checkoutarrow
FR
24/7 Aide
beauty2 heart-circle sports-fitness food-nutrition herbs-supplements
Troubles

Des approches naturelles de la fatigue surrénale

9 octobre 2017

Ne vous êtes-vous jamais senti(e) très fatigué(e) et avoir eu une dose instantanée d'énergie ? Cette énergie vient probablement d'une poussée d'adrénaline et de cortisol des glandes surrénales, une paire de glandes qui se trouvent au-dessus de chaque rein. S'il vous est arrivé d’être effrayé, vous connaîtrez cette sensation d'avoir une poussée d'adrénaline qui traverse votre corps. L'adrénaline vise à donner au corps cette dose d'énergie servant à échapper au danger.

Certains mécanismes de contrôle de base sont destinés à contrecarrer le stress quotidien. Cependant, si le stress est extrême, inhabituel ou de longue durée, ces mécanismes de contrôle peuvent être nocifs. Le stress déclenche un certain nombre de changements biologiques qui sont contrôlés et régulés par les glandes surrénales.

Une réponse surrénale anormale, un excès ou une faible sécrétion d'hormones altère la réponse au stress de manière significative. Il arrive souvent que les glandes surrénales saturent en raison d'une sollicitation constante. La fatigue surrénale est un effet secondaire commun en cas de stress continu et de l'administration de corticostéroïdes (par ex. l'utilisation de prednisone). Une personne qui souffre de fatigue ou d'épuisement surrénal souffrira de fatigue chronique et pourrait se sentir « stressée ». Ces personnes verront également leur résistance aux allergies et aux infections réduite.

Supporter les glandes surrénales

Un des meilleurs moyens de supporter les glandes surrénales est de combattre le stress de manière efficace. Cela implique l'utilisation de techniques qui visent à réduire le stress. Des exercices et des techniques de relaxation telles que la méditation, la prière, la rétroaction biologique et l'autohypnose sont des composantes essentielles du programme de gestion du stress. L'exercice est un facteur de stress physique, mais c'est une manière bénéfique d'intégrer la réaction de lutte ou de fuite dans la routine quotidienne. En ce qui concerne le stress, la pratique courante d'exercices physiques conduit à une augmentation de la capacité d’y faire face et réduit le risque de maladies qui y sont liées.

Des techniques de relaxation cherchent à empêcher les résultats du stress en provoquant la réaction inverse, c'est-à-dire la relaxation. Un individu peut se détendre en dormant, en regardant la télévision ou en lisant un livre, mais les techniques de relaxation visent à produire une « réaction de détente ».

Les effets psychologiques de la réaction de détente sont opposés à ceux du stress. La réaction de détente sert à réparer, maintenir et restaurer le corps.

Pour obtenir une réaction de détente, on peut utiliser diverses techniques : par ex. la méditation, la prière, la relaxation progressive, la rétroaction biologique et l'autohypnose. Le type de méthode de relaxation le mieux adapté à chaque personne est individuel. Il est important d’y consacrer au moins 5 à 10 minutes par jour. Ces séances servent également à respirer de manière efficace et décontractée.

Support nutritionnel surrénal

Tout d'abord, le support nutritionnel pour une bonne fonction surrénale est un régime alimentaire à faible indice glycémique. Évitez les sucres raffinés, en particulier le saccharose et le sirop de maïs à forte teneur en fructose, les pâtisseries, les beignets, les boissons sucrées (gazeuses, énergétiques pour sportifs et à base de caféine) et toutes les autres boissons riches en sucres. Les sucres contenus dans ces aliments sont rapidement absorbés par le sang, entraînant ainsi une rapide hausse du taux glycémique et un contrôle glycémique extrêmement stressant. Il est également important de se limiter à de petites portions d'amidons et de féculents, de pâtes, de pain et toute autre forme de glucides.

Les fluctuations du taux de glycémie accentuent énormément la fonction surrénale et sont la principale cause de l'excès de cortisol. Les niveaux de cortisol élevés ne sont pas uniquement associés à un niveau de stress élevé, mais également à une perte de contrôle de l'appétit, à l'envie de sucre et à une prise de poids. Un excès de cortisol est également lié à l’affaiblissement du système immunitaire, à la dépression, la perte de masse musculaire, l'ostéoporose et l’atrophie cérébrale.

