header_search header_signed-out header_signed-in header_cart sharefilled circlex circleexclamation iherbleaf
checkoutarrow
FR
Produit
Total :
Réduction :
Ensemble :
Quantité:
Cart Total:
Payer
Les clients ont également acheté:
24/7 Aide
beauty2 heart-circle sports-fitness food-nutrition herbs-supplements
Bien-être

10 bienfaits sur la santé de la vitamine C

16 juillet 2018

Par Eric Madrid, docteur en médecine

Dans cet article :

La vitamine C, aussi connue comme acide ascorbique ou ascorbate, est l’une des vitamines les plus étudiées ces 50 dernières années. Une recherche dans la littérature scientifique révèle que plus de 53 000 études ont été menées sur la vitamine C depuis 1968. Les découvertes montrent qu’elle aide à promouvoir un système immunitaire résistant ainsi qu’une bonne santé cardiovasculaire, cérébrale et de la peau parmi une multitude d’autres bienfaits.

De nombreux scientifiques sont persuadés qu’à une époque, le corps humain était capable de fabriquer de la vitamine C, mais qu’il a perdu cette faculté au fil du temps. Toutes les espèces animales, y compris la plupart des mammifères, peuvent fabriquer de la vitamine C, à l’exception des êtres humains, des singes et des cobayes (cochons d’Inde). Le cerveau et les glandes surrénales contiennent la plus forte quantité de vitamine C, de 15 à 50 fois plus que dans le sang. Cela semble logique si l’on considère que la vitamine C fut découverte par Albert Szent-Györgyi en 1928 alors qu’il effectuait des recherches sur les glandes surrénales. La vitamine C, qui présente des propriétés antioxydantes, est aussi un enzyme « co-factorisant » pour au moins huit réactions biochimiques importantes.

D’après une étude de 2009 parue dans The American Journal of Clinical Nutrition, plus de 7 % des personnes âgées de six ans et plus ont présenté une déficience en vitamine C lors d’un test sanguin. Plus de la moitié des sujets de l’étude consommaient une faible quantité d’aliments riches en vitamine C. Durant les cinq dernières années, j’ai diagnostiqué le scorbut chez trois patients, une maladie que l’on diagnostiquait chez les marins anglais qui avaient un accès limité aux fruits frais.

Mon premier patient atteint de scorbut était une femme de 40 ans qui fumait (la quantité de vitamine C dans le corps des fumeurs est inférieure) et qui m’a avoué avoir de mauvaises habitudes alimentaires. Ce qui l’inquiétait, c’était ses gencives qui saignaient et sa peau sujette aux ecchymoses. Après que son dentiste a confirmé l’absence de maladies sur les gencives, je lui ai prescrit un test sanguin qui a confirmé la déficience en vitamine C. C’est ce qui a mené au diagnostic du scorbut. L’état de ses gencives qui saignaient et la promptitude de ses ecchymoses se sont améliorés après quelques semaines de supplémentation en vitamine C. Les deux autres patients présentaient également des ecchymoses comme symptômes initiaux.

Les facteurs de risque de la déficience en vitamine C

  • Une mauvaise alimentation
  • Une faible consommation de fruits et légumes
  • La cigarette (chaque cigarette oxyde environ 60 mg de vitamine C)

Les symptômes de la déficience en vitamine C

  • Les ecchymoses
  • La fatigue
  • La dépression
  • Les gencives qui saignent
  • Les douleurs articulaires
  • Les douleurs osseuses
  • Les douleurs musculaires
  • Les œdèmes

Les sources alimentaires de vitamine C

  • Le poivron
  • Le brocoli
  • Le chou
  • La papaye
  • L’orange
  • Le chou de Bruxelles
  • Le melon
  • Le kiwi
  • La fraise

Les bienfaits sur la santé de la vitamine C

L’anémie

L’anémie provoquée par une déficience en fer est commune. Elle peut apparaître chez les femmes ayant des règles abondantes ou chez les personnes ayant des hémorroïdes, des polypes du côlon ou pire, un cancer du côlon. Une fois la cause identifiée, un médecin peut recommander une supplémentation en fer. En cas de prise de fer, il est également recommandé de prendre de la vitamine C car elle aidera à améliorer l’absorption du fer et à réduire l’effet constipant du fer.

