header_search header_signed-out header_signed-in header_cart sharefilled circlex circleexclamation iherbleaf
checkoutarrow
FR
Produit
Total :
Réduction :
Ensemble :
Quantité:
Cart Total:
Payer
Les clients ont également acheté:
24/7 Aide
beauty2 heart-circle sports-fitness food-nutrition herbs-supplements
Troubles

Les risques principaux pour la santé des hommes

29 octobre 2018

Par Eric Madrid, docteur en médecine

Dans cet article :

Tout le monde sait que les hommes meurent plus jeunes que les femmes. Dans certains pays, l’écart peut n’être que d’une année alors que dans d’autres, comme en Russie par exemple, il peut quasiment atteindre 12 années. Il est important de prendre des mesures afin d’optimiser la santé des hommes et de minimiser cet écart.

Il existe plusieurs moyens d’augmenter l’espérance de vie des hommes. Cependant, avant de trouver les solutions, nous devons cerner les causes principales de la mortalité masculine. Une fois ces causes comprises, nous pourrons commencer à y remédier.

Les maladies cardiaques et l’AVC

Les maladies cardiaques et l’AVC sont la cause principale de mortalité masculine aux États-Unis, en Europe et en Asie. Les attaques cardiaques ont lieu lorsqu’une artère importante du cœur est obstruée. Cela réduit le débit sanguin et le manque d’oxygène endommage la partie concernée. Cela peut provoquer un arrêt du cœur.

Les AVC ont lieu dans le cerveau lorsque l’afflux sanguin vers les tissus sains est bloqué. 80 % des AVC sont provoqués par un caillot sanguin dans une artère alors que 20 % des AVC sont dus à une rupture d’anévrisme, provoquant une hémorragie dans le cerveau. Si elle n’est pas fatale, elle peut provoquer une inflammation et la mort de certaines cellules du cerveau. Il peut en résulter une faiblesse du bras ou de la jambe, ainsi qu’une déficience de la parole.

Malheureusement, l’adoption d’un style de vie occidental dans de plus en plus de pays dans le monde entraîne le désintérêt pour les régimes alimentaires ancestraux et les maladies cardiaques et les AVC continuent à progresser. Rien qu’aux États-Unis, les maladies cardio-vasculaires sont la cause de plus d’un million de décès chaque année. Dans le monde, cela représente 17 millions de décès.

La tension sanguine élevée est l’un des facteurs principaux des maladies cardiaques et des AVC : plus d’un milliard de personnes sur une population mondiale de 7,6 milliards ont une tension élevée.

Il existe aussi des preuves que les bactéries présentes dans les intestins peuvent augmenter le risque de maladies cardiaques et d’AVC. Des scientifiques ont démontré que lorsque certaines bactéries digèrent des aliments comme la viande rouge, les œufs, les produits laitiers et d’autres produits de source animale riches en L-carnitine et en choline, elles fabriquent un composé chimique appelé TMA (triméthylamine). Le foie transforme ensuite la TMA en TMAO (oxyde de triméthylamine) qui provoque des dégâts oxydatifs sur les vaisseaux sanguins. On pense que l’amélioration de la santé du microbiome intestinal grâce à une alimentation variée peut aider à réduire la production excessive de TMA. Il est probable que les médecins recommandent des prébiotiques et des probiotiques dans un avenir proche comme méthode de prévention des maladies vasculaires.

Les facteurs de risque des maladies cardiaques et des AVC

  • Une tension élevée fait travailler le cœur plus intensément que ce qu’il ne devrait
  • La cigarette endommage les vaisseaux sanguins et favorise l’obstruction des artères
  • Le diabète provoque des dégâts oxydatifs sur les vaisseaux sanguins
  • L’obésité apporte un stress supplémentaire au cœur
  • Les antécédents familiaux de maladies cardiaques (une vie saine peut réduire ce risque)
  • Un taux de cholestérol élevé contribue à l’obstruction des artères
  • Une mauvaise alimentation, en particulier pauvre en fruits et légumes
  • L’apnée du sommeil et le manque de sommeil font subir au cœur un stress excessif
  • Le signe de Frank ou DELC (pour Diagonal earlobe crease en anglais) est un signe de la présence de risque génétique
  • La calvitie commune est un autre signe de la présence d’un risque génétique

Manger sainement

Le choix de bons aliments est l’une des manières les plus importantes d’empêcher les maladies cardiaques tout en abaissant les inflammations dans le système vasculaire. Les bienfaits sur le cœur du régime méditerranéen ont été prouvés par de nombreuses études. Une étude de 2013 parue dans le New England Journal of Medicine, par exemple, a conclu que « Chez les personnes présentant un risque cardiovasculaire, un régime méditerranéen contenant de l’huile d’olive vierge extra et des noix réduit l’apparition d’événements cardiovasculaires sérieux ».

