beauty2 heart-circle sports-fitness food-nutrition herbs-supplements
Troubles

Qu'est-ce que SIBO ? Comment le soigner ?

13 novembre 2017

Dans cet article:

La prolifération bactérienne intestinale, communément appelée SIBO, peut sembler une nouvelle pathologie, mais j'ai déjà écrit à propos de ce sujet il y a plus de 35 ans. À l'époque, au début des années 1980, on s'intéressait beaucoup à la prolifération de Candida albicans dans le tractus intestinal en tant que facteur d'un ensemble complexe de symptômes. Pourtant, j'ai remarqué que plusieurs des patients que je voyais avaient ces symptômes, mais il n’y avait aucune preuve indiquant que candida était hors de contrôle. Quelque chose d'autre devait être responsable de leurs symptômes et une prolifération de bactéries dans l'intestin grêle semblait être une très bonne explication. Au cours des 10 dernières années, dans le monde de la recherche ainsi que sur Internet, SIBO est devenu le nouveau mot à la mode. Heureusement, il existe des réponses pertinentes.

Le SIBO expliqué

L'estomac et l'intestin grêle sont conçus pour être relativement exempts de microorganismes. La raison devrait être évidente. En effet, la présence de microorganismes en croissance dans l'intestin grêle les pousserait à utiliser les différents nutriments avant d'avoir eu une chance d'être absorbés. Le résultat est la fermentation des hydrates de carbone et la putréfaction des protéines. Cela peut produire beaucoup de gaz ainsi que des symptômes digestifs qui ressemblent au syndrome du côlon irritable (SCI) en plus de certains symptômes supplémentaires. Le SCI est associé à une combinaison de :

  •  Douleur abdominale ou distension
  •  Altération de la fonction intestinale, constipation ou diarrhée
  •  Hypersécrétion de mucus du côlon
  •  Symptômes dyspeptiques (flatulences, nausées, anorexie)
  •  Divers degrés d'anxiété ou de dépression

Avec SIBO, il existe souvent d'autres symptômes associés, notamment :

  •  Cerveau « confus »
  •  Fatigue
  •  Douleur articulaire
  •  Problèmes de peau : acné, eczéma, éruptions cutanées ou rosacée
  •  Perte de poids

Comment SIBO est-il diagnostiqué ?

La principale façon dont le SIBO est diagnostiqué cliniquement est le test de l'haleine. Le test implique que le patient avale une dose de glucose ou de lactulose, puis respire dans un sac de collecte toutes les 20 minutes pour la mesure de l'hydrogène et du méthane. Normalement, ces gaz ne sont pas expirés en grande quantité, mais avec SIBO, leurs niveaux peuvent être assez élevés. Des deux sucres utilisés pour le test, le glucose donne habituellement des résultats plus significatifs, mais ne représente que la prolifération bactérienne dans la première partie de l'intestin grêle. Le lactulose est plus utile si la prolifération survient dans l'iléon, la dernière partie de l'intestin grêle.

Le diagnostic de SIBO par le biais d'un test respiratoire est annoncé si le patient expire l’hydrogène ou le méthane d’une façon plus importante que la normale. SIBO peut être à dominante d’hydrogène, de méthane ou des deux. Le SIBO à dominante d'hydrogène est le plus associé à la diarrhée, tandis que celui à dominante de méthane est le plus associé à la constipation. Cette différence reflète une prolifération de différents types de bactéries intestinales.

Un bref aperçu de l'intestin grêle

L'intestin grêle mesure habituellement plus de 640 cm de long et est divisé en trois segments : le duodénum est le premier et mesure de 300 à 360 cm, le jéjunum est le milieu et mesure environ 240 cm, et l'iléon mesure environ 360 cm.

L'intestin grêle participe dans tous les processus de la digestion, de l'absorption et du transport des aliments ingérés. Il sécrète une variété de substances digestives et protectrices et il reçoit également les sécrétions du pancréas, du foie et de la vésicule biliaire.

L'absorption des minéraux se produit principalement dans le duodénum, l'absorption des vitamines hydrosolubles, des hydrates de carbone et des protéines se produit principalement dans le jéjunum, et l'iléum absorbe les vitamines liposolubles, les lipides, le cholestérol et les sels biliaires.

Quelles sont les causes du SIBO ?

SIBO représente souvent une défaillance dans les mécanismes de protection. Il existe plusieurs facteurs intégrés qui empêchent la prolifération bactérienne dans l'intestin grêle, principalement les sécrétions digestives de la bile et des enzymes digestives ainsi que les contractions péristaltiques qui déplacent le bolus alimentaire dans l'intestin grêle. Le manque d'enzymes, de bile ou d'autres sécrétions digestives ainsi que la réduction du péristaltisme augmentent considérablement le risque d'une prolifération bactérienne ou de candida ainsi que d'une infection intestinale, y compris des infections chroniques du tractus gastro-intestinal dues à candida.