Un autre objectif est de consommer des aliments riches en potassium et d'éviter les aliments riches en sodium. La plupart des Américains ont un coefficient potassium/sodium (K:Na) inférieur à 1:2. Cela signifie qu’ils consomment deux fois plus de sodium que de potassium. Pour être en bonne santé, les chercheurs recommandent un régime avec un coefficient potassium/sodium supérieur à 5:1. Ce coefficient est dix fois supérieur à l'apport moyen. Il n'est cependant pas toujours optimal. Un régime riche en fruits et légumes peut entraîner un rapport K:Na supérieur à 50:1, car la plupart des fruits et légumes ont un rapport K:Na supérieur à 100:1. Par exemple, voici le rapport K:Na moyen de plusieurs fruits et légumes frais :

  • carottes 75:1
  • pommes de terre 110:1
  •  pommes 90:1
  • bananes 440:1
  • oranges 260:1

Pour supporter les glandes surrénales, l'apport journalier en potassium devrait être d'au moins 3 à 5 grammes par jour et le niveau de sodium ne devrait pas dépasser 1 500 mg par jour.

Optez pour une formule multivitamines et minéraux super puissante

Toutes les substances nutritives essentielles sont indispensables pour le support de la fonction surrénale. La vitamine C, la vitamine B6, le zinc, le magnésium et l'acide pantothénique en particulier sont des nutriments qui produisent les hormones sécrétées par les glandes surrénales. Pendant les périodes de stress, les suppléments de ces substances nutritives sous forme d'une formule multivitamines et minéraux super puissante, dosée à des niveaux supérieurs à ceux recommandés au quotidien pourraient être appropriés. On peut également l’utiliser comme support surrénal individuel.  

L'acide pantothénique est particulièrement important pour une bonne fonction des glandes surrénales. Une carence en acide pantothénique peut conduire à une atrophie surrénale caractérisée par la fatigue, le mal de tête, les troubles du sommeil, la nausée et une gêne abdominale. On peut le trouver dans les céréales complètes, les légumineuses, le choux fleur, le brocoli, le saumon, le foie, les patates douces et les tomates. Il est en outre conseillé de consommer au moins 100 mg d'acide pantothénique par jour.

Les suppléments d'huile de poisson réduisent les effets du stress mental

Il a été démontré que les huiles de poisson concentrées en EPA et en DHA ont des effets positifs sur les patients qui souffrent de problèmes psychologiques associés au stress, y compris dépression, les troubles bipolaires (syndrome maniaco-dépressif), les troubles de personnalité borderline et le déficit de l'attention associé à l'hyperactivité (DAAH).

Les résultats positifs des essais cliniques dans le domaine de ces troubles psychologiques indiquent que l'EPA et le DHA peuvent exercer un effet sur l'atténuation de la réaction au stress.

Dans une étude en double aveugle menée par la Michigan Technological University, la pression artérielle, le rythme cardiaque, l'activité du nerf sympathique et le flux sanguin des veaux ont été enregistrés au cours d'une expérience d'une durée de cinq minutes sur 67 sujets non hypertendus exposés au stress mental. L'évaluation a été faite avant et après 8 semaines d'attribution d'huile de poisson ou de supplément de placebo. Le dosage d'huile de poisson a fourni 1,6 g d'EPA, 1,1 g de DHA, soit un total de 2,7 g d’EPA+DHA.

Les résultats ont montré que l'huile de poisson a réduit l'augmentation de la fréquence cardiaque et de l'activité du nerf sympathique musculaire produite par le stress mental. Ils ont également démontré que les huiles de poisson ont réduit les effets du système nerveux sympathique sur le système cardio-vasculaire, ce qui indique que certains effets bénéfiques en cas de troubles psychologiques et cardio-vasculaires sont provoqués par cet effet central.

Il faut donc retenir que l'apport conseillé est d’environ 3 000 mg d’EPA+DHA si une personne est exposée quotidiennement à un important stress mental, cette formule est bonne pour le cerveau et le cœur et peut vous aider à combattre le stress.

