checkoutarrow
FR
24/7 Aide
beauty2 heart-circle sports-fitness food-nutrition herbs-supplements

Zinc : le gardien de la fonction immunitaire

Par le Dr Michael Murray

Dans cet article:


Une carence en zinc (un oligoélément essentiel) montre que la présence ou l'absence d'un seul nutriment peut influer sur la fonction immunitaire. Sans un apport adéquat en zinc, nous pourrions perdre notre capacité à combattre les virus et à réguler l'intensité de notre réponse immunitaire qui peut provoquer de l'inflammation.1 La carence en zinc est courante, surtout chez les enfants et les personnes âgées. Même dans les pays développés, on pense que près de 30 % de la population âgée souffre d'une carence en zinc. Les personnes souffrant de troubles rénaux ou de diarrhées chroniques, les végétariens et les véganes souffrent souvent d'une carence en zinc. Pour connaître tous les bienfaits du zinc sur la santé et les avantages pour certaines affections spécifiques, consultez mon Guide rapide sur le zinc. Dans cet article, nous allonrs principalement aborder les rôles clés du zinc sur la fonction immunitaire.

REMARQUE : aucune étude récente ne porte sur le zinc, la COVID-19 ou le SARS-CoV-2. L'article ci-dessous reflète les effets du zinc en général en ce qui concerne les virus et les infections virales. Si vous présentez des symptômes évoquant la COVID-19 ou d'autres infections, consultez immédiatement un professionnel de santé.

Le zinc et les 3 processus immunitaires importants

Le zinc joue un rôle essentiel dans de nombreuses réactions du système immunitaire. Il intervient dans pratiquement tous les aspects de l'immunité, mais il est surtout essentiel dans les trois processus suivants : 

  • Le fonctionnement et les hormones du thymus
  • La signalisation et le fonctionnement des globules blancs
  • L'immunité innée2

Lorsque l'on parle de n'importe quel nutriment ou de la fonction immunitaire, il faut prendre en compte un aspect fondamental. Notre système immunitaire repose sur une interaction complexe entre de nombreux facteurs différents. Une carence en un seul nutriment peut perturber l'ensemble du système. Par exemple, le zinc fonctionne en étroite collaboration avec les vitamines A et Dle sélénium et de nombreux autres nutriments. Une carence en l'un de ces nutriments peut annuler les bienfaits du zinc.

Le zinc et le thymus

Son rôle dans le fonctionnement du thymus est l'un des principaux moyens par lesquels le zinc favorise la santé du système immunitaire. Le thymus est la principale glande de notre système immunitaire. Il est composé de deux lobes gris rosé lisses, disposés en forme de tablier juste en dessous de la thyroïde et au-dessus du cœur. Dans une très large mesure, la santé du thymus détermine la santé du système immunitaire.

Le thymus est responsable de nombreuses fonctions du système immunitaire, y compris la production de lymphocytes T, un type de globules blancs responsable de l'immunité à médiation cellulaire. L'immunité à médiation cellulaire fait référence aux mécanismes immunitaires qui ne sont ni contrôlés ni médiés par des anticorps. L'immunité à médiation cellulaire est extrêmement importante dans la résistance à l'infection par des bactéries, des levures (comme Candida albicans), des champignons, des parasites et des virus (comme Herpes simplex, celui d'Epstein-Barr et les virus à l'origine des hépatites). Un faible taux de zinc entraîne une déficience de l'immunité à médiation cellulaire pour plusieurs raisons, notamment son effet sur le thymus en général ainsi que sur les globules blancs. Et cela augmente non seulement le risque d'infections, mais aussi d'allergies, de maladies auto-immunes et d'inflammation. Heureusement, plusieurs études ont montré que la supplémentation en zinc pourrait permettre de remédier aux problèmes causés par un taux insuffisant de zinc sur l'immunité à médiation cellulaire, même chez les sujets âgés.3,4

Le thymus sécrète également plusieurs hormones qui dépendent fortement du zinc. Si le taux de zinc n'est pas adéquat, ces hormones ne sont pas actives. Les hormones sécrétées par le thymus sont de puissants stimulateurs du fonctionnement des globules blancs dans tout l'organisme. Il n'est donc pas surprenant qu'un faible taux de ces hormones dans le sang soit associé à une immunité déprimée et à une augmentation du risque d'infections. 