Une autre barrière principale à la prolifération bactérienne dans l'intestin grêle est la valve iléo-caecale qui sépare le côlon de l’intestin grêle. Tout comme une porte, cette barrière mécanique est conçue pour empêcher un nombre très grand de bactéries résidant dans le côlon d'entrer dans l'intestin grêle.

Traitement de SIBO

Le plus souvent, le traitement de SIBO implique un régime pauvre en hydrates de carbone combiné avec des stratégies pour faire face à la prolifération bactérienne. Un régime pauvre en FODMAP est apparu comme le principal complément alimentaire. Les FODMAP sont des glucides à chaîne courte (oligosaccharides) et des sucres fermentés par des bactéries intestinales produisant une grande quantité de gaz, comme l'hydrogène ou le dioxyde de carbone, provoquant ainsi des ballonnements abdominaux. Les sources de FODMAP comprennent la plupart des légumineuses, des légumes, des fruits et des céréales. Ainsi, le régime alimentaire est extrêmement limitatif et non durable. Heureusement, des études récentes indiquent que l'utilisation de suppléments enzymatiques digestifs, en particulier ceux conçus pour digérer les divers oligosaccharides et sucres, peut être aussi efficace pour améliorer les symptômes digestifs sans avoir à renoncer à autant d'aliments sains.

En ce qui concerne la prolifération bactérienne, le traitement médical conventionnel de SIBO repose principalement sur l'administration d'antibiotiques. Cependant, cette approche crée finalement des problèmes supplémentaires en raison de la perturbation ultérieure du microbiome. En revanche, l'approche naturelle se concentre sur la lutte contre la prolifération bactérienne en restaurant le bon fonctionnement des barrières protectrices à la SIBO ou bien sur les stratégies de supplémentation conçues pour produire des effets similaires. Le but ultime est d'utiliser un traitement substitutif à l'acide chlorhydrique (HCl), des enzymes digestives et des agents à base de plantes qui favorisent les sécrétions biliaires et le péristaltisme (par exemple, la berbérine, le gingembre, l'artichaut, le chardon et d'autres cholérétiques). Il est également utile d'utiliser des agents naturels pour réduire la prolifération bactérienne. À mon avis, les enzymes digestifs, la berbérine et l'huile de menthe poivrée entérosoluble sont les meilleurs de ces agents.

Les enzymes digestives et le SIBO

Les enzymes digestives, en particulier les protéases et les lipases, sont un important facteur de protection contre le SIBO. La production insuffisante d'enzymes digestives du pancréas est associée à de nombreux symptômes associés au SIBO et peut représenter un facteur sous-jacent principal dans de nombreux cas. Les enzymes digestives sont également les mécanismes de défense de l'hôte dans l'intestin qui empêchent la formation de biofilm - une collection de bactéries étroitement serrées qui adhèrent à la muqueuse de l'intestin grêle dans une matrice visqueuse et gluante. En général, les bactéries produisant du méthane sont plus susceptibles de produire du biofilm et sont souvent plus difficiles à éliminer. Les enzymes digestives sont capables de ronger la matrice du biofilm tout en agissant comme un moyen luttant contre la prolifération bactérienne dans l'intestin grêle. En général, pour SIBO, je recommande une préparation enzymatique digestive de haute puissance comme Digest Gold à prendre juste avant un repas.

La berbérine et le SIBO

Les plantes qui renferment l'alcaloïde berbérine comme l'hydraste du Canada (Hydrastis canadensis), l'épine-vinette (Berberis vulgaris), le cépage de l'Orégon (Berberis aquifolium) et le Coptide chinois (Coptis chinensis) ont une longue histoire d'utilisation dans la lutte contre la diarrhée infectieuse. Plus récemment, de nombreuses études portant sur la berbérine pure ont montré un succès significatif dans le traitement de la diarrhée aiguë. La berbérine s'est révélée efficace contre les diarrhées causées par différents types d'organismes, dont E. coli (diarrhée du voyageur), Shigella dysenteriae (shigellose), Salmonella paratyphi (intoxication alimentaire), B. Klebsiella, Giardia lamblia (giardiase), Entamoeba histolytica (amibiase) et Vibrio cholerae (choléra).