Herbes pour le support surrénal

Il existe plusieurs plantes médicinales qui supportent la fonction surrénale. Parmi elles, on compte notamment le ginseng chinois (Panax Ginseng), le ginseng sibérien (éleuthérocoque senticosus)la rhodiola (Rhodiola rosacea) et l'ashwagandha (Withania somnifera). Toutes ces plantes ont un effet bénéfique sur la fonction surrénale et renforcent la résistance au stress. On les appelle souvent « adaptogènes » parce qu'elles nous aident à nous adapter au stress. On les a depuis toujours utilisées pour :

  • Restaurer la vitalité chez les personnes affaiblies ou fébriles
  • Augmenter le sentiment d'énergie
  • Améliorer les performances mentales et physiques
  • Prévenir les effets les négatifs du stress et améliorer la réponse du corps au stress.

Ces plantes peuvent être utilisées seules ou combinées entre elles

Le ginseng

Les ginsengs sibérien et chinois améliorent tous deux votre capacité à faire face à différents facteurs de stress physique et mental. On suppose que ces actions anti-stress sont déclenchées par des mécanismes qui contrôlent les glandes surrénales. Le ginseng retarde la manifestation et réduit la gravité de la « phase d'alerte » de la réaction du corps au stress à court et à moyen terme (syndrome de l'adaptation générale).

Les personnes qui consomment une de ces deux espèces de ginsengs rapportent généralement un sentiment de bien-être accru. Des études cliniques ont confirmé que les ginsengs sibérien et chinois réduisent tous deux considérablement les sentiments de stress et d’anxiété. Par exemple, dans une étude clinique en double aveugle, les infirmières qui passaient du tour diurne au tour de nuit ont fait une auto-évaluation de leurs compétences, de leur humeur et de leur bien-être général et on a testé leurs performances physiques et mentales. On a également fait une évaluation du nombre de globules blancs et rouges et de la chimie sanguine. Le groupe qui a consommé du ginseng chinois a fait preuve de valeurs relatives à la compétence, l'humeur et les performances mentales et physiques supérieures à celles qui ont reçu les placebos. Les infirmières qui ont pris du ginseng étaient plus alertes et plus sereines. Elles ont pu mieux travailler que les infirmières qui n'en avaient pas pris.

On a également conduit des expériences sur des animaux qui ont démontré que le ginseng a d’importants effets anti-anxiété. Dans différentes études, les effets anti-stress étaient comparables à ceux du diazépam (Valium). Le diazépam a toutefois provoqué des changements de comportement, a eu des effets sédatifs et a altéré l'activité motrice, alors que le ginseng ne comporte aucun de ces effets négatifs.

Sur la base d'études cliniques et sur les animaux, le ginseng semble offrir de nombreux bénéfices pour les personnes qui souffrent de stress et d'anxiété. Le ginseng chinois est en général considéré comme plus puissant que le ginseng sibérien et meilleur pour les personnes qui sont dans une phase de fort stress, qui se remettent après une longue maladie ou qui ont pris des corticostéroïdes pendant très longtemps. Chez les personnes qui sont dans des situations de stress moyen à modéré et qui souffrent d'une altération de la fonction surrénalienne moins marquée, le ginseng sibérien peut être un meilleur choix. Veuillez respecter les dosages suivants :

Ginseng chinois ou coréen (Panax Ginseng) :

  • Racine de ginseng crue de haute qualité : 1,5–2 g, 1 à 3 fois par jour
  • Extrait liquide : (avec un contenu de minimum 10,5 mg/ml de ginsénosides avec un rapport Rg1:Rb1 supérieur ou égal à 0,5 by HPLC) : 2 à 4 ml (1/2 à 1 cc) 1 à 3 fois par jour
  • Extraits en poudre déshydratés normalisés pour contenir 5 % de ginsénosides avec un rapport Rb1/Rg1 de 2:1 : 250 à 500 mg, 1 à 3 fois par jour

Ginseng sibérien (éleuthérocoque senticosus) :

  • Racine déshydratée : 2 à 4 g, 1 à 3 fois par jour
  • Extrait liquide (1:1) : 2 à 4 ml (1/2 à 1 cc) 1 à 3 fois par jour
  • Extrait de plantes solide (poudre sèche) (20:1 ou normalisés pour contenir plus d'1 % d'éleuthérosides E) : 100 à 200 mg 1 à 3 fois par jour

La rhodiola (Rhodiola rosea)