Le cancer

Dans les années 1970, le double prix Nobel Linus Pauling a théorisé qu’une grande dose de vitamine C pourrait aider à empêcher et à soigner le cancer. Une grande controverse a suivi cette déclaration. En laboratoire, il a été démontré que la vitamine C tue les cellules cancéreuses. Cependant, lorsqu’elle est prise oralement, les bienfaits ne sont pas aussi puissants. De nombreuses études ont montré que l’injection en intraveineuse de vitamine C permet d’en élever la quantité dans le sang par rapport à une prise orale. Elle est aussi bien tolérée par les patients atteints de cancer. Cependant, peu de médecins administrent de la vitamine C par voie intraveineuse car seuls ceux qui sont équipés du matériel nécessaire peuvent le faire.

Une étude de 2018 sur plus de 24 000 personnes a montré que celles présentant une plus grande quantité de vitamine C dans le sang présentent un risque inférieur de 42 % de développer un cancer de l’œsophage et aussi un risque inférieur d’être atteintes du syndrome de Barrett, l’état précancéreux.

La cataracte

La cataracte est l’opacification du cristallin qui apparait avec le vieillissement. La bonne nouvelle est qu’elle peut être évitée. Une étude de 2013 a montré qu’une alimentation riche en fruits, en légumes et en vitamine C peut aider à prévenir la formation de la cataracte.

Le collagène et la santé de la peau

La vitamine C joue un rôle significatif dans la formation du collagène, le composant principal des artères et de la peau. Le collagène est aussi important pour avoir des dents en bonne santé. Des études montrent qu’une alimentation riche en aliments contenant de la vitamine C est bonne pour la peau, les dents et les os. Une alimentation riche en vitamine C est un bon moyen d’optimiser cet antioxydant important. La consommation de vitamine C présente aussi de nombreux bienfaits sur la peau : une étude de 2018 a indiqué que la vitamine C prise oralement avec des protéines de collagène montre une amélioration significative dans la santé de la peau après seulement 12 semaines.

De plus, l’application de vitamine C de manière topique directement sur le visage et d’autres parties du corps est bénéfique à la protection de la peau contre les dégâts du soleil, d’après certaines études.

La santé du cœur

Avec le vieillissement, le risque de maladies cardiaques apparait. Elles peuvent être provoquées par des artères obstruées et se manifester sous la forme d’arythmie cardiaque (nécessitant parfois d’utiliser un stimulateur cardiaque). Les choix que nous faisons tous les jours impactent la personne que nous serons plus tard. Bien manger est important. Des études montrent qu’une alimentation riche en vitamine C est bonne pour le cœur et le fait d’arrêter de fumer peut aussi avoir des bienfaits sur la santé du cœur : les personnes qui ne fument pas ont une quantité de vitamine C dans le sang 4,3 fois supérieure à celles qui ne fument pas. Cela explique probablement pourquoi la cigarette augmente le risque des maladies cardiaques et accélère le vieillissement.

L’obstruction des artères, aussi connue sous l’appellation « artériosclérose », est une maladie qui affecte la circulation sanguine. Une étude de 2017 parue dans le Journal of Nutritional Biochemistry a démontré que l’églantier, riche en vitamine C, aide à empêcher l’athérosclérose, un indicateur précoce de maladies cardiaques. La fibrillation atriale est une maladie cardiaque diagnostiquée en cas de battements irréguliers du cœur. Le risque de développer cette maladie augmente avec l’âge et peut aussi apparaître après une opération du cœur. Une étude de 2018 parue dans Clinical Cardiology a montré que les patients ayant reçu de la vitamine C après une opération du cœur présentent un risque inférieur de développer une fibrillation atriale en comparaison avec celles qui n’en ont pas reçue.

La mémoire

La vitamine C peut aussi être bénéfique pour entretenir la mémoire, une préoccupation commune. Le docteur Dale Bredesen de l’université de Los Angeles en Californie (UCLA) a créé un protocole complet dans son livre The End of Alzheimer’s Disease parue en 2017. La vitamine C est l’un des compléments qu’il recommande parmi d’autres dans le cadre de son approche naturelle de la maladie d’Alzheimer.