Un régime qui contient de grandes quantités de noix, de graines, d’huile de coco, de thé vert, de fruits et de légumes frais joue un rôle important dans la bonne santé générale du cœur et aide à obtenir les vitamines et les minéraux adéquats. Lorsque l’alimentation est insuffisante, on peut envisager de prendre des compléments.

Les compléments à prendre pour un cœur en bonne santé

En savoir plus sur les remèdes naturels pour un cœur en bonne santé.

Le cancer du poumon

Le cancer du poumon est l’un des cancers les plus courants, provoquant un décès prématuré. L’usage du tabac est responsable de 85 % des cancers du poumon. La pollution et l’exposition à différentes substances sur le lieu de travail sont aussi de grands contributeurs. Dans le monde, les Hongrois, les Arméniens et les Macédoniens présentent le taux le plus élevé de cette maladie dévastatrice. Les personnes vivant dans les pays européens et nord-américains présentent un risque supérieur à celles vivant en Afrique, en Amérique latine et dans les Caraïbes, qui ont les taux les plus bas de cancer du poumon.

Les facteurs de risque d’après l’American Cancer Society

  • La cigarette et le cigare
  • L’abus d’alcool
  • L’exposition indirecte au tabac
  • L’exposition à l’amiante
  • L’exposition au radon
  • La pollution de l’air, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur
  • L’arsenic dans l’eau potable
  • L’utilisation de compléments en bêta-carotène par les fumeurs

Les symptômes du cancer du poumon

  • L’apparition récente d’une toux
  • La toux accompagnée de sang
  • Les essoufflements
  • La fatigue
  • La perte de poids inexpliquée

Si vous pensez avoir les symptômes d’un cancer du poumon, consultez votre médecin. La plupart des médecins vous prescriront une radio de la poitrine. Selon votre facteur de risque, une tomodensitométrie peut aussi être envisagée. Les personnes atteintes d’infection chronique fongique des poumons peuvent parfois donner les signes d’un cancer du poumon. C’est pourquoi une biopsie est nécessaire en cas d’anormalité.

L’alimentation et le cancer du poumon

Une étude de 2003 a montré qu’une alimentation riche en fruits et légumes, qui contiennent beaucoup d’antioxydants protecteurs, peut réduire le risque du cancer du poumon de 25 %. Cela est probablement dû à la faculté des antioxydants de protéger contre les toxines. De plus, une méta-analyse réalisée en 2014 portant sur 8 938 patients a montré qu’une alimentation riche en vitamine C (acide ascorbique) a des effets protecteurs contre le cancer du poumon. Les chercheurs ont constaté une réduction de 7 % du risque pour chaque dose de 100 mg de vitamine C par jour. La consommation de vitamines issues d’aliments est préférable, mais cela peut être compliqué pour certaines personnes. Dans ce cas, on peut envisager de prendre des compléments.

Les compléments qui peuvent avoir des effets protecteurs :

  • La vitamine C : de 500 à 1 000 mg une ou deux fois par jour
  • La vitamine D : de 2 000 à 5 000 UI une fois par jour
  • Le curcuma : comme indiqué sur l’étiquette

La pneumonie et les maladies pulmonaires obstructives chroniques (MPOC)

Dans le monde, le tabac est le facteur de risque principal du développement de pneumonie et, plus sérieusement, de maladies pulmonaires obstructives chroniques (MPOC), une maladie chronique affectant les poumons principalement causée par l’usage du tabac. Des millions de personnes sont hospitalisées chaque année à cause de ses complications. Arrêter de fumer est la meilleure décision à prendre pour empêcher un décès prématuré dû à une infection pulmonaire.

L’usage du tabac réduit aussi la quantité de vitamine C dans le sang et facilite la pénétration des toxines dans le sang au niveau des poumons.

