header_search header_signed-out header_signed-in header_cart sharefilled circlex circleexclamation iherbleaf
checkoutarrow
FR
Produit
Total :
Réduction :
Ensemble :
Quantité:
Cart Total:
Payer
Les clients ont également acheté:
24/7 Aide
beauty2 heart-circle sports-fitness food-nutrition herbs-supplements
Bien-être

13 Traitement naturels contre le Rhume et la Grippe

6 décembre 2017

Par Eric Madrid Médecin

Dans cet article:

Le simple rhume, un type d’infection des voies respiratoires supérieures (URI), est l’infection la plus fréquente qu’une personne rencontrera au cours de sa vie. On estime qu’il y a plus de 220 différents virus du rhume qui affectent les êtres humains. Après l’exposition, la maladie met d’un à trois jours pour démarrer et un rhume dure en général sept jours, mais dans certains cas plusieurs semaines. Le même virus n’infecte jamais deux fois la même personne et il n’y a pas de traitement pour le simple rhume, il y a des moyens d’empêcher l’infection.

Plus dangereux que le virus du rhume, c’est le virus de la grippe, connu aussi comme La grippe.  La grippe affecte des millions de personnes à travers le monde chaque année. Parfois la grippe peut provoquer le décès d’individus à risque (notamment les diabétiques, les malades des poumons, les personnes âgés et les malades du cancer). Le décès est généralement la conséquence d’une infection bactérienne secondaire comme la pneumonie qui peut se produire lorsque le système immunitaire d’une personne a été affaibli.

Empêcher la maladie de se déclencher

La prévention est vraiment la meilleure médecine et c’est particulièrement vrai quand il s’agit de du simple rhume et de la grippe.  Il y a des moyens de fortifier votre corps de manière à résister aux infections :

Régime alimentaire – Ayez un régime alimentaire sain, riche en fruits et en légumes de couleurs variées. Cela fournit des antioxydants, qui protègent le corps et prépare le système immunitaire contre les virus et les bactéries.

Se laver les mains – Se laver fréquemment les mains avec un savon antibactérien et de l’eau chaude est le meilleur moyen d’empêcher la propagation d’une maladie virale. En plus, il est crucial d’éviter de se frotter les yeux et le nez. Un désinfectant pour les mains de qualité devrait aussi être à portée de main.

Eviter les contacts avec les malades– Si possible, évitez d’approcher des personnes malades. Si vous ne pouvez l’éviter, faites-en sorte qu’il y ait suffisamment d’air frais afin de diluer la quantité de germes dans l’air ambiant auquel vous êtes exposé.

Tousser dans son coude – Lorsque vous êtes malade, toussez dans votre manche ou dans votre coude au lieu de tousser et d’éternuer dans votre main. Rappelez à ceux qui sont autour de vous de faire la même chose.

Bien dormir – Suffisamment de sommeil est nécessaire pour garder le système immunitaire fort.  Une étude publiée en 2016 dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) a montré que moins de 6 heures de sommeil par nuit augmentait le risque de s’enrhumer.

Traitement conventionnel

Antihistaminiques

Les antihistaminiques peuvent minimiser les symptômes d’un rhume, au moins dans les premiers jours. Une étude publiée en 2014 par la base de données de Cochrane Review a conclu que « les antihistaminiques avaient un effet bénéfique à court terme (jour un et deux du traitement) sur la gravité des symptômes généraux…. Mais pas à long terme ». Malgré tout, les médecins recommandent fréquemment des antihistaminiques comme :

  • Diphenhydramine (Benadryl) – un antihistaminique habituel sans ordonnance qui cause de la somnolence
  • Loratadine (Claritin), fexofenadine (Allegra) ou cetirizine (Zyrtec) – un antihistaminique sans somnolence.

Sirops contre la toux

  • Dextrométhorphane (Delsym, Robitussin, etc.)
  • Sirop antitussif Prométhazine
  • Parfois, lorsqu’un médecin le prescrit, de la codéine, un narcotique léger, est ajouté au sirop. Cela peut être dangereux, en particulier pour les enfants.  

Médicaments contre la douleur

Prescrits contre les maux et douleurs pendant un grave rhume.

  • Acétaminophène (Tylenol, Paracétamol) – utile pour beaucoup lorsqu’on le prend sur le court terme, s’il est pris sur le long terme, cela peut devenir nocif pour le foie et diminuer l’antioxydant Glutathion.
  • Les AINS (médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens) - Ibuprofène (Motrin, Advil), Naproxène (Aleve, Naprosyn) et Célécoxib (Celebrex) sont utiles lorsqu’on s’en sert seulement pendant quelques jours. Pourtant, si on les prend sur le long terme, ces médicaments augmentent le risque de maladies rénales, d’attaques cardiaques et d’AVC, selon la Federal Drug Administration (agence du médicament aux Etats-Unis) qui surveille la sureté des médicaments aux Etats-Unis.

