beauty2 heart-circle sports-fitness food-nutrition herbs-supplements
Bien-être

Rhodiola rosea—un adaptogène pour l’énergie, le fonctionnement du cerveau et plus encore

7 février 2019

Par Patricia L Gerbarg et Richard P Brown, docteurs en médecine

Dans cet article:

Rhodiola rosea (orpin rose, rhodiole, racine d’or ou racine arctique) est la plus puissante et la plus polyvalente des plantes médicinales réunies dans une catégorie d’élite que l’on qualifie d’adaptogènes en raison de leurs effets bénéfiques sur notre capacité à résister à un large éventail d’agents stressants, qu’ils soient physiques, psychologiques, toxiques, chimiques, infectieux, néoplasiques (cancéreux), vieillissants et autres.

R. rosea pousse à l’état sauvage à de hautes altitudes situées entre 2 500 et 3 000 m dans les montagnes de Sibérie, de Géorgie et de Scandinavie. Pendant des siècles, les populations vivant à ces altitudes ont récolté ses racines et les ont utilisées pour survivre dans des conditions difficiles. Le lieu où poussaient ces plantes étaient gardés secrets. Les racines étaient échangées contre de la nourriture et d’autres produits. Les empereurs chinois ont envoyé des expéditions pour ramener les précieuses racines connues sous l’appellation de « racine d’or » ou « racine royale ». On utilisait l’extrait de Rhodiola pour traiter les infections et pour augmenter l’énergie, améliorer les fonctions cérébrales, la force physique, la fertilité et la fonction sexuelle.

Aujourd’hui, en raison de la demande croissante en herbes adaptogènes, les plants sauvages de R. rosea sont une espèce protégée que l’on cultive beaucoup en Scandinavie et en Europe orientale. Bien que les espèces cultivées ne soient pas aussi puissantes que les versions sauvages, les plantes cultivées avec soin et extraites correctement peuvent être utilisées pour la fabrication de compléments efficaces. Vous pouvez identifier les produits offrant la meilleure qualité en consultant les publications d’experts en phytomédecine ou en trouvant des marques qui ont prouvé leur efficacité dans des études scientifiques publiées.

Des marqueurs sont utilisés pour vérifier que les produits disponibles contiennent de la véritable R. rosea sans adultérants. On utilise en particulier les rosavines, le salidroside (rhodioloside) et le tyrosol comme marqueurs actifs dans les extraits normalisés. Malheureusement, le système de normalisation n’est pas infaillible. Certaines entreprises peuvent désormais synthétiser des marqueurs et les ajouter à leurs produits d’extraits d’herbes médicinales pour satisfaire aux exigences de normalisation.

De nombreux composants bioactifs

Les gens se demandent souvent comment une seule herbe peut avoir autant d’effets thérapeutiques différents. La réponse est simple : les racines de R. Rosea contiennent des dizaines de composés bioactifs agissant chacun de manière individuelle et synergique (en travaillant ensemble). Par exemple, des effets antioxydants, anti-fatigue ou antidépresseurs. Des études génomiques montrent qu’une seule dose d’extrait de Rhodiola rosea pourrait affecter l’activité de plus de 800 gènes différents. Voici une liste des façons d’exploiter les avantages potentiels de cet adaptogène.

Augmenter et conserver le niveau d’énergie—Réduire la fatigue

L’augmentation de l’énergie est l’un des premiers effets que les gens constatent lorsqu’ils commencent à prendre la R. Rosea. Contrairement aux stimulants synthétiques, l’orpin rose produit une augmentation progressive de l’énergie, maintenue ensuite pendant environ 8 heures et suivie d’une diminution graduelle. Par conséquent, il ne provoque pas de dépendance ni de symptômes de sevrage.

En général, la R. rosea augmente la capacité des cellules à produire des molécules à haute énergie. C’est pourquoi de nombreux types de cellules (cellules musculaires, neurones et autres) obtiennent les réserves d’énergie nécessaires pour continuer à bien fonctionner pendant de longues périodes. De plus, les cellules ont plus d’énergie pour entretenir leurs mécanismes de réparation cellulaire. La R. rosea protège aussi les cellules contre les dommages oxydatifs, les toxines, les hautes et basses températures, les infections, les faibles niveaux d’oxygène et autres formes de stress.

