header_search header_signed-out header_signed-in header_cart sharefilled circlex circleexclamation iherbleaf
checkoutarrow
FR
Produit
Total :
Réduction :
Ensemble :
Quantité:
Cart Total:
Payer
Les clients ont également acheté:
24/7 Aide
beauty2 heart-circle sports-fitness food-nutrition herbs-supplements
Bien-être

Acides gras oméga-3

2 mai 2017

La plupart des Américains consomment beaucoup trop d'huiles riches en oméga-6 dans les viandes et la plupart des huiles végétales, mais ils souffrent d’une carence relative d'acides gras oméga-3. Cette situation est associée à un risque accru de maladies cardiaques et environ 60 autres problèmes, notamment le cancer, l’arthrite, les accidents vasculaires cérébraux, l'hypertension artérielle, les maladies de la peau et le diabète.

Les acides gras oméga-3 à longue chaîne contribuent largement à une bonne santé, comme l’acide eicosapentaénoïque (EPA en anglais) et l’acide docosahexaénoïque (DHA en anglais) trouvés dans le poisson ; surtout ceux d’eaux froides comme le saumon, le maquereau, le hareng et le flétan. Le corps peut convertir l’acide alphalinolénique, un acide gras oméga-3 à chaîne courte, à partir de l’huile de lin, mais il est bien plus efficace de l'obtenir à partir d'huiles de poisson. En outre, on constate que de nombreuses personnes ont du mal à convertir l’acide alphalinolénique en EPA et DHA.

Pourquoi les acides gras oméga-3 à longue chaîne sont-ils si importants ?

C'est lié à la fonction de ces matières grasses au sein des membranes cellulaires. Un régime alimentaire déficient en acides gras oméga-3, notamment en EPA et DHA, se traduit par une altération des membranes cellulaires. Sans membranes saines, les cellules perdent leur capacité de rétention d’eau, de nutriments essentiels et d'électrolytes. Elles perdent également leur capacité de communication avec d’autres cellules et de contrôle par hormones régulatrices. En un mot, leur fonction s'en retrouve considérablement amoindrie.

Le dysfonctionnement de la membrane cellulaire est un facteur critique dans le développement de presque toute maladie chronique, en particulier le cancer, le diabète, l’arthrite et les maladies cardiaques. Sans surprise, les acides gras oméga-3 à longue chaîne ont montré de formidables effets protecteurs contre toutes ces maladies. Les acides gras oméga-3 à longue chaîne, hormis l’acide alpha-linolénique, sont par ailleurs transformés en composés de régulation appelée les prostaglandines.

Ces composés accomplissent de nombreuses tâches essentielles dans le corps. Ils régulent l’inflammation, la douleur et les œdèmes ; ils jouent un rôle dans le maintien de la pression artérielle ; et ils régulent les fonctions cardiaques, digestives et rénales. Les prostaglandines participent également à la réponse aux allergies, favorisent la transmission de signaux le long des nerfs et contribuent à réguler la production de stéroïdes et d’autres hormones. En raison de leurs effets sur les prostaglandines et les composés dérivés, les acides gras oméga-3 à longue chaîne peuvent servir de médiateur dans de nombreux processus physiologiques, ce qui les rend aussi utiles dans pratiquement toutes situations pathologiques.

Qu'est-ce qui a changé votre opinion sur les acides gras oméga-3 à longue chaîne ?

Mon avis sur la supériorité des acides gras oméga-3 à longue chaîne par rapport à l'acide alphalinolénique ne date pas d'hier. J’ai toujours affirmé que si les fabricants parvenaient à résoudre certains problèmes concernant la commercialisation de sources d'EPA et de DHA, je les recommanderais les yeux fermés par rapport à l'huile de lin. J'ai privilégié l'utilisation de l'huile de lin par rapport aux huiles de poisson dans certains de mes livres (p. ex., Encyclopedia of Natural Medicine), car au moment de leur rédaction les compléments à base d’huile de poisson ont connu des problèmes MAJEURS.

Ces problèmes persistent toujours étant donné que la plupart des produits à base d’huile de poisson en capsule contiennent des niveaux très élevés de peroxydes lipidiques, de contaminants nocifs et de métaux lourds. Par ailleurs, compte tenu de la concentration relativement faible de ces produits en EPA et DHA, les gens devraient consommer au minimum 10 capsules de 1 000 mg par jour pour bénéficier des bienfaits thérapeutiques. C'est pourquoi il était tout simplement plus logique de recommander l’huile de lin. Une nouvelle avancée a néanmoins quelque peu changé mon point de vue, même si je pense toujours qu’il reste tout à fait sensé d’utiliser également l’huile de lin sur une base quotidienne.

