beauty2 heart-circle sports-fitness food-nutrition herbs-supplements
Troubles

Une approche naturelle contre l'ostéoporose

20 novembre 2017

par le Dr Eric Madrid

 Un nouveau-né a 280 os et tout au long de l'enfance, beaucoup de ces os fusionnent, pour arriver à un total de 208 os chez l'adultes. Composés d'eau (10 à 20 %), de minéraux (70 %) et de collagène (10 %), c’est entre 25 et 35 ans que les os  sont les plus solides. Préserver leur santé est essentiel.

 Prévenir l'amincissement des os est crucial pour entretenir une bonne santé. L'ostéopénie et l'ostéoporose sont des maladies diagnostiquées par un médecin lorsque la densité des os est inférieure à celle attendue chez une personne d'un âge donné. Chez beaucoup d'individus, les os  s'amincissent avec l'âge. Cependant, il y a des choses à faire pour aider à assurer le maintien de la solidité des os et pour réduire les risques de fracture.  

Les os ont plus de fonctions dans le corps que ce qu'on pense. Ci-dessous figurent certaines des fonctions qu'ils assurent :

  • stockage des bonnes graisses
  • production de globules blancs qui nous protègent des infections
  • production de globules rouges (hémoglobine) qui sont essentiels pour faire circuler l'oxygène dans tout le corps
  • stockage de minéraux dont le corps a besoin pour le bon fonctionnement des enzymes
  • support structurel pour le corps
  • mobilité du corps

Ostéoporose

L'ostéoporose affecte plus de 75 millions de personnes au Japon, en Europe et aux USA, et on estime que 200 millions de personnes supplémentaires sont affectées sur la planète.  Avant qu'un individu ne développe de l'ostéoporose, il atteint un stade intermédiaire appelé ostéopénie, pendant lequel les os sont plus fins que la normale mais plus épais qu'en cas d'ostéoporose.

Si une personne est jugée à risque par son médecin (en ce qui concerne l'épaisseur des os), celui-ci peut demander un test de densité osseuse, un type de radiographie qui détermine cette densité osseuse. Un test de densité osseuse est habituellement recommandé chez certains individus :

les femmes de 65 ans et + :

  • les femmes ménopausées avec un des facteurs de risque suivants : fracture après l'âge de 45 ans, utilisation de stéroïdes oraux pendant plus de trois mois, consommation de tabac, indice de masse corporelle de 22 ou moins
  • une femme ou un homme qui a une maladie qui augmente les riques d'ostéoporose, comme la polyarthrite rhumatoïde
  • les hommes de 50 ans ou + avec un les facteurs de risque suivants : fracture non traumatique, faible taux de testostérone, constatation d'une ostéopénie par radiographie, hyperparathyroïdie

Les personnes atteintes d'ostéoporose ont plus de chances de se fracturer un os. La fracture la plus communément observée est la fracture de la hanche, qui se produit souvent en cas de chute accidentelle. Dans mon cabinet privé, pratiquement chaque semaine, je fais admettre un patient à l'hôpital à cause d'une fracture de la hanche. Dans la plupart des cas , le patient a perdu l'équilibre et est tombé.

 Lorsque je fais admettre un patient à l'hôpital, je demande son avis au spécialiste des os (un chirurgien  orthopédique) qui va l'opérer pour poser une prothèse de hanche. Le patient reste habituellement à l'hôpital pendant quelques jours avant d'être transféré dans un centre de rééducation, où il recevra une assistance et où il renforcera la région située autour de sa nouvelle hanche en titane.

Les fractures de la hanche peuvent être dangereuses et peuvent mettre la vie d'un individu en péril. Des études montrent qu'entre 14 et 48 % des personnes ayant une fracture de la hanche risquent de mourir dans l'année qui suit l'accident. Renforcer ses os aide à prévenir une fracture qui peut se révéler dangereuse.

Les personnes qui font régulièrement des chutes doivent consulter un spécialiste et peuvent éventuellement faire effectuer par un professionnel un diagnostic de sécurité concernant leur domicile. Il n'est pas rare qu'une personne fasse une chute à cause d'un tapis mal arrangé ou en trébuchant à cause d'un chien ou d'un chat. Une mauvaise vision ou la présence d'une cataracte à un œil peut également augmenter les risques de chute.

