie (Silybum marianum) est un complément largement utilisé par ceux qui veulent optimiser la santé de leur foie. Cette plante, utilisée depuis plus de 2 000 ans pour la santé et dont on retrouve la trace jusqu'en Égypte ancienne, est composée de silymarine et de silybine, principal ingrédient actif du fruit et des graines du chardon-Marie. 

Plus récemment, cette herbe a gagné en popularité pour traiter des affections comme l'hépatite, la maladie du foie gras humain, le cancer du foie et la cirrhose. Les personnes consommant régulièrement de l'alcool en prennent aussi pour protéger leur foie. 

Le chardon-Marie présente également les bienfaits suivants :

  • Propriétés anti-inflammatoires (réduit l'IL-1, l'IL-6 et le TNF)
  • Améliore la sensibilité à l'insuline (bénéfique en cas de diabète)
  • Abaisse le taux de cholestérol

Une étude publiée en 2003 dans le Journal of Clinical Gastroenterology a montré que le chardon-Marie peut ralentir la progression des lésions hépatiques causées par une consommation excessive d'alcool. De plus, une étude publiée en 2009 dans le Journal of Hepatology a révélé que le chardon-Marie pourrait inhiber le facteur responsable de la fibrose chez les personnes atteintes de maladie hépatique et agir comme un puissant antioxydant.

Posologie conseillée : Comme indiqué sur l'étiquette. Disponible sous la forme de gélules, d'extrait et de poudre.

L'échinacée

L'Echinacea purpurea est une herbe vivace utilisée depuis plus de 1 500 ans, dont les origines remontent aux peuples autochtones d'Amérique du Nord. La plante pousse traditionnellement à l'est des Rocheuses, aux États-Unis. 

Utilisée pour traiter les infections respiratoires, urinaires et cutanées, l'échinacée est reconnue pour ses puissantes propriétés antioxydantes. 

Une étude réalisée en 2015 dans le cadre de la JAMA a montré que, bien qu'il n'y ait aucun avantage en matière de prévention, l'utilisation de l'échinacée pourrait réduire la durée du rhume. De manière contradictoire, une étude publiée en 2016 dans Holistic Nurse Practitioner a démontré que l'échinacée pourrait être efficace pour aider à prévenir les attaques du virus du rhume. D'autres études ont montré des effets similaires. 

Une étude de 2016 parue dans Pharmaceutical Biology a montré que l'échinacée pourrait être bénéfique pour réduire l'inflammation et aussi pour aider à abaisser le taux de glycémie, ce qui est très utile pour les personnes atteintes de diabète et de pré-diabète. 

Posologie conseillée : On en consomme fréquemment sous forme d'infusion, mais on peut aussi en prendre sous forme de gélules ou d'extrait. Échinacée 400 mg, une ou deux fois par jour.

La racine de maca

La racine de maca est une herbe adaptogène cultivée dans les Andes, en Amérique du Sud, principalement au Pérou. Cultivée à une altitude comprise entre 4 et 5 000 m, la racine de maca était utilisée par les Incas à diverses fins médicales, mais principalement comme aphrodisiaque, pour améliorer leur libido et leur fertilité. 

Une étude réalisée en 2009 parue dans Andrologia a montré que les personnes consommant de la racine de maca constatent une amélioration de leur bien-être général et sexuel, tandis qu'une étude réalisée en 2016 a suggéré que l'ingestion de racine de maca pourrait aider à améliorer la motilité des spermatozoïdes. Cependant, elle ne semble pas modifier le taux de testostérone ni d'œstrogènes. 

Avec un lien possible, les principes actifs de la racine de maca ont aussi des propriétés anti-fatigue, selon une étude réalisée en 2017. Une personne présentant des symptômes de fatigue chronique peut en bénéficier si elle en prend régulièrement. D'autres études ont montré que la maca peut également améliorer les symptômes liés à l'anxiété et à la ménopause.

Une autre étude réalisée en 2017 à l'aide de modèles animaux a conclu que la racine de maca peut être utile pour soulager les douleurs liées à l'arthrite et la neuropathie périphérique, courantes chez les personnes atteintes de diabète ou ayant des problèmes de circulation. 