Médicaments antiviraux contre la grippe

  • Zanamivir (Relenza) et oseltamivir (Tamiflu) réduisent les symptômes de la grippe pendant un jour quand on les prend 48 heures après le déclenchement de la maladie, comparé avec la prise de placébo. Tamiflu peut coûter jusqu’à 150 US$.

Vaccination contre la grippe

  • La vaccination contre la grippe peut être utile aux personnes avec des maladies chroniques telles le diabète et les maladies pulmonaires. Le centre de contrôle des maladies (CDC) aux Etats-Unis recommande le vaccin contre la grippe pour toutes les personnes à partir de 6 mois. Demandez à votre médecin si une vaccination contre la grippe est adaptée pour votre cas.

Traitements naturels

Il y a beaucoup de vitamines et de plantes naturelles qui ont été étudiées pendant des années aider à réduire les symptômes d’un rhume et ceux de la grippe.  

Pastilles de zinc Le Zinc est un minéral.  De nombreuses études montrent les bienfaits du zinc dans la prévention d’un simple rhume. Une étude publiée en 2016 dans le British Journal of Clinical Pharmacology a conclu que « les patients atteints d’un simple rhume devraient essayer des pastilles de zinc pour le traiter » pendant qu’une étude effectuée en 2017 en a conclu que « les patients atteints d’un simple rhume devraient être instruits d’essayer les pastilles d’acétate de zinc au cours des premières 24 h suivant le déclenchement des symptômes. »

Il est conseillé de prendre des pastilles de zinc dès que vous êtes exposé à un virus. Cet important complément minéral devrait trouver sa place dans l’armoire à pharmacie afin de le commencer dès qu’on ressent les premiers symptômes. Une autre étude publiée en 2017 a montré que les pastilles de gluconate de zinc et les pastilles d’acétate de zinc montrent le même effet. Dose recommandée :  Pastilles de zinc 30 mg tel que prescrit sur l’étiquette.

Vitamine C  La vitamine C, connue aussi comme acide ascorbique, est recommandée depuis des dizaines d’années pour prévenir les simples rhumes mais les êtres humains ont une mutation génétique qui les rend inaptes à produire de l’acide ascorbique au contraire d’autres espèces. Une étude datant de 2014 a montré que la vitamine C pouvait atténuer le risque de s’enrhumer mais aussi d’en réduire la durée, en comparaison avec la prise de placébo (pastilles de sucre). D’autres études ont montré que, soumis au stress physique, nous sommes plus susceptibles de bénéficier de la vitamine C et de la prévention du rhume. Cependant, il est nécessaire d’effectuer plus d’études. Dose recommandée : 500 mg à 2 000 mg par jour.

Vitamine D – Il a été montré que de faibles taux en vitamine D, habituels pendant l’hiver, étaient associés un risque accru de s’enrhumer ou de contracter une infection grippale. Optimiser ses apports en vitamine D et s’exposer à la lumière du soleil peut être un bon moyen de contribuer à prévenir une infection.   Dose recommandée : Vitamine D 2 000 à 5 000 IU par jour.

Probiotiques Il a été montré que les probiotiques étaient efficaces dans la prévention des infections des voies respiratoires supérieures et il semble que ce soit un traitement prometteur contre les sinusites chroniques. Une étude effectuée en 2015 par Cochrane Review a montré que les personnes prenant des probiotiques étaient moins susceptibles de développer une infection des voies respiratoires supérieures, de nécessiter une prise d’antibiotiques et de manquer l’école, en comparaison avec des sujets qui ne prenaient pas de probiotiques.

En outre, une étude menée en 2016 dans un journal populaire consacré aux allergies a conclu que les probiotiques introduits par voie nasale pouvaient contribuer à guérir les problèmes de sinus chroniques. Il existe une foule d’études qui démontrent l’importance d’un microbiome intestinal sain et son rôle pour la santé d’une façon générale.  Selon les éléments probants d’une étude en 2017, il a été suggéré que « une mauvaise santé intestinale accroit le risque de problèmes de sinus et d’inflammation dans les voies sinusales ». Dose recommandée : 5 à 60 milliards d’unités de probiotiques par jour sont conseillées.

Lactoferrine La lactoferrine est une protéine qui a des propriétés aussi bien antibactériennes qu’antifongiques, selon des études. Cette protéine est généralement trouvée dans le tissu des voies sinusales et peut être utile aux personnes souffrant de fréquentes infections des voies respiratoires supérieures.  Dose recommandée : 300 mg par jour.