 Une personne souffrant visiblement d'ostéoporose ou d'ostéopénie doit en avertir son médecin afin qu'il détermine si des tests sanguins sont nécessaires pour confirmer ou infirmer la maladie. Des tests sanguins mesurant les phosphatases alcalines peuvent aider à écarter la maladie de Paget, une maladie qui entraîne une malformation et une faiblesse des os. Un test sanguin concernant le calcium, s'il révèle des niveaux bas, peut indiquer une faible absorption ou de trop faibles apports via l'alimentation. À l'inverse, ce même test sanguin, s'il révèle des niveaux élevés, peut indiquer une anomalie hormonale (une glande parathyroïde trop active) entraînant la lixivation du calcium dans les os.

Des niveaux normaux de calcium dans le sang n'éliminent pas le besoin de prendre des compléments alimentaires avec calcium. Un test concernant le fonctionnement des reins, une numération globulaire complète, les niveaux de magnésium, de testostérone (chez les hommes) et d'œstrogène (chez les femmes) ainsi que des tests concernant la thyroïde (TSH, T4, T3) doivent également être effectués lorsqu'on recherche les causes d'un amincissement des os.

facteurs de risque de l'ostéoporose :

  • les femmes sont plus affectées que les hommes  
  • les femmes d'origine européenne et d'origine asiatique sont plus susceptibles d'être touchées que les femmes d'origine africaine ou hispanique
  • les femmes âgées de 65 ans ou +
  • les personnes ayant un indice de masse corporelle inférieur à 22
  • les fumeurs ou anciens fumeurs
  • les personnes ayant dans leur famille des antécédents d'ostéoporose
  • syndrome métabolique
  • diabètes
  • hypothyroïdie, une insuffisance de l'activité de la thyroïde
  • consommation de soda
  • prise de médicaments comme des stéroïdes oraux, des antidépresseurs (comme la fluoxétine, la sertraline, le citalopran), et des anticoagulants (warfarin)

Comment prévenir la perte de densité osseuse ?

Un individu peut effectuer de nombreux changements au niveau de son régime alimentaire et de son style de vie pour aider à entretenir la bonne santé des os. Les plus proactifs étant de bien se nourrir et de rester actif afin d'avoir des os en parfaite santé.

Calcium : s'assurer que son régime alimentaire est riche en fruits et légumes contenant du calcium est important pour entretenir la solidité des os.

Vitamine D : la vitamine D renforce, entre autres, la solidité des os (plus d'informations au sujet des bienfaits de la vitamine D sur la santé). Des tests sanguins fréquents doivent être réalisés afin de s'assurer que des quantités suffisantes sont consommées et/ou produites. Passer du temps dehors, au soleil, sans en abuser, est également un bon moyen de générer de la vitamine D.

Magnésium : la consommation en quantités suffisantes d'aliments riches en magnésium, dont des légumes verts, est essentielle. Le magnésium agit avec le calcium pour rendre les os solides.

Exercices physiques consistant à soulever du poids : effectuer ce type d'exercices pendant un minimum de 150 minutes par semaine est utile pour entretenir la solidité des os. À effectuer environ 30 minutes par jour, cinq jours par semaine.

Tai Chi : un type d'art martial populaire en Asie et ayant montré qu'il aide à réduire les risques de chute de 50 % chez les individus de 65 ans et +  qui le pratiquent, selon une étude parue dans le Journal of the American Geriatrics Society.

Bonne santé des intestins : consommer des aliments cultivés joue un rôle important dans l'entretien de la microflore intestinale. Parmi ces aliments figurent le miso (soupe), les yaourts, le kéfir et la choucroute. De plus, un régime alimentaire riche en fruits et légumes fournit des prébiotiques, des aliments pour les bonnes bactéries intestinales, ce qui les aide à  prospérer.