Une étude de 2018 sur des animaux testant leur mémoire a montré que des rats exposés au tabac avaient une mauvaise mémoire. Cependant, lorsque l’on administrait de la vitamine C à ces rats avant d’être exposés à la fumée, leur mémoire était améliorée. De plus, une étude de 2015 a montré que des rats privés de sommeil et ayant reçu de la vitamine C avait une meilleure mémoire en comparaison à ceux qui étaient aussi privés de sommeil mais qui ne recevaient pas de vitamine C. On pense que la vitamine C aide à empêcher les dégâts oxydatifs de l’hippocampe, la partie du cerveau impliquée dans la mémoire.

La maladie parodontale

Les maladies des dents et des gencives sont un facteur de risque majeur pour les maladies cardiaques. Plus une personne a des maladies affectant ses gencives, plus le risque d’avoir une maladie cardiaque est élevé. Une étude de 2018 montre que la vitamine C joue un rôle important dans la santé des gencives. Une étude de 2015 montre aussi que la vitamine C joue un rôle important dans la santé des gencives des personnes âgées.

Le rhume commun

La vitamine C, aussi connue sous l’appellation « acide ascorbique », est recommandée pour aider à prévenir les rhumes communs depuis des décennies. Il n’existe à ce jour aucun remède contre le rhume commun, mais une étude de 2014 a montré que la vitamine C peut réduire le risque de développer des rhumes et réduit aussi la durée des rhumes en comparaison avec un placebo (pilules de sucre). D’autres études ont montré que les personnes victimes de stress physique ont plus de chances d’empêcher l’infection par un rhume lorsqu’elles absorbent de la vitamine C. D’autres études sont cependant nécessaires. Dose recommandée : de 500 mg à 2 000 mg par jour.

Septicémie (infection du sang)

Une infection du sang, ou septicémie, peut provoquer une maladie sérieuse et parfois la mort. L’infection peut démarrer à n’importe quel endroit du corps, mais les infections du sang trouvent souvent leur origine dans les poumons (pneumonie), l’appareil urinaire ou la peau. Une étude de 2018 a montré que la vitamine C administrée en intraveineuse, en cas d’administration conjointe de vitamine B1 et de stéroïdes, peut aider à empêcher les dégâts aux organes chez les personnes atteintes de septicémie. Une étude de 2018 parue dans le Journal of Critical Care a montré que la vitamine C peut aider à réduire les inflammations chez les personnes atteintes d’infections du sang. D’autres études sont en cours et cette thérapie est en cours d’évaluation avant d’être acceptée par les professionnels de santé.

Les troubles convulsifs

Une étude de 2018 a montré que les personnes atteintes d’épilepsie, un trouble convulsif, avaient plus de chances d’avoir des déficiences nutritionnelles, y compris une déficience en vitamine C. Cela peut être dû aux médicaments utilisés pour traiter l’épilepsie.

Effets indésirables

Quelques cas ont été rapportés dans lesquels la supplémentation en vitamine C augmentait le risque de calculs rénaux. Cependant, cela est rare. Les personnes ayant des antécédents de calculs rénaux doivent éviter de prendre plus de 1 000 mg de vitamine C par jour en raison du risque potentiel de l’augmentation de la production d’oxalate et l’accumulation d’oxalate de calcium dans les reins. De plus, les personnes souffrant d’une surabondance en fer ou une hémochromatose doivent être prudentes car la vitamine C favorise l’absorption du fer dans les intestins. Consultez votre médecin si vous avez des doutes.

Interactions médicamenteuses

Une utilisation quotidienne d’aspirine semble abaisser la quantité de vitamine C dans le corps. Une supplémentation quotidienne en vitamine C devrait être envisagée. De plus, la prise orale de stéroïdes (comme la prednisone) abaisse la quantité de vitamine C dans le sang tout comme l’utilisation régulière de médicaments réduisant l’acide stomacal.

