beauty2 heart-circle sports-fitness food-nutrition herbs-supplements

Le thymus – Principal régulateur du système immunitaire

Par le Dr Michael Murray

Dans cet article :


Si ce dernier est affaibli ou ne fonctionne pas de manière idéale, nous sommes plus vulnérables aux infections, et cela peut parfois avoir de graves conséquences. Rien ne garantit qu'un bon système immunitaire offre une protection totale, mais lorsqu'il fonctionne correctement, il dispose d'un formidable éventail d'outils pour nous protéger. Il est donc important que nous fassions tout notre possible pour assurer un fonctionnement optimal de notre système immunitaire.

La santé nutritionnelle contribue grandement au renforcement du système immunitaire. L'apport d'oligo-éléments et d'antioxydants, en particulier, est essentiel pour le fonctionnement de la principale glande du système immunitaire : le thymus. 

La glande thymus et l'immunité à médiation cellulaire

Le thymus est un organe mou, constitué de deux lobes gris rosé situés juste en dessous de la glande thyroïde et au-dessus du cœur. Dans une très large mesure, la santé du thymus détermine le fonctionnement de tout un pan de notre système immunitaire appelé « immunité à médiation cellulaire ». 

L'immunité cellulaire est une réponse immunitaire indépendante des anticorps ; ces protéines produites par une classe de globules blancs destinées à se lier aux agents pathogènes pour les détruire. L'immunité à médiation cellulaire est différente. Elle repose sur l'activation des globules blancs de type lymphocytes T, qui sont produits dans le thymus. L'immunité cellulaire implique également l'activation d'autres globules blancs grâce à divers messagers chimiques qui orchestrent la réponse immunitaire globale. La glande thymus est la principale régulatrice de l'immunité à médiation cellulaire grâce à ces messagers chimiques, qui comprennent plusieurs hormones telles que la thymosine, la thymopoïétine et le facteur thymique sérique. Un faible taux de ces hormones dans le sang est associé à une immunité déprimée et à une susceptibilité accrue aux infections. En règle générale, les taux d'hormones thymiques sont également très faibles chez les personnes âgées (la fonction de la glande thymus a tendance à diminuer avec l'âge) ainsi que chez les personnes soumises à un stress excessif.

Soutenir la fonction du thymus

L'une des clés pour un système immunitaire efficace est de recourir à des mesures visant à assurer le bon fonctionnement du thymus. Cela implique :

  • Prévention de l'involution ou du rétrécissement du thymus en garantissant un apport alimentaire suffisant en antioxydants.
  • Soutenir la production ou l'action des hormones sécrétées par le thymus par le biais de la nutrition.

Le développement de la glande thymus atteint son niveau maximum immédiatement après la naissance. Au cours du processus de vieillissement, elle connaît un processus de rétrécissement ou d'involution. La raison de cette involution est que la glande thymus est extrêmement sensible aux dommages causés par les radicaux libres et l'oxydation en raison du stress, des radiations, des infections et des maladies chroniques.

De nombreuses personnes dont la fonction immunitaire est altérée, ainsi que les conditions associées à une immunité affaiblie (par exemple, les maladies cardiovasculaires, le diabète, les maladies pulmonaires obstructives chroniques, les maladies rénales chroniques, le cancer, etc.) souffrent d'un état de stress oxydatif.1 Cela signifie que leur corps contient un plus grand nombre de pro-oxydants que d'antioxydants. L'augmentation du stress oxydatif est très préjudiciable au fonctionnement du thymus et accélère le vieillissement, en particulier du système immunitaire.2 L'un des principaux moyens par lequel les antioxydants contribuent au bon fonctionnement du système immunitaire, en particulier de l'immunité à médiation cellulaire, consiste à protéger la glande thymus contre les dommages. Les nutriments antioxydants les plus importants pour la protection du thymus comprennent la vitamine A (sous forme de bêta-carotène), la vitamine C, la vitamine E, le zinc et le sélénium. Ces mêmes nutriments, ainsi que la vitamine B , sont également essentiels pour assurer la production des hormones du thymus ainsi que de tous les autres éléments du système immunitaire, ce qui n'est pas surprenant.

Une formule de multiples vitamines et minéraux procurant au minimum l'apport journalier recommandé (AJR) est une très bonne garantie nutritionnelle pour renforcer la glande thymus, en particulier contre le déclin des fonctions du système immunitaire lié à l'âge. Les personnes âgées sont les plus exposées au risque de carence nutritionnelle. L'effet d'un supplément de diverses vitamines et minéraux sur la fonction immunitaire chez les personnes âgées a fait l'objet de plusieurs études en double aveugle.3 Les résultats de ces travaux ont montré que les sujets âgés recevant le supplément nutritionnel présentaient des améliorations de nombreuses fonctions du système immunitaire et souffraient de beaucoup moins d'infections que les groupes placebo. 