Posologie conseillée : De 1 500 à 3 000 mg par jour ou comme indiqué sur l'étiquette

Le ginkgo

Cet arbre est l'une des plantes les plus étudiées : depuis 2008, plus de 2 000 études scientifiques ont été menées à son sujet. Puissant antioxydant, on pense que Ginkgo biloba apporte des bienfaits stimulant la réflexion et améliorant la circulation. 

Le ginkgo est considéré par certains comme un « fossile vivant ». On en a retrouvé la trace dans des couches rocheuses vieilles de 270 millions d'années. Originaire de Chine, les personnes ayant des problèmes de mémoire en prennent fréquemment, y compris celles atteintes de la maladie d'Alzheimer, et il peut améliorer la vivacité d'esprit. 

Une étude publiée en 2017 dans le Journal of Ethnopharmacology a montré que le ginkgo biloba, à une dose de 200 mg par jour, pourrait être bénéfique pour les personnes atteintes de démence. De plus, une étude réalisée en 2018 a démontré que Ginkgo biloba aide à protéger l'hippocampe (la partie du cerveau impliquée dans la formation de la mémoire à court et à long terme) des dommages oxydatifs. 

Enfin, une étude menée en 2015 auprès de plus de 2 500 patients a montré que le ginkgo peut être bénéfique pour les personnes souffrant de maladies cardiaques, en particulier l'angine de poitrine. 

Posologie conseillée : Comme indiqué sur l'étiquette

L'orpin rose

L'orpin rose (Rhodiola rosea) est un adaptogène, une plante qui aide à protéger les cellules et les organes contre les dégâts oxydatifs. Les adaptogènes poussent dans un environnement difficile et doivent se protéger contre les conditions climatiques extrêmes, ce qui leur confère une certaine résilience. 

L'orpin rose présente des bienfaits anti-inflammatoires, antioxydants, cardiaques et neurologiques. Il serait aussi bénéfique à la santé mentale, selon certaines études. Nous avons déjà parlé de l'orpin rose dans un précédent article

Une étude réalisée en 2016 a montré que Rhodiola peut avoir un effet bénéfique sur l'humeur tout en améliorant la gestion globale du stress. 

Cette herbe a également des effets anti-fatigue et aide à améliorer l'endurance physique, la mémoire et la tension artérielle. Elle peut aussi aider à soulager l'anxiété et la dépression.

Posologie conseillée : Gélule d'orpin rose : 200 à 500 mg une ou deux fois par jour, ou selon les indications de l'étiquette. Extrait liquide d'orpin rose : comme indiqué sur l'étiquette.

La berbérine

La berbérine est extraite du berbéris (Berberis vulgaris), un petit arbuste. Ce groupe de plantes contient des espèces à feuilles persistantes et d'autres à feuilles caduques. Présente en Europe, en Afrique du Nord, au Moyen-Orient et en Asie, ses baies sont une riche source de vitamine C

La berbérine est un ingrédient actif et peut être consommée comme aliment d'origine végétale ou comme complément. Il a été démontré dans des études scientifiques que la berbérine a divers effets bénéfiques sur la santé et elle est couramment utilisée en médecine traditionnelle chinoise (MTC) et en médecine ayurvédique, une tradition de guérison ayant ses origines en Inde.

La berbérine peut abaisser la glycémie et combattre les bactéries et les virus. Elle peut même aider à prévenir le cancer. Elle était aussi utilisée par d'anciens guérisseurs pour sa capacité à traiter la diarrhée infectieuse. De plus, la berbérine possède des propriétés antioxydantes qui peuvent aider à réduire l'inflammation et peuvent être bénéfiques dans la prévention et le traitement des maladies cardiovasculaires.

Des centaines de millions de personnes dans le monde souffrent de diabète. Une étude réalisée en 2012 a montré que la berbérine pourrait être utile pour réduire la sensibilité à l'insuline, ce qui, en fin de compte, aide à abaisser la glycémie. La berbérine semble agir de la même façon que la metformine, un médicament populaire contre le diabète. 