Une autre plante médicinale utilisée pour combattre le stress est la Rhodiola rosea (racine arctique), une plante médicinale traditionnelle utilisée en Europe de l'est et en Asie. Dans ces pays, on la recommande pour aider à combattre la fatigue et redonner de l'énergie. Des recherches modernes ont confirmé ces effets et ses qualités adaptogènes. L’action adaptogène de la rhodiola est toutefois différente de celle des ginsengs chinois et de Sibérie, qui agissent principalement sur l’axe hypothalamus - hypophyse - surrénales. La rhodiola semble exercer ses effets adaptogènes en agissant sur les neurotransmetteurs et l'endorphine. Elle semble offrir un avantage par rapport à d’autres adaptogènes dans des situations de stress intense parce qu’elle produit une grande sensation de détente et un effet anti-anxiété majeur. Une seule dose d'extrait de rhodiola avant des événements stressants peut aider à prévenir des perturbations des fonctions et des performances liées au stress. Comme pour le ginseng, ses effets positifs n'ont toutefois été notés qu'au bout d'une utilisation à long terme. Dans un essai randomisé de 60 patients souffrant de fatigue due au stress contrôlé par placebo, on a démontré que la rhodiola a des effets antifatigue et qu'elle augmente la performance mentale, en particulier la capacité de concentration, mais aussi qu’elle baisse la quantité de cortisol produite par l'organisme en réponse au stress.

Sur la base des résultats obtenus lors d'une étude clinique avec un extrait de rhodiola normalisé, les doses thérapeutiques varient selon le contenu en rosavine. Pour un dosage de 3,6 à 7,2 mg de rosavine, la dose journalière serait de 360 à 600 mg d'extrait normalisé pour 1 % de rosavine ; 180 à 360 mg pour 2 % de rosavine ; et 100 à 200 mg pour 3,6 % de rosavine.

Ashwagandha (Withania somnifera)

L'ashwagandha (Withania somnifera) a montré des résultats cliniques impressionnants dans le traitement du stress. Elle agit sur les systèmes biologiques naturels du corps en l’aidant à retrouver l'équilibre corporel et à normaliser les fonctions du corps. Elle aide à augmenter la résistance au stress et à réduire les réponses psychologiques aux événements stressants. L'ashwagandha offre toute sorte de bénéfices qui aident à rester en bonne santé.  Notamment, elle :

  • aide à prévenir les effets les négatifs du stress
  • augmente la résistance à la fatigue
  • promeut la clarté mentale et la concentration
  • supporte une gestion saine du poids en inhibant les réactions au stress qui peuvent conduire à une suralimentation
  • améliore la résistance au stress et à la tension
  • aide à protéger contre les effets du vieillissement en protégeant contre les dommages que la peau subit à cause des radicaux libres

Deux extraits d'ashwagandha apportent un soutien scientifique exceptionnel. KSM-66 et sensoril. Suivez les dosages recommandés des deux extraits de haute qualité. 

Faites attention avec la caféine

Il n'y a aucun doute que la caféine est un stimulant qui peut augmenter l'activité physique et mentale, mais cette augmentation est souvent associée à un mauvais sommeil et une stimulation excessive des glandes surrénales. Les Américains boivent trop de café, mais d'autres cultures ailleurs dans le monde, consomment des boissons traditionnelles de manière sûre et enthousiaste contenant une dose de caféine modérée qui les aide à traverser la journée avec un bon niveau d'énergie. Le café, le thé vert, la guarana, la noix de cola et cacao sont de bons exemples.

Sous sa forme naturelle, la caféine s'obtient par le biais de plantes qui ont tendance à diminuer ses effets négatifs tels que l'anxiété et la nervosité. Par exemple, le thé vert ne contient pas uniquement de la caféine, mais également de la l-théanine qui contraste avec certains effets négatifs de la caféine, tels que la nervosité et l’influence sur le sommeil.

Il existe certaines situations dans lesquelles je ne recommande pas de consommer une quantité de caféine excessive (par ex. un apport journalier supérieur à 30 - 50 mg), notamment chez les personnes très sensibles à la caféine ou qui souffrent d'insomnie, de dépression, d'anxiété, de fatigue chronique, de la maladie fibrokystique du sein ou d' hypertension. Si vous souffrez d'une de ces conditions et que vous essayez d'augmenter votre niveau d'énergie, je vous recommande les alternatives à base de plantes pour supporter les fonctions surrénales décrites ci-dessus.

Articles Associés

Tout afficher

Troubles

Une approche naturelle des risques communs pour la santé des femmes

Troubles

9 approches naturelles pour le soulagement de l'anxiété

Troubles

La DHEA, la testostérone - le déclin cognitif lié à l'âge et la démence