Une étude de 2016 réalisée par le Dr Shin a conclu que l’extrait d’écorce de pin pourrait être un traitement potentiel contre les MPOC. Une autre étude de 2017 a montré que les personnes prenant de l’extrait d’écorce de pin peuvent en ralentir la progression.

D’autres études ont montré que les personnes atteintes de MPOC qui ont une quantité inférieure de vitamine D dans le sang présentent un risque élevé de problèmes respiratoires.

Les compléments qui peuvent avoir des effets protecteurs

Le cancer du côlon

D’après l’American Cancer Society, le cancer du côlon est responsable de 8 % des décès causés par un cancer chez les hommes et de 9 % chez les femmes. Dans le monde, plus de 1,3 million de cas de cancer du côlon ont été recensés en 2016. Heureusement, la majorité des cas a pu être traité. On estime que 70 à 90 % des cas de cancer du côlon sont dus à une mauvaise alimentation, d’après une étude de 2018 parue dans le Journal of Gastrointestinal Oncology.

Une alimentation riche en fibres avec une grande proportion de fruits et légumes est cruciale pour aider à empêcher l’apparition d’un cancer du côlon. Les aliments riches en fibres aident à s’assurer que l’intestin se vide plus régulièrement, ce qui réduit la durée durant laquelle les toxines sont présentes dans le côlon.

Des études ont aussi montré qu’une alimentation riche en folate, que l’on trouve dans les feuilles des végétaux (les légumes-feuilles) peut aussi empêcher le cancer du côlon.

Des médecins recommandent d’effectuer fréquemment une coloscopie à partir de 50 ans. Les personnes ayant des antécédents familiaux de cancer du côlon chez des parents immédiats (parents, frères et sœur), peuvent devoir effectuer des analyses plus tôt.

La vitamine D et l’exposition à la lumière du soleil peuvent empêcher le cancer du côlon. Des scientifiques ont montré que les personnes qui habitent dans des régions plus fréquemment exposées à la lumière du soleil présentent un taux de cancer du côlon inférieur. Deux études (publiées en 2005 et 2007) ont montré que les personnes ayant plus de vitamine D dans le sang peuvent présenter un risque de cancer du côlon inférieur de 50 %. Une autre étude a conclu qu’une quantité supérieure de vitamine D permettrait de constater une réduction de 60 % des cas de cancer.

Une étude de 2014 a montré que les personnes chez lesquelles un cancer du côlon a été diagnostiqué et qui ont une grande quantité de vitamine D dans le sang sont moins susceptibles de mourir de cette maladie que les personnes avec une quantité inférieure. De manière similaire, une étude de 2016 a montré que le cancer de l’estomac affecte presque cinq fois plus souvent les personnes présentant une déficience en vitamine D.

Une étude de 2017 a aussi montré que les probiotiques, en particulier les lactobacilles reuteri, peuvent potentiellement aider à empêcher et à traiter le cancer du côlon dans des modèles concernant des animaux. Cependant, des recherches plus poussées sont nécessaires pour que cela devienne une approche courante. La bonne nouvelle, c’est qu’il n’y a aucune preuve que l’utilisation de probiotiques soit néfaste.

Il y a beaucoup de controverse quant à savoir si la viande rouge augmente réellement le risque du cancer du côlon. Certains disent que ceux qui mangent de grandes quantités de viande rouge ont forcément moins l’occasion de manger des fruits et légumes et que c’est ce qui pourrait expliquer la perception de risque accru. Il est préférable de choisir de la viande d’animaux nourris à l’herbe et sans hormone.

Les compléments qui peuvent avoir des effets protecteurs

La maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est une affection du cerveau qui atteint généralement les personnes âgées. Le docteur Aloysium « Alois » Alzheimer, un psychiatre allemand, a donné son nom à la maladie après avoir diagnostiqué une forme de démence chez une femme morte d’une « maladie mentale étrange » en 1906. Moins de 1 % des cas d’Alzheimer apparaissent avant 65 ans, mais des scientifiques prédisent qu’après 65 ans, une personne sur neuf présente un risque.

On pense que la maladie d’Alzheimer est provoquée par le dépôt dans le cerveau d’une protéine appelée bêta-amyloïde (ou Aβ). La protéine crée une sorte de tissu cicatriciel dans le cerveau, ce qui provoque des pertes de mémoire et d’autres symptômes de la maladie d’Alzheimer. Empêcher la protéine Aβ de se déposer pourrait être la réponse pour éviter et potentiellement faire régresser cette maladie incapacitante.