De quelle nouvelle avancée s'agit-il ?

La capacité de produire une forme très concentrée d’acides gras oméga-3 à longue chaîne exempts de peroxydes lipidiques, métaux lourds, contaminants environnementaux et autres composés nocifs. Ces concentrés de lipides marins de « qualité pharmaceutique » sont tellement supérieurs aux produits à base d'huiles de poisson qu’ils révolutionnent littéralement la médecine nutritionnelle. Le produit RxOmega-3 Factors de Natural Factors est un exemple de cette nouvelle source révolutionnaire d’acides gras à longue chaîne. Les principales caractéristiques de ce produit par rapport à ceux à base d'huile de poisson sont les suivantes :

  • Disponible en capsules avec un liquide savoureux aromatisé à l'orange.
  • Chaque c.à.c. de RxOmega-3 Factors liquide fournit pas moins de 1 500 mg d’EPA et 750 mg de DHA.
  • Chaque capsule fournit 600 mg d’acides gras oméga-3 à longue chaîne (400 mg EPA/200 mg de DHA)*
  • Étapes de contrôle de la qualité pour s’assurer que le produit est exempt de peroxydes lipidiques, métaux lourds, contaminants environnementaux et autres composés nocifs.
  • Ratio d’acides gras oméga-3 par rapport à l'acide arachidonique > 50:1
  • Contient la quantité optimale de vitamine E naturelle comme conservateur.
  • Ratio 2:1 d’EPA et de DHA dans RxOmega-3

*Les Facteurs ont été le ratio dominant dans la plupart des études scientifiques réalisées à partir de produits à base d'huile de poisson de qualité pharmaceutique qui ont signalé des bienfaits cliniques

Les compléments à base d'huile de poisson préviennent-ils vraiment les maladies cardiaques ?

D’après les résultats de deux études très diffusées en 2002, la réponse est un oui catégorique. Le premier article, publié dans le JAMA (Journal of the American Medical Association), a établi une relation sans équivoque entre l’apport alimentaire de poisson et d'acides gras oméga-3 et la probabilité de développer des maladies coronariennes. Plus l’apport en acides gras oméga-3 est élevé, plus le risque de maladie coronarienne est faible. Cette relation était encore plus forte pour les décès dus aux maladies coronariennes. Le second article, publié dans le New England Journal of Medicine, a observé les niveaux d’acide gras oméga-3 dans le sang en se focalisant sur les personnes prenant des compléments. Les chercheurs ont constaté une relation remarquable entre le niveau d’acides gras oméga-3 présent dans le sang et la probabilité subséquente de mourir d'une maladie coronarienne.

L’utilisation de compléments à base d’huile de poisson peut réduire la mortalité cardiovasculaire globale de près de 45 %. Cet effet n’est pas lié à un changement du taux de cholestérol sanguin. L’effet bénéfique est très rapidement observable, généralement autour de trois mois après le début de l’étude. En revanche, les hypocholestérolémiants ne commencent en général à montrer des bienfaits qu’après un an ou plus de thérapie. Contrairement aux traitements médicamenteux, les acides gras oméga-3 fournissent des avantages remarquables et sont tout à fait sains et bon marché.

Pourquoi mon médecin ne m’a-t-il pas conseillé de prendre des acides gras oméga-3 à longue chaîne ?

Les médecins classiques ont mis du temps à recommander des interventions nutritionnelles. Les preuves scientifiques sur les bienfaits exceptionnels fournis par les acides gras oméga-3 à longue chaîne sont accablantes et incontestables. L'une des raisons pour lesquelles les médecins ne se sentaient pas à l'aise de recommander des compléments à base d’huile de poisson peut s'expliquer par le manque de contrôle de la qualité de ces produits. Ce problème a été résolu.

Quelle quantité de RxOmega-3 Factors dois-je prendre ?

Pour bénéficier des niveaux d'EPA et de DHA associés à une réduction significative du risque de maladie cardiaque, le dosage recommandé est de 1 000 mg au total par jour. Ce dosage s'obtient en prenant quotidiennement deux comprimés ou 1/2 c.à.c. de RxOmega-3. À des fins plus thérapeutiques, ce dosage peut être multiplié par trois ou quatre.