Ces résultats indiquent que la berbérine semble être efficace dans le traitement de la majorité des infections gastro-intestinales courantes avec des résultats comparables aux antibiotiques standards dans la plupart des cas. En fait, les résultats étaient meilleurs dans plusieurs études. L'avantage de la berbérine par rapport aux antibiotiques conventionnels est qu'elle exerce une action antimicrobienne sélective car elle cible un large éventail d'organismes pathogènes, y compris Candida albicans, mais n'exerce aucune action contre les espèces bactériennes promouvant la santé telles que les espèces Lactobacilli et Bifidobacteria.

Plusieurs autres études suggèrent que la berbérine pourrait être efficace dans la lutte contre SIBO. Dans les exemples animaux, la berbérine améliore la motilité intestinale. Cette action est un autre objectif clé chez les patients atteints de SIBO. Et, alors que la berbérine n'a pas été étudiée dans le SIBO, elle a été étudiée dans le syndrome du côlon irritable avec de très bons résultats. Dans une étude en double aveugle en 2015 publiée dans Phytotherapy Research, 196 patients atteints du SCI (syndrome de l'intestin irritable) à prédominance de diarrhée ont été tirés au sort pour recevoir soit de la berbérine (200 mg) soit un placebo (vitamine C 200 mg) deux fois par jour pendant huit semaines. Le groupe qui a reçu de la berbérine, mais pas le groupe placebo, a signalé une atténuation significative de la diarrhée et une évacuation intestinale moins urgente et de faible fréquence. Le groupe berbérine a également connu une réduction de 64,6 % des douleurs abdominales par rapport à l’état initial. La berbérine a significativement diminué les symptômes du SCI, l’anxiété et la dépression. Enfin, et sans surprise, la berbérine a été associée à une meilleure qualité de vie chez les patients alors qu'aucun changement de ce type n'a été observé chez le groupe placebo.

La berbérine a été largement étudiée dans les essais cliniques pour abaisser la glycémie, les lipides et l'hypertension. Dans plus de 25 études en double aveugle, la berbérine a montré une efficacité comparable à celle des médicaments conventionnels dans ces applications. J'en parle parce que dans ces études, la dose était généralement de 500 mg deux à trois fois par jour avant les repas. Ce niveau de dosage peut entraîner des résultats plus rapides que ceux trouvés dans l'essai de huit semaines pour le traitement du SCI et est plus probable que le dosage qui montrerait des résultats plus cohérents dans le traitement du SIBO. La berbérine est ma plante préférée que je recommande pour traiter le SIBO surtout lorsque la diarrhée est fréquente.

L’huile de menthe poivrée entérosoluble et le SIBO

L'huile de menthe poivrée entérosoluble (ECPO pour « enteric-coated peppermint oil ») est une autre option de traitement de SIBO. L'huile de menthe poivrée et les huiles volatiles présumées similaires, telles que celles que l'on trouve dans l'origan, le romarin, le thym et les graines de cumin, présentent un certain nombre d'effets bénéfiques utiles dans le traitement de SIBO. Comme la berbérine, ces composés volatiles exercent des effets antimicrobiens sélectifs et ECPO a montré de très bons résultats dans le traitement du SCI. On pense que l’enrobage entérosoluble est nécessaire parce que le menthol et d'autres composés volatiles dans l'essence de menthe poivrée sont rapidement absorbés. Cette absorption rapide tend à limiter ses effets sur la partie supérieure de l'intestin grêle et peut entraîner un reflux œsophagien et des brûlures d'estomac.

Près d'une douzaine d'études en double aveugle ont montré que les préparations de l'ECPO sont extrêmement utiles dans le traitement du SCI. ECPO est pensée pour travailler en améliorant les contractions rythmiques du tractus intestinal et en soulageant les spasmes intestinaux. Un avantage supplémentaire de ces huiles volatiles est leur efficacité contre les bactéries ou Candida albicans qui peuvent être en train de proliférer dans l'intestin grêle. La posologie habituelle de l'ECPO est de 200 mg deux fois par jour entre les repas.

Commentaires finaux

Une fois que les symptômes montrent que la prolifération des bactéries a été réduite, un test respiratoire répété ou une évaluation des symptômes déterminera l’efficacité du traitement. Si les symptômes sont 90 % meilleurs, la prochaine étape sera la prévention contre le SIBO récurrent en continuant ce régime. Si les symptômes persistent après une période de prise d’antimicrobiens, il peut être utile de répéter le test d'haleine pour déterminer à quel point les niveaux ont changé et pour déterminer si un traitement continu est nécessaire.

Articles Associés

Tout afficher

Troubles

Approches naturelles pour inverser la chute des cheveux

Troubles

Les herbes naturelles et la démence vasculaire

Troubles

Des approches naturelles à la constipation