La berbérine présente de nombreux autres avantages potentiels. Une étude publiée en 2015 dans le Journal of Ethnopharmacology a montré que la berbérine pourrait être utile pour abaisser la glycémie et le taux de cholestérol. L'étude a également révélé une élévation du cholestérol HDL (bon cholestérol), qui est associé à une protection contre les crises cardiaques. Les scientifiques ont également démontré que la berbérine peut présenter des bienfaits pour le microbiome intestinal en favorisant la croissance des bactéries intestinales bénéfiques.

Posologie conseillée : 500 mg jusqu'à 3 fois par jour ou selon les indications de l'étiquette.

Le pau d'arco

Tabebuia est originaire de la région amazonienne d'Amérique du Sud. Le nom pau d’arco est d'origine portugaise et signifie « l'arbre qui s'incline ». Utilisé comme remède dans les cultures autochtones, l'arbre a des fleurs rose-violet et peut atteindre une hauteur de 38 m. Le bois de cet arbre était traditionnellement utilisé pour fabriquer des arcs. Les ingrédients actifs du pau d'arco sont les naphtoquinones, qui sont probablement responsables de ses propriétés bénéfiques pour la santé. 

Une étude réalisée en 2001 a montré une activité antifongique dans le cadre d'une application cutanée locale, tandis qu'une étude réalisée en 2009 a montré que l'herbe a des effets à la fois antifongiques et antibactériens. 

Le pau d'arco pourrait également être utile dans la lutte contre l'inflammation. Une étude publiée en 2008 dans le Journal of Ethnopharmacology a conclu que l'herbe pourrait être particulièrement utile pour traiter l'inflammation associée à l'arthrite et l'athérosclérose. De même, une étude plus récente publiée dans Molecular Medicine Reports en 2012 a montré que le pau d'arco a des effets anti-inflammatoires, réduisant l'inflammation jusqu'à 50 %. 

Avertissement : Ceux qui prennent des anticoagulants doivent être prudents et consulter leur médecin avant de prendre du pau d'arco. Posologie conseillée : Comme indiqué sur l'étiquette. Disponible sous forme de liquide, de gélules et de comprimés. Aussi disponible en infusion. 

Le thé vert

Le thé vert (Camellia sinensis) est la deuxième boisson la plus consommée au monde, juste après l'eau. De plus, c'est probablement l'une des boissons les plus saines que l'on puisse boire. Une recherche parue dans Pubmed, une base de données de recherche, montre que plus de 10 000 études sur le thé vert ont été publiées au cours des 10 dernières années. 

Les origines du thé remontent à des milliers d'années en Chine. Aujourd'hui, le thé vert est le type de thé le plus produit en Chine, avec plus de 1,5 million de tonnes cultivées chaque année.

Le thé vert est riche en antioxydants que l'on appelle « polyphénols », en particulier en EGCG (gallate d'épigallocatéchine). Les flavonoïdes, des métabolites des plantes susceptibles d'améliorer notre santé, sont également présents dans le thé vert. On peut par exemple citer la quercétine. Parmi les autres ingrédients actifs, on retrouve la caféine et la L-théanine, considérées comme des nootropiques, c'est-à-dire bénéfiques au cerveau. 

On pense que le thé vert présente de nombreux bienfaits sur la santé, comme la protection du cœur, le contrôle de la glycémie et du cholestérol, et l'amélioration de la santé du cerveau. Il est également utilisé par de nombreuses personnes pour réduire l'inflammation, ses propriétés anti-cancéreuses, la perte de poids et le bien-être général. 

Les études réalisées montrent un large éventail de bienfaits. Une étude de 2017 parue dans Phytomédecine, ayant comparé 21 autres études scientifiques, a conclu que le thé vert aide à réduire l'anxiété et à améliorer la mémoire fonctionnelle. Une précédente étude réalisée en 2016 a montré que le thé vert peut contribuer à améliorer la qualité de vie des personnes souffrant de maladies inflammatoires. Cela provient de l'ECGC qui peut supprimer le gène/protéines responsables des substances chimiques inflammatoires appelées cytokines.

De plus, une étude parue dans Medecine en 2017 a montré que les hommes qui consomment du thé vert (>7 tasses par jour) peuvent réduire leur risque de développer un cancer de la prostate, le deuxième cancer le plus fréquent chez les hommes. 