La R. rosea peut aider à réduire la fatigue provoquée par différentes causes, y compris le stress, le surmenage, les maladies, le manque de sommeil et le vieillissement.

Devenez plus intelligent, naturellement

De nombreuses études ont montré que la Rhodiola rosea peut améliorer les fonctions cognitives, la mémoire et les performances mentales, en particulier dans des conditions stressantes. Par exemple, dans des essais contrôlés randomisées (ECR), les personnes ayant reçu de la R. rosea ont fait moins d’erreurs que celles ayant reçu un placebo. En outre, plus les tests duraient longtemps, plus la différence de performances était importante. Cela signifie que la plante a permis aux gens de conserver leur niveau plus élevé de performances sans s’épuiser mentalement pendant une durée allant jusqu’à 8 heures.

Le vieillissement chez les femmes : les changements liés à la ménopause

Dans la pratique clinique, nous trouvons que R. rosea est particulièrement bénéfique pour les femmes souffrant de « brouillard cérébral » pendant et après la ménopause. Cette phase de la vie comporte de multiples facteurs de stress, car les femmes doivent gérer à la fois leurs exigences professionnelles, leurs responsabilités familiales, le vieillissement de leurs parents et les nombreux problèmes de santé qui les affectent, elles et leurs proches. Ces stress ont tendance à augmenter à ce moment de la vie où le niveau d’énergie féminine tend naturellement à diminuer. Lorsque nos réserves d’énergie ne suffisent plus à gérer les exigences de la vie, fatigue, irritabilité et dépression légère nous guettent. Pour ne rien arranger, l’âge aidant, il devient de plus en plus difficile de faire plusieurs choses à la fois et de se souvenir des petits détails. Nous avions l’habitude de tout gérer sans faire d’erreurs, mais lorsque nous constatons que nous ne pouvons plus tout faire comme avant, la déception, l’insécurité et le manque d’estime de soi peuvent s’installer. Cela affecte aussi nos relations avec les gens.

La ménopause peut aussi être l’occasion de faire le point sur sa situation et sur sa santé. Elle peut nous inciter à modifier notre mode de vie, ce qui nous aidera à vivre plus longtemps, en meilleure santé et en harmonie. Bien sûr, l’orpin rose n’est pas un remède miracle, mais il peut considérablement nous aider en augmentant la quantité d’énergie disponible, en améliorant la concentration et l’humeur. Une étude intéressante menée auprès de femmes déprimées a révélé que Rhodiola rosea améliore non seulement leur humeur, mais aussi leur estime de soi.

Le vieillissement chez les hommes : les changements liés à la ménopause masculine (andropause)

La ménopause masculine peut commencer dès l’âge de 35 ans, avec un âge moyen de 44 ans. Elle peut se manifester par des changements hormonaux, physiques, psychologiques, interpersonnels, sexuels, sociaux et spirituels. La diminution du taux de testostérone, de la libido, de la fertilité, de l’énergie, de l’humeur, de l’estime de soi, de la force physique et du fonctionnement cognitif contribue à ces effets. Ces changements peuvent aussi survenir au moment où les hommes progressent dans leur carrière, assument plus de responsabilités et doivent consacrer plus de temps et d’énergie à leur travail. Ce peut également être le moment où les hommes reçoivent leurs premiers diagnostics d’hypercholestérolémie, d’hypertension artérielle, de douleurs thoraciques ou d’hypertrophie prostatique. Ça fait beaucoup de choses à gérer en même temps. L’orpin rose peut améliorer la résilience, la confiance, la productivité au travail et les performances sportives. Les études de la formule ADAPT, contenant R. rosea, Schizandra chinensis et Eleutherococcus senticosus, ont montré des améliorations significatives de l’endurance et des performances physiques.

Amélioration de l’humeur

On peut utiliser R. rosea pour traiter la dépression légère à modérée, en particulier le type de dépression provoquant fatigue et lenteur. On peut aussi l’utiliser comme adjuvant pour améliorer la réponse aux antidépresseurs prescrits par un médecin. Environ 30 % seulement des personnes qui se sont vues prescrire des antidépresseurs ont constaté une rémission totale. La majorité d’entre elles, qui ne présentent qu’une amélioration partielle, peuvent continuer à souffrir de symptômes résiduels. Dans de nombreux cas, la supplémentation de Rhodiola rosea peut être bénéfique.