Traitement conventionnel :

Parmi les médicaments approuvés par la FDA (Food and Drugs Administration des USA) pour prévenir et traiter l'ostéoporose figurent :

  • les bisphosphonates (mode d'adinistration : oral ou IV ; alendronate, ibandronate, risédronate, pamidronate, acide zolédronique)
  • spray nasal avec calcitonine
  • hormone parathyroïde (teriparatide)
  • traitement à l'œstrogène / à la progestérone / à la testostérone ;  si ce traitement est utilisé, il est conseillé d'effectuer une hormonothérapie substitutive bio-identique, qui peut constituer une alternative plus sûre.
  • agonistes / antagonistes de l'œstrogène (raloxifène)

Les bisphosphonates constituent la principale classe de médicaments qui peut aider à inverser l'ostéoporose ou l'ostéopénie et reconstruire les os. Cependant, certaines études suggèrent que cela pourrait nuire à la qualité de les os.

La FDA a également approuvé un médicament administré par voie intraveineuse contre l'ostéoporose, un bisphosphonate appelé acide zolédronique (Reclast / Zometa), qui peut être administré tous les ans pour un coût de 1 200 $. Il est habituellement pris en charge par l'assurance maladie si une personne a trop d'effets secondaires avec un bisphosphonate sous forme de comprimé. Cependant, ces médicaments provoquent également des effets secondaires. Certains patients ont développé de maux d'estomac ou des douleurs au niveau des mâchoires ou encore une ostéonécrose du maxillaire. La solution administrée par voie intraveineuse a pu causer des symptômes identiques à ceux de la grippe et dans de rares cas, elle a même entraîné des dommages sur les reins chez certains individus. Epocrates Online, une base de donnée qui recense les médicaments pouvant être prescrits, répertorie 23 effets secondaires qui peuvent éventuellement être ressentis lors d'une prise de bisphosphonates.

Effets secondaires communs des bisphosphonates :

  • douleurs abdominales
  • reflux acides
  • nausée
  • maux de ventre (dyspepsie)
  • constipation
  • diarrhées
  • douleurs articulaires
  • gaz (flatulences)

Effets secondaires graves :

  • difficultés à avaler (dysphagie)
  • inflammation de l'œsophage (œsophagite)
  • ulcère à l'œsophage
  • perforation de l'œsophage
  • blessure à l'œsophage
  • ulcère à l'estomac
  • réaction allergique
  • gonflement du corps (angio-œdème)
  • réaction cutanée sévère
  • faible de taux de calcium dans le sang (hypocalcémie)
  • gonflement des yeux (uvéite, sclérite)
  • ostéonécrose du maxillaire
  • douleurs musculosquelletiques

En raison de ces effets secondaires, beaucoup d'individus choisissent une approche plus naturelle, du moins au départ. Alors que je prescris fréquemment ces médicaments contre l'ostéoporose et l'ostéopénie, beaucoup de mes patients souhaitent souvent essayer des traitements alternatifs, au moins au début du traitement de la maladie. Dans la plupart des cas, ceci est particulièrement approprié.

Traitements alternatifs :

  • bouillon d'os – le bouillon d'os en soupe ou en poudre constitue un excellent complément à un régime alimentaire. Le bouillon d'os est une bonne source d'acides aminés, de collagène de type 2, de glucosamine, de chondroïtine et d'acide hyaluronique, tous étant importants pour la bonne santé des os.
  • collagène  :  une étude de 2017 a montré que consommer plus de cette protéine pourrait aider à prévenir les fractures et entretenir la solidité des os. Les poudres avec collagène constituent une excellente source de cette protéine « constructrice » d'os.
  • probiotiques : une bonne microflore intestinale aide à optimiser l'absorption des vitamines et  des minéraux, qui aident ensuite à améliorer la santé des os. Des études sur des animaux ont montré une amélioration de la densité osseuse, alors que des études sur des humains ont montré que les os sont moins susceptibles de « s'affiner » avec la présence de probiotiques qui contiennent à la fois des lactobacilles et des bifidobactéries.  
  • vitamine C : importante pour la formation de collagène dans les os. La dose recommandée est de 500 à 1 000 mg par jour.
  • vitamine D : doit être prise quotidiennement. La vitamine D aide à assurer que le calcium et le magnésium sont correctement absorbés. Les doses quotiennes de vitamine D vont de 1 000 UI à 5 000 UI.
  • calcium : la prise d'un complément avec calcium doit être envisagée, la dose quotidienne recommandée est de 500 mg à 1 200 mg.
  • magnésium  : du chélate de magnésium (aspartate de magnésium, citrate de magnésium, malate de magnésium) doit être pris quotidiennement, entre 125mg et 500 mg. Si vous développez des selles molles, réduire le dosage.
  • vitamine K2 : cette vitamine doit être régulièrement consommée, au moins 45 mcg par jour. Si vous êtes sous warfarine, votre dosage peut nécessiter un ajustement. Consultez votre médecin.
  • strontium  : un oligoélément qui aide à augmenter la densité osseuse chez les hommes et les femmes, selon une étude. Jusqu'à 2 000 mg par jour.
  • bore : un oligoélément. Prendre 3 à 9 mg par jour. Cette quantité est habituellement présente dans les compléments multivitaminés de bonne qualité.
  • silice : entre 5 et 10 mg par jour, aide la santé générale des os.
  • zinc : 10 mg par jour sont recommandés