Le thé vert peut être consommé sous forme de gélules ou en infusion. Posologie conseillée : Comme indiqué sur l'étiquette. 

Le sureau (Sambucus)

Le sureau (Sambucus sp.), une plante à fleurs, est utilisé depuis des centaines d'années à des fins médicinales par les populations autochtones du monde entier. Avec des niveaux d'antioxydants plus élevés, en particulier les polyphénols (qui donnent aux fruits leur couleur profonde), que des fruits riches en nutriments comme la myrtille et la canneberge, le sureau a gagné en popularité au cours des dernières années. 

En médecine traditionnelle, le sureau est utilisé pour traiter les douleurs articulaires et arthritiques. Il est également utilisé par de nombreuses personnes pour gérer les symptômes des infections des voies respiratoires supérieures. On pense que les populations indigènes d'Amérique utilisaient le sureau comme traitement contre diverses infections et la fièvre. De même, en Europe, les baies de sureau étaient transformées en sirops à des fins médicinales. 

Un large éventail d'études sur le sureau ont été menées au cours des dernières années. Voici quelques-unes des découvertes :

Système immunitaire : Une étude réalisée en 2016 a montré que le sureau peut réduire la durée des symptômes du rhume chez ceux qui voyagent en avion, tandis qu'une étude réalisée en 2009 parue dans Phytochemistry a montré que le sureau peut agir de la même façon que l'oseltamivir (Tamiflu) et l'amantadine, des médicaments antiviraux sur ordonnance populaires. Il peut également augmenter la résistance du système immunitaire : des études de 2001 et 2002 ont montré que le sureau renforce la réponse du système immunitaire. 

Pression artérielle : Une étude de 2016 parue dans Pharmaceutical Biology a montré que les baies de sureau peuvent être utiles dans la gestion de l'hypertension artérielle. 

Inflammation : Une étude publiée en 2011 dans le Journal of Ethnopharmacology a montré que le sureau nain pourrait aider à réduire l'inflammation du TNF-alpha, un marqueur sanguin, dans les maladies inflammatoires chroniques. De plus, une étude de 2017 parue dans Pharmaceutical Biology a montré que l'extrait de sureau peut également aider à réduire le niveau d'inflammation chez les sujets testés. 

Diabète : une étude de 2016 portant sur des animaux a aussi montré que le sureau peut être utile dans le traitement du diabète. Une étude réalisée en 2017 a démontré que le sureau a un effet antidiabétique et peut être considéré comme un « aliment fonctionnel » dans la lutte contre le diabète. 

Posologie conseillée : Le sureau est disponible sous forme d'infusion, de sirop et de pastilles contre le mal de gorge. Il est également disponible sous la forme de gommes et de gélules pour une bonne santé générale. 

Références :