Le zinc et le fonctionnement des globules blancs

Tous les globules blancs utilisent largement le zinc pour leurs fonctions spécialisées. En plus des cellules T impliquées dans l'immunité à médiation cellulaire, les monocytes (des globules blancs) sont particulièrement sensibles à la carence en zinc. Les monocytes sont les « éboueurs » de notre organisme. Les monocytes qui se trouvent dans des tissus spécifiques comme le foie, la rate et les ganglions lymphatiques sont appelés macrophages. Les monocytes et les macrophages phagocytent (engloutissent) les particules étrangères, y compris les bactéries, les virus et les débris cellulaires, dans le but de les détruire. Les macrophages sont essentiels dans la protection contre l'invasion par les micro-organismes ainsi que dans l'identification des risques. S'ils détectent un danger, ils envoient un message aux autres cellules du système immunitaire. Tous ces processus très importants réalisés par les monocytes et les macrophages sont dépendants du zinc. Lorsque le taux de zinc est inférieur au niveau optimal, ces processus ne fonctionnent pas parfaitement.5

Les cellules NK (ou cellules tueuses naturelles) sont un autre type de globules blancs. Ces cellules doivent leur nom à leur capacité à détruire les cellules devenues cancéreuses et aussi celles qui ont été infectées par un virus. Le zinc est impliqué dans l'envoi du signal à la cellule NK lui indiquant qu'elle doit remplir sa fonction. Par conséquent, lorsque le taux de zinc est trop faible, la cellule NK ne reçoit pas le signal lui indiquant de passer à l'attaque.3 Cela peut avoir des conséquences dramatiques lors d'une infection virale. C'est donc une autre raison de s'assurer d'un apport en zinc adéquat.

Le zinc et l'immunité innée

En plus de ses effets sur le système immunitaire offrant une protection contre l'infection, le zinc seul, sous sa forme ionique, exerce une activité contre les infections virales. Le zinc n'est pas un antibiotique ni un médicament antiviral. C'est un nutriment qui prend part à la lutte de l'organisme contre les organismes agresseurs. Le zinc est un élément essentiel de notre immunité innée. On utilise ce terme pour décrire les mécanismes de défense dans l'organisme qui ont lieu naturellement et ne sont pas dus à l'activation du système immunitaire. L'importance du zinc pour notre immunité innée est une autre raison pour laquelle on le considère comme le « gardien de la fonction immunitaire ». Le zinc, ainsi que de nombreux autres nutriments comme les vitamines A et D, est particulièrement important dans le fonctionnement de nos barrières contre les infections constituées par la peau et les parois de nos voies respiratoires et gastro-intestinales.

Sous sa forme libre et ionique, le zinc est un puissant composant de la lutte de notre système immunitaire inné contre l'infection en bloquant directement la croissance de nombreux virus.6 Lorsqu'un virus infecte une cellule, il injecte un morceau de son code génétique et souvent une enzyme appelée réplicase qui pousse la cellule à dupliquer le virus. Le zinc, élément essentiel de notre immunité innée, est capable de bloquer l'enzyme réplicase et, par conséquent, de bloquer la réplication et la propagation du virus. Cependant, pour pouvoir agir, il semble que le zinc dépende de l'ouverture d'un « ionophore » (une porte spéciale sur la membrane cellulaire permettant aux ions d'entrer dans la cellule). De nombreux composés naturels peuvent agir comme ionophore pour le zinc afin d'aider à augmenter le taux intracellulaire de zinc ionique. Les plus importants sont les flavonoïdes comme la quercétine et ceux que l'on trouve dans le thé vert.7 Ces composés pourraient contribuer à augmenter le taux intracellulaire de zinc.

Posologie recommandée pour le zinc

Chez l'adulte, la posologie pour la supplémentation en zinc pour favoriser la bonne santé et durant la grossesse ou la lactation est de 15 à 20 mg. Chez l'enfant, la posologie conseillée est de 5 à 10 mg. Lorsque la supplémentation en zinc est utilisée pour répondre à un besoin accru ou pour renforcer les mécanismes de défense, la posologie recommandée est de 30 à 45 mg pour les hommes et de 20 à 30 mg pour les femmes. 