Trouble du déficit de l’attention

Parce que l’orpin rose améliore la concentration, il peut être utile pour certaines cas de trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH). Pour les personnes atteintes d’un TDAH léger ou qui ne tolèrent pas les stimulants sur ordonnance, on peut envisager de prendre Rhodiola rosea. De plus, pour ceux qui utilisent des stimulants sur ordonnance, mais qui ne peuvent pas prendre des doses suffisamment élevées pour contrôler complètement leurs symptômes, l’ajout de Rhodiola peut être utile.

Mal des montagnes

Les personnes vivant à une altitude élevée utilisent Rhodiola rosea pour conserver force et endurance. Des études montrent une amélioration de la capacité des animaux à tolérer des conditions de faible teneur en oxygène. Dans notre travail clinique, nous avons découvert que les personnes qui voyagent à haute altitude peuvent prévenir les symptômes du mal des montagnes en prenant de l’orpin rose avant et pendant leur voyage.

Décalage horaire

De nombreuses personnes changent souvent de fuseau horaire et souffrent du décalage horaire. En prenant de la Rhodiola rosea le matin de l’arrivée et pendant les jours suivants, il est possible de réduire la durée d’adaptation nécessaire à un horaire différent.

Fertilité

Dans la médecine populaire traditionnelle, on utilise la Rhodiola rosea pour améliorer la fertilité des hommes et des femmes. Bien que cela n’ait pas fait l’objet d’études humaines formelles, des études portant sur des animaux suggèrent des bénéfices potentiels. Par exemple, une étude animale a montré que l’ajout d’orpin rose dans du sperme congelé pour l’insémination animale a amélioré la motilité et la vitalité du sperme.

Une étude modeste menée par un gynécologue russe portant sur un groupe de femmes atteintes d’aménorrhée (pas de cycles menstruels) a révélé que la prise de Rhodiola rosea restaure les menstruations normales chez environ 50 % des femmes étudiées. D’autre part, 50 % d’entre elles ont pu tomber enceintes.

La baisse de la fécondité affecte de plus en plus de personnes du monde entier. Elle pourrait être causée par des polluants chimiques dans l’environnement et les sources de nourriture. On repousse aussi de plus en plus le moment d’avoir des enfants et il est désormais tout à fait courant d’avoir des enfants à la fin de la trentaine. La fécondité diminue avec l’âge, tant chez les hommes que chez les femmes.

Dans la pratique clinique, nous combinons parfois la R. rosea avec d’autres plantes qui améliorent la fertilité, comme la maca (Lepidium meyenii). Pour les personnes et les couples qui retardent la procréation au-delà de 35 ans, la prise d’une dose quotidienne de Rhodiola peut prolonger et améliorer la fertilité. D’autres recherches sur l’utilisation de R. rosea en combinaison avec d’autres herbes adaptogènes pour améliorer la fertilité chez les humains sont nécessaires.

Neutraliser les effets indésirables des médicaments prescrits

De nombreux médicaments d’usage courant ont des effets secondaires indésirables, comme la fatigue et l’interférence avec les fonctions cognitives. Rhodiola rosea peut pallier ces effets secondaires et ainsi aider les patients à mieux tolérer leurs traitements.

Comment optimiser les bienfaits et minimiser les effets secondaires de Rhodiola rosea

Profiter au maximum la Rhodiola rosea

Parce que l’absorption de l’orpin rose est optimale à jeun, il est préférable d’en prendre 20 à 30 minutes avant le petit-déjeuner ou le déjeuner. En raison de ses effets activateurs, R. rosea peut perturber le sommeil en cas de prise en fin d’après-midi ou le soir.

Les descriptions en ligne de l’orpin rose indiquent parfois que ses effets diminuent après une utilisation de 6 à 8 semaines. Cependant, notre expérience nous a montré que, pour la plupart des gens, il peut être efficace lorsqu’il est pris de façon continue et à long terme, pendant de nombreuses années ou selon les besoins, avant et pendant les périodes de stress intense.

Effets indésirables et précautions à prendre avec Rhodiola rosea

En général, l’orpin rose est considéré comme sûr et ses effets secondaires sont relativement faibles. Cependant, certaines personnes peuvent être sensibles à ses effets stimulants. Ces personnes peuvent souffrir d’anxiété, d’irritabilité et d’insomnie. D’autres encore rêvent de manière intense pendant les deux premières semaines, mais sans que cela ne soit désagréable.