La spiruline : un super-aliment pour le thymus

La spiruline est également une excellente solution pour améliorer la nutrition du thymus. Il s'agit d'une algue bleue-verte particulièrement riche en protéines, caroténoïdes, vitamines, minéraux et acides gras essentiels. C'est un super-aliment prisé depuis longtemps par de nombreux individus soucieux de leur santé, et ce pour de bonnes raisons. Elle possède un excellent profil nutritionnel tout en étant riche en substances phytochimiques bénéfiques. En ces temps marqués par un intérêt accru pour les aliments et les nutriments favorisant la santé du système immunitaire, la spiruline est un choix judicieux. 

Elle se distingue par ses effets antioxydants et immunitaires impressionnants. Au-delà de son profil nutritionnel exceptionnel, cette algue renferme diverses substances phytochimiques ayant des propriétés antioxydantes et des effets bénéfiques sur le fonctionnement du système immunitaire. En particulier, la spiruline semble être particulièrement utile à notre immunité innée dans un mécanisme qui semble faire intervenir le thymus. Par exemple, elle soutient l'activité et la fonction naturelles des cellules tueuses (cellules K) et stimule les lymphocytes T et les facteurs chimiques associés au thymus. Certains de ces avantages peuvent être mis en relation avec ses composants antioxydants, en particulier la phycocyanine ; le pigment bleu de la spiruline qui est un protecteur cellulaire efficace. Il a été démontré que la spiruline améliore à la fois les marqueurs sanguins du stress oxydatif et les marqueurs de la fonction immunitaire. L'amélioration d'au moins un de ces marqueurs, par une diminution des marqueurs d'oxydation ou une augmentation des enzymes antioxydantes, a été observée chez des sujets sains souffrant de difficultés pulmonaires chroniques (1 g et 2 g/jour à 60 jours) ; chez des sujets sains (7,5 g/jour à 3 semaines) ; chez des sujets âgés (8 g/jour à 12 et 16 semaines) ; chez des coureurs (4 g/jour à 2 semaines) ; et chez des sujets atteints de diabète de type 2 (8 g/jour à 12 semaines).4

La spiruline est disponible comme complément alimentaire sous forme de gélules et en poudre. La dose type recommandée est de 1 à 8 grammes par jour, mais des doses bien plus élevées ont été utilisées (par exemple 20 g par jour) et sont considérées comme sûres. Les doses élevées sont généralement prises lorsque la spiruline est ingérée pour sa teneur en protéines ou pour assurer un soutien optimal des antioxydants et du système immunitaire, tandis que les doses plus faibles sont utilisées pour un soutien général des antioxydants et du système immunitaire.

Spiruline, caroténoïdes et santé immunitaire

La spiruline est l'une des sources les plus riches en bêta-carotène , avec une concentration dix fois supérieure à celle des carottes. Par ailleurs, le bêta-carotène ne représente que l'un des dix caroténoïdes présents dans la spiruline. Les caroténoïdes forment le groupe de pigments naturels le plus répandu dans la nature. C'est un groupe de composés liposolubles très colorés (rouge et jaune). Le plus connu est le bêta-carotène, que le corps peut convertir en vitamine A. L'activité biologique d'un caroténoïde a toujours été considérée comme synonyme de l'activité correspondante de la vitamine A. Le bêta-carotène est considéré comme le plus actif des caroténoïdes en raison de son activité de provitamine A plus élevée. Cependant, de récentes recherches suggèrent que cette fonction des caroténoïdes a été exagérément soulignée, car on a constaté qu'ils présentent de nombreuses autres activités physiologiques importantes. Plus de 600 caroténoïdes ont maintenant été identifiés, mais seuls 30 à 50 d'entre eux semblent avoir une activité sur la vitamine A. La lutéine, le lycopène et l'astaxanthine sont des exemples de carotènes non-provitamines A qui présentent d'importants bienfaits pour la santé.

En ce qui concerne la fonction immunitaire, nombre de ces carotènes non-provitamines A ont une influence positive sur le système immunitaire et peuvent également offrir une meilleure protection pour prévenir le rétrécissement du thymus. Les caroténoïdes jouent un rôle important dans le maintien de la fonction des globules blancs et sont particulièrement utiles à l'immunité à médiation cellulaire en renforçant l'effet des composés de signalisation des cellules immunitaires comme l'interféron.5 L'interféron est un puissant composé de renforcement du système immunitaire qui joue un rôle central dans la protection contre les infections virales.

De récentes études ont montré que les caroténoïdes exercent un certain nombre d'effets de renforcement du système immunitaire, mais les effets globaux des caroténoïdes étaient déjà connus en 1931, lorsqu'on a constaté qu'un régime alimentaire riche en carotènes, tel que déterminé par les taux de carotène dans le sang, était inversement proportionnel au nombre de jours de classe manqués par les enfants.6 En d'autres termes, les enfants ayant des taux de carotène plus élevés dans le sang manquaient moins souvent l'école. Initialement, on pensait que les propriétés immunitaires des carotènes étaient dues à leur conversion en vitamine A. Aujourd'hui, on sait que les carotènes exercent de nombreux effets immunitaires indépendamment de toute activité de la vitamine A, grâce notamment à leurs actions de protection du thymus et de l'immunité à médiation cellulaire.