On recommande souvent des pastilles de zinc pour augmenter le taux de zinc pendant le rhume. En règle générale, pour les pastilles contenant de 15 à 25 mg de zinc élémentaire, on recommande d'en laisser fondre une sous la langue toutes les deux heures au réveil après une double dose initiale. On peut continuer ce rythme pendant 7 jours maximum. 

Formes disponibles de zinc

Le zinc est disponible sous de très nombreuses formes de complément alimentaire. Bien que l'on utilise souvent le sulfate de zinc dans les études cliniques portant sur le zinc, cette forme n'est pas celle qui est le mieux absorbée. Il est préférable d'utiliser du picolinate, de l'acétate, du citrate, du bisglycinate, de la monométhionine ou de de l'oxyde de zinc. Certaines données confirment que toutes ces formes sont très bien absorbées et qu'elles peuvent apporter des bienfaits pour la santé. La plupart des pastilles de zinc sont fabriquées avec du gluconate de zinc. Cela semble être une forme très efficace pour cette application.

Effets secondaires possibles du zinc

Prise à jeun, la supplémentation en zinc peut provoquer des troubles gastro-intestinaux et des nausées. C'est particulièrement vrai pour le sulfate de zinc. Une dose supérieure à 150 mg par jour prise sur une période prolongée peut entraîner de l'anémie, une réduction du taux de cholestérol HDL et un affaiblissement de la fonction immunitaire, car le zinc peut perturber l'absorption du cuivre.

Interactions médicamenteuses : le zinc peut réduire l'absorption de la tétracycline et de la ciprofloxacine. Il est conseillé de prendre n'importe quel supplément de zinc au moins 2 heures avant ou après ces antibiotiques.

Les médicaments suivants réduisent le taux de zinc dans l'organisme ou interfèrent avec son absorption : l'aspirine, l'AZT (azidothymidine), le captopril, l'énalapril, les œstrogènes (contraceptifs oraux et Premarin®), la pénicillamine et les diurétiques thiazidiques. Une supplémentation peut être nécessaire pour maintenir un taux optimal de zinc chez les personnes prenant ces médicaments.

Références :

  1. Gammoh NZ, Rink L. Zinc in Infection and Inflammation. Nutrients. 2017 Jun 17;9(6). pii: E624
  2. Wessels I, Maywald M, Rink L. Zinc as a Gatekeeper of Immune Function. Nutrients. 2017 Nov 25;9(12). pii: E1286. 
  3. Mocchegiani E, Romeo J, Malavolta M, et al. Zinc: dietary intake and impact of supplementation on immune function in elderly. Age (Dordr). 2013 Jun;35(3):839-60. 
  4. Barnett JB, Dao MC, Hamer DH, et al. Effect of zinc supplementation on serum zinc concentration and T cell proliferation in nursing home elderly: a randomized, double-blind, placebo-controlled trial. Am J Clin Nutr. 2016 Mar;103(3):942-51.
  5. Prasad AS. Zinc in human health: effect of zinc on immune cells. Mol Med. 2008 May-Jun;14(5-6):353-7. 
  6. Hulisz D. Efficacy of zinc against common cold viruses: an overview. J Am Pharm Assoc (2003). 2004 Sep-Oct;44(5):594-603.
  7. Dabbagh-Bazarbachi H, et al. Zinc ionophore activity of quercetin and epigallocatechin-gallate: from Hepa 1-6 cells to a liposome model. J Agric Food Chem. 2014 Aug 13;62(32):8085-93.

Articles Associés

Tout afficher

Bien-être

Vous vous sentez fatigué ? 5 compléments pour un coup de pouce énergétique naturel

Bien-être

Le 5-HTP est la meilleure réponse naturelle pour augmenter les niveaux de sérotonine du cerveau

Bien-être

Une bonne santé lymphatique peut-elle vous aider à vous détoxifier et à améliorer votre immunité ?