Les personnes sensibles aux stimulants et celles qui sont fragiles ou âgées devraient commencer par des doses plus faibles et augmenter la dose plus progressivement. L’orpin rose peut avoir des effets cumulatifs lorsqu’on le prend avec de la caféine ou des médicaments stimulants. Nous conseillons à nos patients de réduire ou d’arrêter la caféine lorsqu’ils prennent du R. rosea.

Les personnes atteintes de trouble bipolaire ne devraient prendre de la rhodiola que sous la supervision de leur médecin, car l’effet stimulant peut exacerber l’agitation et l’irritabilité.

À des doses plus élevées (supérieures à 450 mg par jour), la rhodiola peut avoir un léger effet sur les plaquettes, les éléments sanguins responsables de la coagulation. Si cela se produit, on remarquera une augmentation des ecchymoses. Aucun cas de saignement excessif n’a été signalé avec Rhodiola rosea. Cependant, en cas de prise de médicaments réduisant également la coagulation, comme l’aspirine ou l’ibuprofène, le nombre d’ecchymoses et la tendance aux saignements pourraient augmenter. Les personnes prenant des anticoagulants, par exemple la coumadine, devraient consulter leur médecin. Celui-ci pourrait vouloir vérifier leur temps de coagulation pour s’assurer qu’elles ne sont pas affectées. Il est recommandé d’arrêter de prendre de l’orpin rose 10 jours avant une intervention chirurgicale majeure.

Bien que Rhodiola rosea soit généralement bénéfique pour le cœur, les effets stimulants de cette plante pourraient exacerber l’arythmie cardiaque et la tachycardie (irrégularité et accélération du rythme cardiaque, respectivement).

Des études animales montrent que l’orpin rose n’est pas tératogène, ce qui signifie qu’il ne provoque pas de malformations congénitales. L’innocuité pendant la grossesse et l’allaitement n’a cependant pas été étudiée chez l’humain.

Interactions entre plante et médicaments

L’une des idées fausses entourant l’orpin rose est qu’il pourrait interagir avec de nombreux médicaments en raison de son influence sur les enzymes CYP (impliquées dans le métabolisme de nombreux médicaments). Cette méprise est due à une étude dans laquelle des extraits de la R. rosea ont été testés in vitro (ajoutés aux autres substances dans un tube à essai). Les effets des extraits de plantes in vitro peuvent être très différents de leurs effets lorsqu’ils sont absorbés par des personnes ou d’autres animaux (in vivo). Lorsque les compléments sont ingérés, ils sont décomposés par les enzymes digestives et soumis à des processus métaboliques qui les transforment en différents composés appelés métabolites secondaires. Ceux-ci peuvent ne présenter aucune interaction significative avec les médicaments et même avoir l’effet inverse de ce qui a été observé lors des essais in vitro.

La seule façon de prouver une interaction entre une plante et un médicament est de les tester simultanément sur des sujets humains. Jusqu’à présent, il n’a pas été démontré que la Rhodiola rosea provoque des interactions cliniquement significatives avec la plupart des médicaments. On peut cependant noter un effet inhibiteur modeste sur le CYP2C9 chez les humains. Cela pourrait être cliniquement pertinent lors d’un traitement avec des substrats du CYP2C9 (médicaments qui sont également métabolisés par la même enzyme) avec une fenêtre thérapeutique étroite tels que la phénytoïne et la warfarine. Encore une fois, tout changement dans les effets de la phénytoïne et de la warfarine peut être contrôlé par un médecin qui ajustera la posologie en conséquence.

Quelle est la posologie la plus efficace pour la Rhodiola rosea ?

La posologie optimale pour la Rhodiola rosea dépend des besoins et des sensibilités de la personne concernée. Elle dépend aussi de la puissance de la marque et du produit utilisé.

Certaines personnes constatent des effets dès 50 mg/jour, tandis que d’autres peuvent avoir besoin d’une dose allant jusqu’à 400 mg deux fois par jour. La dose moyenne chez l’adulte se situe entre 300 et 600 mg/jour. Les études montrent qu’il n’y a aucun avantage à prendre plus de 900 mg/jour au total.