  1. Assessing bioflavonoids as regulators of NF-kappa B activity and inflammatory gene expression in mammalian cells. Saliou C, Valacchi G, Rimbach G Methods Enzymol. 2001; 335():380-7
  2. Effect and the probable mechanisms of silibinin in regulating insulin resistance in the liver of rats with non-alcoholic fatty liver. Yao J, Zhi M, Gao X, Hu P, Li C, Yang X Braz J Med Biol Res. 2013 Mar; 46(3):270-7.
  3. Silymarin inhibits the development of diet-induced hypercholesterolemia in rats. Krecman V, Skottová N, Walterová D, Ulrichová J, Simánek V Planta Med. 1998 Mar; 64(2):138-42.
  4. Silymarin retards the progression of alcohol-induced hepatic fibrosis in baboons. Lieber CS, Leo MA, Cao Q, Ren C, DeCarli LM J Clin Gastroenterol. 2003 Oct; 37(4):336-9.
  5. J Hepatol. 2009 Jun;50(6):1102-11.
  6. Karsch-Völk M, Barrett B, Linde K. Echinacea for preventing and treating the common cold. JAMA. 2015;313(6):618–619.
  7. Holistic Nurse Practitioner. 2016 Jan-Feb;30(1):54-7. 
  8. Aarland RC, Bañuelos-Hernández AE, Fragoso-Serrano M, et al. Studies on phytochemical, antioxidant, anti-inflammatory, hypoglycaemic and antiproliferative activities of Echinacea purpurea and Echinacea angustifolia extracts. Pharm Biol. 2017;55(1):649–656.
  9. Andrologia. 2009 Apr;41(2):95-9
  10. Maturitas. 2016 Oct;92:64-69.
  11. Int J Biol Macromol. 2017 Feb;95:1305-1311.
  12. Z Naturforsch C J Biosci. 2017 Oct 26;72(11-12):449-457
  13. J Ethnopharmacol. 2017 Jan 4;195:1-9.
  14. Inflammopharmacology. 2018 Feb;26(1):87-104.
  15. Phytomedicine. 2016 Jun 15;23(7):770-83.
  16. Berberine and its derivatives: a patent review (2009 - 2012). Singh IP, Mahajan S Expert Opin Ther Pat. 2013 Feb; 23(2):215-31
  17. Drug Metab Rev. 2017 May;49(2):139-157.
  18. Berberine improves insulin sensitivity by inhibiting fat store and adjusting adipokines profile in human preadipocytes and metabolic syndrome patients. Yang J, Yin J, Gao H, Xu L, Wang Y, Xu L, Li M
  19. Evid Based Complement Alternat Med. 2012; 2012():363845
  20. Oncotarget. 2017 Sep 11;9(11):10135-10146.
  21. J Ethnopharmacol. 2015 Feb 23;161:69-81.
  22. Modulating gut microbiota as an anti-diabetic mechanism of berberine. Han J, Lin H, Huang W
  23. Med Sci Monit. 2011 Jul; 17(7):RA164-7.
  24. J Ethnopharmacol. 2001 Jun;76(1):93-8.
  25. Bioorg Med Chem. 2009 Sep 1;17(17):6286-91.
  26. J Ethnopharmacol. 2008 Sep 2;119(1):145-52.
  27. Mol Med Rep. 2012 Oct;6(4):791-6.
  28. Phytomedicine. 2017 Oct 15;34:26-37
  29. Antiinflamm Antiallergy Agents Med Chem. 2016;15(2):74-90.
  30. Crit Rev Food Sci Nutr. 2017 May 24;57(8):1631-1637.
  31. Guo Y, Zhi F, Chen P, et al. Green tea and the risk of prostate cancer: A systematic review and meta-analysis. Medicine (Baltimore). 2017;96(13)
  32. Nutrients. 2016 Mar 24;8(4):182. doi: 10.3390/nu8040182.
  33. Phytochemistry. 2009 Jul;70(10):1255-61.
  34. Ho GT, Wangensteen H, Barsett H. Elderberry and Elderflower Extracts, Phenolic Compounds, and Metabolites and Their Effect on Complement, RAW 264.7 Macrophages and Dendritic Cells. Int J Mol Sci. 2017;18(3):584. Published 2017 Mar 8. doi:10.3390/ijms18030584
  35. Eur Cytokine Netw. 2001 Apr-Jun;12(2):290-6.
  36. Isr Med Assoc J. 2002 Nov;4(11 Suppl):919-22.
  37. Pharm Biol. 2016 Dec;54(12):3063-3067. Epub 2016 Jul 14.
  38. Schwaiger S, Zeller I, Pölzelbauer P, et al. Identification and pharmacological characterization of the anti-inflammatory principal of the leaves of dwarf elder (Sambucus ebulus L.). J Ethnopharmacol. 2011;133(2):704-9.
  39. Benevides Bahiense J, Marques FM, Figueira MM, et al. Potential anti-inflammatory, antioxidant and antimicrobial activities of Sambucus australis. Pharm Biol. 2017;55(1):991-997.
  40. Salvador ÂC, Król E, Lemos VC, et al. Effect of Elderberry (Sambucus nigra L.) Extract Supplementation in STZ-Induced Diabetic Rats Fed with a High-Fat Diet. Int J Mol Sci. 2016;18(1):13. Published 2016 Dec 22. doi:10.3390/ijms18010013
  41. J Agric Food Chem. 2017 Apr 5;65(13):2677-2685. 

Articles Associés

Tout afficher

Bien-être

Des approches naturelles pour aider à ralentir le processus de vieillissement

Bien-être

8 types de vitamines et leurs bienfaits sur la santé

Bien-être

Votre routine de lessive