Pour l'état de santé général, la prise d'un comprimé quotidien fournit une dose d'acides gras oméga-3 supérieure à celle qui s'est révélée efficace contre la mortalité due aux maladies cardiaques dans des études cliniques rigoureuses, notamment celles publiées dans le JAMA et le New England Journal of Medicine, deux des revues médicales les plus respectées au monde. À des fins plus thérapeutiques, le dosage recommandé est de deux comprimés de deux à trois fois par jour.

Pourquoi ne pas tout simplement manger plus de poisson ?

De nombreuses études indiquent que la consommation de poisson offre une protection significative contre de nombreuses maladies, notamment les maladies cardiaques et le cancer. Cependant, presque tous les poissons contiennent d'infimes quantités de mercure. Dans la plupart des cas, ça n'est pas préoccupant, car le taux est très faible, mais si vous consommez beaucoup de poisson, cela peut poser problème. Deux à quatre portions par semaine est un bon objectif, mais une quantité plus importante peut s’avérer contre-productive. Les poissons les plus susceptibles d’avoir un taux de méthylmercure faible sont le saumon, la morue, le maquereau, le thon d’eau froide, le poisson-chat d’élevage et le hareng. L'espadon, le requin et d'autres grands poissons prédateurs contiennent en règle générale les taux de mercure les plus élevés. En d'autres termes, prendre un concentré de lipides marins de qualité pharmaceutique vous assure d'atteindre vos exigences en matière de précieux acides gras oméga-3 à longue chaîne, sans crainte d’empoisonnement au mercure.

Y a-t-il d'autres compléments à prendre en plus du concentré de lipides marins de qualité pharmaceutique ?

Absolument. Tout le monde nécessite une solide base nutritionnelle pour être en bonne santé. En plus d’un produit de haute qualité contenant des acides gras oméga-3 à longue chaîne, je recommande un complément MultiStart à haute teneur en vitamines et minéraux approprié selon votre âge et votre sexe, ainsi que Enriching Greens de Natural Factors.

Références :

  1. Hu FB, Bronner L,Willett WC, et al. Fish and omega-3 fatty acid intake and risk of coronary heart disease in women. JAMA 2002;287:1815-21.
  2. Albert CM, Campos H, Stampfer MJ, et al. Blood levels of long-chain n-3 fatty acids and the risk of sudden death. N Engl J Med 2002;346:1113-8.
  3. Bucher HC, Hengstler P, Schindler C, Meier G. N-3 polyunsaturated fatty acids in coronary heart disease: a meta-analysis of randomized controlled
    trials. Am J Med 2002;112:298-304.
  4. Stark KD, Park EJ, Maines VA, Holub BJ. Effect of a fish-oil concentrate on serum lipids in postmenopausal women receiving and not receiving hormone
    replacement therapy in a placebo-controlled, double-blind trial. Am J Clin Nutr 2000;72:389-94.
  5. Bougnoux P. n-3 polyunsaturated fatty acids and cancer. Curr Opin Clin Nutr Metab Care 1999;2:121-6.
  6. Calder PC. Omega 3 polyunsaturated fatty acids, inflammation and immunity.World Rev Nutr Diet 2001;88:109-16.
  7. Nordvik I, Myhr K-M, Nyland H, Bjerve KS. Effect of dietary advice and n-3 supplementation in newly diagnosed MS patients. Act Neurol Scand
    2000;102:143-149.
  8. Broughton KS, Johnson CS, Pace BK, Liebman M, Kleppinger KM. Reduced asthma symptoms with n-3 fatty acid ingestion are related to 5-series
    leukotriene production. Am J Clin Nutr 1997;65:1011-1017.
  9. Burgess JR, Stevens L, Zhang W, Peck L. Long-chain polyunsaturated fatty acids in children with attention-deficit hyperactivity disorder. Am J Clin Nutr
    2000;71(Suppl.1):327S-30S.
  10. Volker D, Fitzgerald P, Major G, Garg M. Efficacy of fish oil concentrate in the treatment of rheumatoid arthritis. J Rheumatol 2000;27:2343-6.

Articles Associés

Tout afficher

Bien-être

4 étapes pour une meilleure santé intestinale

Bien-être

Les meilleures herbes pour aider en cas de stress

Bien-être

La mélatonine – Pas seulement pour le sommeil