Une approche raisonnable consiste à commencer par une dose modérément faible (150 mg par jour, par exemple) et à l’augmenter de 150 mg tous les 3 à 7 jours jusqu’à l’apparition des premiers effets. En cas d’effets secondaires, il se peut qu’il ne soit pas possible d’augmenter la dose ou que l’augmentation devra se faire plus progressivement.

Dans les cas de dépression résistante aux traitements, de TDAH ou de troubles cognitifs, il peut être nécessaire de prendre jusqu’à 900 mg par jour, sauf en cas d’effets secondaires. En cas de doses plus élevées (de 450 à 900 mg/jour), il faut surveiller les patients pour déceler des ecchymoses et leur conseiller d’éviter les anticoagulants comme les produits contenant de l’aspirine.

Pour obtenir des instructions plus précises sur la posologie pour différentes affections, vous pouvez consulter Brown et Gerbarg, 2009 et 2017.

Références :

  1. Brown RP, Gerbarg PL, and Ramazanov Z. 2002. A Phytomedical Review of Rhodiola rosea. Herbalgram, 56:40-62.
  2. Brown RP, Gerbarg PL, and Graham, B. 2004. The Rhodiola Revolution. New York: Rodale Press.
  3. Brown RP, Gerbarg PL., and Muskin PR. 2009. In How to Use Herbs, Nutrients, and Yoga in Mental Health Care. New York: W.W. Norton & Company.
  4. Brown RP and Gerbarg PL. 2012. Non-drug Treatments for ADHD. New Options for Kids, Adults, and Clinician. New York: W.W. Norton & Company.
  5. Darbinyan, VG, Aslanyan, et al. 2007. “Clinical trial of Rhodiola rosea L. extract SHR-5 in the treatment of mild to moderate depression. Nord J psychiatry 61(5): 343-348.
  6. Gerbarg PL, Brown RP. 2017. Integrating Rhodiola rosea in Practice: Clinical Cases. Complementary and Integrative Treatments in Psychiatric Practice, edited by Gerbarg PL, Brown RP and Muskin PR. Washington D.C., American Psychiatric Association Publishing, pp 135-142.
  7. Gerbarg PL, Brown RP. 2016. Pause menopause with Rhodiola rosea, a natural selective estrogen receptor modulator. Phytomedicine. 23(9):763-9.
  8. Gerbarg PL and Brown RP. 2016. Chapter 28: Therapeutic Nutrients and Herbs. In Psychiatric Care of the Medical Patient 4th Edition. David D’Addona, Barry Fogel, and Donna Greenberg (Eds.) Oxford University Press, Inc., New York. pp 545-610. ISBN-13: 978-0199731855, ISBN-10: 0199731853.
  9. Panossian A, Gerbarg PL. 2016. Chapter 13. Potential Use of Plant Adaptogens in Age-Related Disorders. In Lavretsky H, Sajatovic M, Reynolds C. Complementary and Integrative Therapies for Mental Health and Aging. New York, Oxford University Press, pp 197-212. USBN: 978-0-19-938086-2.   
  10. Panossian, A, Hovhannisyan, A, Abrahamyan, H, et al. 2009. Pharmacokinetic and pharmacodynamic study of interaction of Rhodiola rosea SHR-5 extract with warfarin and theophylline in rats. Phytother Res Mar 23(3): 351-7.
  11. Shevtsov, VA, Zholus, I, et al. 2003. A randomized trial of two different doses of a SHR-5 Rhodiola rosea extract versus placebo and control of capacity for mental work. Phytomedicine 10(2-3): 95-105.
  12. Spasov, AA, Wikman, GK, et al. 2000. A double-blind placebo-controlled pilot study of the stimulating and adaptogenic effect of Rhodiola rosea SHR-5 extract on the fatigue of students caused by stress during an examination period with a repeated low-dose regimen. Phytomedicine 7:85-89.
  13. Thu OK, Spigset O, Nilsen OG, et al. 2016. Effect of commercial Rhodiola rosea on CYP enzyme activity in humans. Eur J Clin Pharm. 72(3)295-300. doi: 10.1007/s00228-015-1988-7.

Articles Associés

Tout afficher

Bien-être

Film alimentaire réutilisable à base de cire d'abeille

Bien-être

L-sérine : une approche radicale à la SLA, à la maladie de Parkinson et à la maladie d'Alzheimer

Bien-être

Améliorez votre santé en rechargeant vos mitochondries