beauty2 heart-circle sports-fitness food-nutrition herbs-supplements
Forme Physique

À quel moment dépasse-t-on la quantité d'exercice adéquate pour perdre du poids ?

24 juillet 2019

Par Lisa Payne, CPT

La perte de poids est un cheminement personnel. Cela exige de la confiance en soi, des entraînements stimulants et du temps. Il est essentiel d'établir un plan personnalisé de conditionnement physique et de nutrition avec un professionnel de la santé ou un professionnel de la condition physique certifié pour se composer un régime amaigrissant approprié, un programme d'entraînement efficace et la quantité adéquate d'exercice pour des résultats sur le long terme.

Bien qu'il n'existe pas de quantité d'exercice universelle pour aider tout le monde à atteindre un poids désiré, il est essentiel de privilégier la qualité à la quantité. Lorsqu'une personne est en surpoids, obèse ou atteinte d'obésité morbide et que cela affecte sa santé et sa qualité de vie, cette personne exprime souvent un désir de perdre du poids le plus rapidement possible. On peut penser qu'il serait préférable de faire plus d'exercice que la limite recommandée, et que cela pourrait accélérer le processus de perte de poids.

Le surentraînement peut aussi venir de la peur de reprendre du poids une fois l'objectif de poids atteint. En réalité, une quantité d'exercice trop importante n'aide pas toujours à conserver un poids voulu et peut même avoir l'effet inverse. Une quantité malsaine d'exercice physique peut mener au syndrome du surentraînement et créer d'autres problèmes de santé.

Lorsque le corps humain a atteint ou dépassé ses limites physiques, il est impératif de bien se reposer et récupérer. On peut par exemple s'imposer des journées sans salle de sport, des étirements et des bains au sel d'Epsom. Sans ça, l'organisme commencera à s'épuiser. Même les sportifs de haut niveau savent que leur corps a besoin de carburant d'entraînement comme les barres protéinées et les boissons protéinées conjointement avec un programme d'entraînement équilibré pour apporter à son corps tout ce qu'il y a de mieux en matière de performances et pour continuer à mener une vie saine. Les besoins individuels et le programme d'entraînement de chacun évoluent au fil du temps pour empêcher la prise de poids, les maladies et le syndrome du surentraînement.

Qu'est-ce que le syndrome du surentraînement ?

Le syndrome du surentraînement apparaît au moment où le niveau d'exercice devient malsain pour le corps, provoquant du stress et entraînant la dégradation de l'organisme. Les symptômes du syndrome du surentraînement se manifestent souvent au niveau du système immunitaire, du système endocrinien, du système musculaire et même du système neurologique. Parmi les symptômes potentiels, on peut notamment citer :

  • Les fluctuations de l'humeur
  • Les difficultés à bien dormir
  • La fatigue
  • La malnutrition
  • La perte de poids ou la reprise de poids
  • L'inflammation articulaire
  • L'anxiété
  • Les troubles alimentaires
  • Les douleurs, raideurs et courbatures musculaires
  • L'obscurcissement cérébral
  • La diminution de la fonction immunitaire

Le stress chronique sur le corps dû à un excès d'exercice en plus du stress quotidien peut également entraîner des fluctuations hormonales. Les glandes surrénales sont situées sur les reins et aident à réguler le métabolisme, le système immunitaire, la réponse au stress et d'autres fonctions corporelles. Alors que certains médecins affirment qu'il n'existe aucune preuve scientifique prouvant que la fatigue surrénalienne est une affection réelle, d'autres affirment qu'elle existe bel et bien. Lorsque le corps subit un stress chronique, on pense que la fatigue surrénalienne peut produire des symptômes tels que l'insomnie, les douleurs corporelles, la fatigue, l'envie de sucre, la dépression, les problèmes digestifs et d'autres affections.