Les effets antioxydants remarquables de la spiruline sont largement dus à sa teneur élevée en carotène et à son pigment phycocyanique.7 Le bêta-carotène de la spiruline semble également très bien utilisé selon des études cliniques sur l'homme. Dans l'un de ces travaux, une dose d'un gramme de spiruline chez 5 000 enfants d'âge préscolaire en Inde s'est avérée efficace pour remédier à de graves carences en vitamine A. Après cinq mois, le pourcentage d'enfants souffrant de sérieuses déficiences en vitamine A est passé de 80 à 10 %. La vitamine A préformée (rétinol) est mieux utilisée à cette fin, car en cas de malnutrition, la conversion du bêta-carotène en vitamine A est altérée. Cette étude a néanmoins démontré que même de très faibles doses de spiruline sont capables de réduire considérablement les risques de cécité, d'immunodépression et de dommages neurologiques causés par une carence en vitamine A chez les enfants.8 

Sources alimentaires de carotènes

Outre la spiruline, les légumes à feuilles vertes comptent parmi les sources les plus riches en carotènes. Les caroténoïdes des plantes vertes se trouvent dans les chloroplastes avec chlorophylle, généralement dans des complexes avec une protéine ou un lipide. Le bêta-carotène est la forme prédominante dans la plupart des feuilles vertes. En général, plus la couleur verte est intense, plus la concentration de bêta-carotène est élevée. Les fruits et légumes de couleur orange (par exemple, carottes, abricots, mangues, ignames, courges, etc.) sont également de bonnes sources alimentaires de caroténoïdes. Les fruits et légumes rouges et violets (comme les tomates, le chou rouge, les baies et les prunes) contiennent de nombreux autres types de carotènes non-provitamines A (par exemple, le lycopène) ainsi qu'un autre groupe de pigments appelés flavonoïdes. 

Recommandations relatives à la supplémentation en bêta-carotène

La spiruline est un excellent choix en tant que source de bêta-carotène et il est important de se rappeler qu'elle possède un complexe caroténoïde complet. Il existe également d'autres sources naturelles de bêta-carotène sur le marché, notamment celles dérivées de l'huile de carotte, de l'algue Dunaliella salina et de l'huile de palme. Les formes naturelles semblent offrir plus d'avantages que la forme de synthèse, dans la mesure où elles offrent une plus grande variété de carotènes, exercent une meilleure protection antioxydante et sont mieux absorbées. En outre, les sources naturelles sont nettement plus efficaces pour renforcer la fonction immunitaire. Par exemple, une étude menée auprès d'étudiants en bonne santé a montré que le groupe qui consommait environ 15 mg de bêta-carotène provenant de carottes par jour obtenait de meilleurs résultats en termes de stimulation de la fonction immunitaire que celui qui consommait 15 mg de bêta-carotène synthétique.9 

Une dose quotidienne de 15 mg de carotènes mixtes ou de bêta-carotène naturel (25 000 UI ou 7 500 EAR) est généralement considérée comme sûre et efficace pour le maintien de la santé immunitaire. Le niveau de bêta-carotène et la teneur totale en caroténoïdes sont indiqués dans les rubriques « Informations sur les compléments » et « Données nutritionnelles » de ces produits. 

Références :

  1. Liguori I, Russo G, Curcio F, et al. Oxidative stress, aging, and diseases. Clin Interv Aging. 2018 Apr 26;13:757-772. 
  2. Barbouti A, Vasileiou PVS, Evangelou K, et al. Implications of Oxidative Stress and Cellular Senescence in Age-Related Thymus Involution. Oxid Med Cell Longev 2012;2012:670294.
  3. High KP. Micronutrient supplementation and immune function in the elderly. 
  4. Clin Infect Dis 1999;28:717-22.
  5. Finamore A, Palmery M, Bensehaila S, Peluso I. Antioxidant, Immunomodulating, and Microbial-Modulating Activities of the Sustainable and Ecofriendly Spirulina. Oxid Med Cell Longev. 2017;2017:3247528. 
  6. Milani A, Basirnejad M, Shahbazi S, Bolhassani A. Carotenoids: biochemistry,
  7. pharmacology and treatment. Br J Pharmacol. 2017 Jun;174(11):1290-1324. 
  8. Clausen SW. Carotenemia and resistance to infection.  Trans Am Pediatr Soc  1931; 43:27–30.
  9. Park WS, Kim HJ, Li M, et al. Two Classes of Pigments, Carotenoids and C-Phycocyanin, in Spirulina Powder and Their Antioxidant Activities. Molecules. 2018 Aug 17;23(8). pii: E2065.
  10. Seshadri C.V. Large scale nutritional supplementation with spirulina alga. All India Coordinated Project on Spirulina. Shri Amm Murugappa Chettiar Research Center (MCRC) Madras, India. 1993.
  11. Brevard PB.  Beta-carotene affects white blood cells in human peripheral blood.  Nutr Rep Int  1989;40:139–150.

Articles Associés

Tout afficher

Bien-être

7 compléments de gestion du stress pour aider à retrouver une nouvelle normalité

Bien-être

Comment concevoir une routine quotidienne de compléments

Bien-être

Un guide de 5 minutes sur le glutathion : son importance pour la fonction immunitaire