Posologie recommandée :

Gélules/comprimés de vitamine C : 250 mg à 2 000 mg par jour

Poudre de vitamine C : 250 mg à 2 000 mg par jour

Gommes à la vitamine C : 250 mg à 2 000 mg par jour

Références :

  1. Gaby, Alan. Nutritional Medicine , Second Edition  April 2017
  2. Harrison FE, May JM. Vitamin C function in the brain: vital role of the ascorbate transporter SVCT2. Free Radic Biol Med. 2009;46(6):719–30. doi: 10.1016/j.freeradbiomed.2008.12.018.
  3. American  Journal of Clinical  Nutrition. 2009 Nov;90(5):1252-63. doi: 10.3945/ajcn.2008.27016. Epub 2009 Aug 12.
  4. Integrative Cancer Therapy. 2018 May 1:1534735418775809. doi: 10.1177/1534735418775809. [Epub ahead of print]
  5. Padayatty SJ, Riordan HD, Hewitt SM, Katz A, Hoffer LJ, Levine M. Intravenously administered vitamin C as cancer therapy: three cases. CMAJ : Canadian Medical Association Journal. 2006;174(7):937-942. doi:10.1503/cmaj.050346.
  6. British  Journal of  Cancer. 2018 May 21. doi: 10.1038/s41416-018-0113-y.
  7. Pastor-Valero M. Fruit and vegetable intake and vitamins C and E are associated with a reduced prevalence of cataract in a Spanish Mediterranean population. BMC Ophthalmology. 2013;13:52. doi:10.1186/1471-2415-13-52.
  8. Heart Advis. 2015 Oct;18(10):10.
  9. Clin Cosmet Investig Dermatol. 2018 Apr 30;11:195-201. doi: 10.2147/CCID.S150269. eCollection 2018.
  10. Al-Niaimi F, Chiang NYZ. Topical Vitamin C and the Skin: Mechanisms of Action and Clinical Applications. The Journal of Clinical and Aesthetic Dermatology. 2017;10(7):14-17.
  11. Heart Advis. 2015 Oct;18(10):10.
  12. Clinical Respiratory Journal. 2017 Dec 16. doi: 10.1111/crj.12757.  (non-smokers have vitamin C levels 4.3 rimes higher than smokers)
  13. J Nutr Biochem. 2017 Jun;44:52-59. doi: 10.1016/j.jnutbio.2017.02.017. Epub 2017 Mar 21.
  14. Van Gorkom GNY, Klein Wolterink RGJ, Van Elssen CHMJ, Wieten L, Germeraad WTV, Bos GMJ. Influence of Vitamin C on Lymphocytes: An Overview. Antioxidants. 2018;7(3):41. doi:10.3390/antiox7030041.
  15. Carr AC, Maggini S. Vitamin C and Immune Function. Nutrients. 2017;9(11):1211. doi:10.3390/nu9111211.
  16. Inhalation Toxicology. 2018 May 22:1-8. doi: 10.1080/08958378.2018.1474977. [Epub ahead of print]
  17. Brain Research Bulletin. 2015 Apr;113:41-7. doi: 10.1016/j.brainresbull.2015.02.002. Epub 2015 Feb 25.
  18. Molecules. 2018 May 20;23(5). pii: E1226. doi: 10.3390/molecules23051226.
  19. Geriatric and  Gerontology International. 2015 Mar;15(3):241-54. doi: 10.1111/ggi.12408. Epub 2014 Nov 19.
  20. Johnston CS, Barkyoumb GM, Schumacher SS. Vitamin C Supplementation Slightly Improves Physical Activity Levels and Reduces Cold Incidence in Men with Marginal Vitamin C Status: A Randomized Controlled Trial. Nutrients. 2014;6(7):2572-2583. doi:10.3390/nu6072572.
  21. Pharmacol Ther. 2018 Apr 21. pii: S0163-7258(18)30070-6. doi: 10.1016/j.pharmthera.2018.04.007.
  22. Clin EEG Neurosci. 2018 May 1:1550059418772755. doi: 10.1177/1550059418772755.

Articles Associés

Tout afficher

Bien-être

4 étapes pour une meilleure santé intestinale

Bien-être

Les meilleures herbes pour aider en cas de stress

Bien-être

La mélatonine – Pas seulement pour le sommeil