Il existe beaucoup de compléments alimentaires pour la santé des os qui contiennent beaucoup des vitamines et minéraux listés ci-dessus.

Nutrition

  • avoir un régime alimentaire riche en légumes verts, qui contiennent beaucoup de calcium, magnésium et vitamine K.  Parmi eux, le brocoli, le chou, les épinards, le chou de Chine, le chou kale, etc.
  • avoir un régime alimentaire riche en aliments contenant de la vitamine A comme la carotte, la patate douce, le chou kale et beaucoup d'autres encore
  • avoir un régime alimentaire riche en aliments cultivés, comme le yaourt, le kéfir et le miso (soupe) 

Vous pouvez améliorer la santé de vos os

Une santé optimale des os constitue une part importante de la santé de l'organisme entier. Un bonne alimentation et des exercices physiques réguliers jouent un grand rôle à la fois dans la prévention et le traitement de l'ostéopénie et de l'ostéoporose. Souvent, cela ne suffit pas et la consommation de compléments alimentaires qui assurent des apports adéquats de protéines, vitamines, et minéraux est nécessaire pour obtenir une solidité optimale des os. Si cela ne suffit pas, la prescription de médicaments doit être envisagée.

Références:

  1. Accessed October 8, 2017- https://en.wikipedia.org/wiki/Bone
  2. Osteoporosis Int. 2006 Dec;17(12):1726-33. Epub 2006 Sep 16.
  3. Schnell S, Friedman SM, Mendelson DA, Bingham KW, Kates SL. The 1-Year Mortality of Patients Treated in a Hip Fracture Program for Elders. Geriatric Orthopaedic Surgery & Rehabilitation. 2010;1(1):6-14. doi:10.1177/2151458510378105.
  4. J Am Geriatr Soc. 2017 Sep;65(9):2037-2043. doi: 10.1111/jgs.15008. Epub 2017 Jul 24.
  5. March 15, 2010 Family Practice News. In article entitles Risks of Long Term Bisphosphonate Use Unclear by Mary Ellen Schneider
  6. Dietary Protein Intake above the Current RDA and Bone Health: A Systematic Review and Meta-Analysis Taylor C. Wallace & Cara L. Frankenfeld Journal of the American College of Nutrition Vol. 36 , Iss. 6,2017
  7. S Jafarnejad et al. J Am Coll Nutr 36 (7), 497-506. 2017 Jun 19.  Effects of a Multispecies Probiotic Supplement on Bone Health in Osteopenic Postmenopausal Women: A Randomized, Double-Blind, Controlled Trial
  8. J Clin Endocrinol Metab. 2013 Feb;98(2):592-601. doi: 10.1210/jc.2012-3048. Epub 2013 Jan 22.
  9. Bone. 2009 Sep;45(3):460-5. doi: 10.1016/j.bone.2009.05.014. Epub 2009 May 21.
  10. JUGDAOHSINGH R. SILICON AND BONE HEALTH. The journal of nutrition, health & aging. 2007;11(2):99-110.

Articles Associés

Tout afficher

Troubles

Les herbes naturelles et la démence vasculaire

Troubles

Des approches naturelles à la constipation

Troubles

Des remèdes naturels pour les douleurs articulaires