Surentraînement et réaction au stress

Qu'il s'agisse de stress physique, émotionnel ou les deux, le corps humain réagit de manière très différente. En période de stress chronique, l'organisme sécrète trois hormones : la corticotrophine (CRH), l'adrénocorticotrophine (ACTH) et le cortisol. Lorsque le corps se sent en danger, il libère de la CRH, ce qui déclenche la libération d'ACTH et donc de cortisol. Le cortisol est l'hormone de stress primaire de l'organisme qui agit comme un chien de garde en cas de danger, modère l'humeur, maintient l'inflammation à un niveau bas, contrôle le sommeil et augmente l'énergie. Une trop grande quantité de cortisol dans l'organisme peut entraîner une maladie appelée le syndrome de Cushing. Cette affection peut entraîner un gain de poids, une insuffisance musculaire, le diabète et d'autres problèmes de santé.

La combinaison du stress de la vie quotidienne et de séances d'exercice trop intensives peut déclencher à long terme une réaction de stress du corps, provoquant un déséquilibre hormonal et une inflammation. Cela peut empêcher la personne concernée de perdre du poids ou de conserver un poids sain, tout en augmentant le risque de développer une maladie ou un grave problème de santé.

Pour perdre du poids ou conserver un poids sain en toute sécurité, il est recommandé d'avoir une alimentation équilibrée constituée de repas sains et d'absorber des aliments avant et après l'entraînement. Cela peut être des fruits, des fruits à coque ou une formule de récupération. Suivez un plan de conditionnement physique qui vous a été spécifiquement prescrit par un professionnel de santé ou un professionnel de condition physique certifié. En avançant dans votre programme, fixez des points de contrôle pour créer avec succès des étapes réalisables et qui ne mèneront pas à une mauvaise alimentation ou à des habitudes d'exercice malsaines. Cependant, si vous constatez des signes du syndrome du surentraînement ou de fatigue surrénalienne, consultez toujours un médecin pour déterminer les mesures à prendre.

En attendant, voici quelques conseils de santé à essayer quotidiennement tout en apprenant à connaître les besoins et les limites de votre organisme :

  • Dormez bien entre 8 et 9 heures par nuit.
  • Buvez de 8 à 10 verres d'eau par jour. Augmentez votre consommation d'eau et/ou d'électrolytes les jours d'entraînement intense et lorsque la température grimpe.
  • Éliminez ou limitez l'absorption d'alcool, de sucre, d'aliments transformés et de graisses saturées.
  • Prenez des jours de repos.
  • Ayez une alimentation composée de protéines maigres, de graisses saines et de glucides complexes.
  • Prenez soin de votre santé digestive en absorbant des fibres. Ajoutez des probiotiques comme vous le recommanderait votre professionnel de santé.
  • Pratiquez la gestion du stress et la pleine conscience grâce au yoga, à la méditation ou à la thérapie par la parole.
  • Réduisez l'inflammation et les douleurs musculaires avec des bains au sel d'Epsom, de l'acupuncture, une thérapie de massage ou des rouleaux de mousse.
  • Stimulez votre santé immunitaire en adoptant une alimentation équilibrée qui comprend une quantité adéquate de La vitamine C, de vitamine B et de La vitamine D.
  • Portez un moniteur de fréquence cardiaque pour surveiller l'intensité de votre entraînement.
  • Planifiez un examen médical annuel.

Avec un plan d'entraînement bien organisé, l'exercice devrait être stimulant sans être écrasant. Les plans de conditionnement physique de qualité évoluent pour que la personne qui le suit puisse constater et ressentir les résultats de façon constante sans souffrir. Une quantité plus importante d'exercices ne garantit pas toujours des résultats plus importants.

N'oubliez pas que les jours de repos sont aussi productifs que les séances d'entraînement elles-mêmes. Mieux vous récupérez, meilleurs seront vos résultats Meilleurs seront vos résultats, plus longtemps ils dureront.

Articles Associés

Tout afficher

Forme Physique

Les compléments avant entraînement sont-ils aussi efficaces sans caféine ?

Forme Physique

Y a-t-il des dangers à s'entraîner à jeun ? Voilà ce que vous devez savoir

Forme Physique

Comment la déshydratation affecte vos entraînements ?