Les compléments qui peuvent avoir des effets protecteurs

Les vitamines

Les minéraux

Les herbes et autres compléments

  • Le curcuma : 500 mg d’une à trois fois par jour
  • Le resvératrol : 100 mg une ou deux fois par jour
  • L’ashwagandha : 500 mg une ou deux fois par jour
  • Les probiotiques : de 10 à 100 milliards d’unités par jour

En savoir plus sur les approches naturelles au traitement de la maladie d’Alzheimer et de la démence

Références :

  1. Accessed August 19, 2018 https://www.scientificamerican.com/article/why-is-life-expectancy-lo
  2. Accessed August 18, 2018 http://www.who.int/news-room/fact-sheets/detail/cardiovascular-diseases-(cvds)
  3. Accessed August 19, 2018  http://www.clevelandheartlab.com/blog/the-gut-the-heart-and-tmao/  Heart disease and TMAO production.
  4. Primary Prevention of Cardiovascular Disease with a Mediterranean Diet Ramón Estruch, M.D., Ph.D., Emilio Ros, M.D., Ph.D., et. Al N Engl J Med 2013; 368:1279-1290April 4, 2013DOI: 10.1056/NEJMoa1200303
  5. Accessed August 18th, 2018 https://www.wcrf.org/int/cancer-facts-figures/data-specific-cancers/lung-cancer-statistics
  6. Accessed August 18th, 2018 https://www.cancer.org/cancer/lung-cancer/prevention-and-early-detection/risk-factors.html
  7. Monaldi Arch Chest Dis. 2003 Jul-Sep;59(3):207-11.
  8. Accessed August 19, 2018  https://www.nature.com/articles/srep06161  Vitamin C and Lung Cancer risk
  9. Jin, H., Qiao, F., Wang, Y., Xu, Y., & Shang, Y. (2015). Curcumin inhibits cell proliferation and induces apoptosis of human non-small cell lung cancer cells through the upregulation of miR-192-5p and suppression of PI3K/Akt signaling pathway. Oncology Reports, 34, 2782-2789. https://doi.org/10.3892/or.2015.4258
  10. J Ethnopharmacol. 2016 Dec 24;194:412-420. doi: 10.1016/j.jep.2016.10.029. Epub 2016 Oct 8.
  11. Ko J-W, Shin N-R, Park S-H, et al. Pine bark extract (Pycnogenol®) suppresses cigarette smoke-induced fibrotic response via transforming growth factor-β1/Smad family member 2/3 signaling. Laboratory Animal Research. 2017;33(2):76-83. doi:10.5625/lar.2017.33.2.76.
  12. Pericleous M, Mandair D, Caplin ME. Diet and supplements and their impact on colorectal cancer. Journal of Gastrointestinal Oncology. 2013;4(4):409-423. doi:10.3978/j.issn.2078-6891.2013.003.
  13. Pericleous M, Mandair D, Caplin ME. Diet and supplements and their impact on colorectal cancer. Journal of Gastrointestinal Oncology. 2013;4(4):409-423. doi:10.3978/j.issn.2078-6891.2013.003.
  14. Accessed August 19, 2018  https://www.medicalnewstoday.com/articles/319401.php
  15. Marisol Rivera-Huerta, Vania Lorena Lizárraga-Grimes, Ibrahim Guillermo Castro-Torres, et al., “Functional Effects of Prebiotic Fructans in Colon Cancer and Calcium Metabolism in Animal Models,” BioMed Research International, vol. 2017, Article ID 9758982, 10 pages, 2017. https://doi.org/10.1155/2017/9758982.
  16. Yeon-Hwa Lee, Na-Young Song, Do-Hee Kim, Hye-Kyung Na and Young-Joon Surh Cancer Res July 1 2017 (77) (13 Supplement) 1250; DOI: 10.1158/1538-7445.AM2017-1250
  17. National Institute of Aging. Accessed  Aug. 27, 2016 https://www.nia.nih.gov/alzheimers/publication/alzheimers-disease-fact-sheet

Articles Associés

Tout afficher

Troubles

Des approches naturelles à la constipation

Troubles

Des remèdes naturels pour les douleurs articulaires

Troubles

L’acide alpha-lipoïque et la sclérose en plaques