Miel  La toux est un symptôme habituel d’une infection des voies respiratoires supérieures. L’efficacité du sirop contre la toux et les soucis de sécurité à propos des enfants ont inquiété beaucoup de personnes. L’utilisation du miel est devenue un traitement populaire contre la toux et il est recommandé aux enfants par les médecins de famille et les pédiatres.  Une étude menée en 2017 montre que le miel améliore les toux de jour ou de nuit chez les enfants souffrant de rhume.

En 2016, Dr. Grogan a affirmé dans le Journal  of The American Academy of Family Physicians,  que « donner du miel pour combattre les symptômes de la toux chez les patients de moins de 18 ans peut réduire la fréquence et la gravité de la toux et améliorer le sommeil des patients et de leurs parents, comparé à l’utilisation d’un placébo ou si on les laisse sans traitement ».

Compléments alimentaires à base de plantes

Les compléments alimentaires à base de plantes jouent un rôle important dans le traitement des symptômes du rhume aussi bien dans la médecine traditionnelle chinoise que dans la médecine ayurvédique. Veuillez trouver ci-dessous une liste de ceux qui se sont montrés efficaces dans le traitement des infections respiratoires virales.

Astragalus Membranaceus Utilisée depuis plus de 2 000 ans, cette plante adaptogénique est un stimulant immunitaire et on pense qu’elle contribue à prévenir les infections des voies respiratoires supérieures.  Dans la médecine traditionnelle chinoise, elle est fréquemment utilisée en association avec d’autres plantes.  Une étude menée en 2013 sur des enfants avec des maladies rénales chroniques a montré que cette plante réduisait la probabilité de s’enrhumer.  Plus de recherches sont nécessaires.  Dose recommandée : Astragalus 500 à 1 000 mg par jour.

Baie de sureau – (Sambucus nigra L.) Elle est historiquement utilisée par les cultures indigènes pour traiter les infections des voies respiratoires supérieures. Une étude conduite en 2016 a conclu que la baie de sureau entrainait une diminution importante de la durée d’un rhume et une atténuation de sa sévérité chez les passagers qui avaient consommé la plante. Des études ont également montré que la baie de sureau était active contre le virus de la grippe.  Dose recommandée : Baie de sureau 600 à 900 mg/jour,

Echinacée L’échinacée est utilisée depuis près de 2 000 ans. Une étude publiée en 2016 dans Holistic Nurse Practitioner a démontré que l’échinacée pouvait aider à prévenir le simple rhume.  D’autres études ont montré des résultats similaires. On la consomme fréquemment sous forme de thé ou en compléments. Dose recommandée : échinacée 400 mg une ou deux fois par jour

Ail – Nous savons tous que l’ail peut faire fuir les vampires et une future épouse, mais peut-il également faire fuir un virus de rhume ? L’ingrédient actif dans l’ail, c’est l’allium sativum. Une étude pratiquée en 2001 a évalué 146 personnes.  On a donné à la moitié un complément à base d’ail et à l’autre moitié une pastille de sucre (placébo). Après 12 semaines, l’auteur a fait la conclusion suivante « Il résulte que les volontaires dans le groupe actif furent moins susceptibles de s’enrhumer et qu’ils se sont remis plus rapidement quand ils ont été infectés. Les volontaires prenant le placébo ont été plus susceptibles de s’enrhumer pendant la période de traitement.  Un complément à base d’allicine (ail)peut empêcher d’attraper le virus du simple rhume ».

Un examen plus récent datant de 2014 au cours duquel plusieurs études furent évaluées n’a pas clairement prouvé une preuve insuffisante de l’efficacité de l’ail et que des études supplémentaires étaient nécessaires. Aucun effet secondaire n’a été constaté.  Dose recommandée : Ail 100 mg par jour.

Chirette verte – Un complément à base de plante, provenant d’Inde et habituellement utilisé en Asie. Une étude datant de 2004 a conclu que cette plante « pouvait être un traitement efficace contre les symptômes infection des voies respiratoires supérieures ». Une étude à double insu contrôlée par placébos menée en 2010 a aussi montré que la chirette verte avait accompli de meilleurs résultats dans la réduction des symptômes d’une infection des voies respiratoires que le placébo.  Dose recommandée : Chirette verte 300- 400 mg jusqu’à 3 fois par jour.

Infusion -   Il n’y a rien de plus apaisant qu’une tasse de thé chaude pour aider à minimiser les symptômes d’une infection respiratoire. On compte parmi ceux-ci, thés le thé à la menthe, au gingembre ou à base d’échinacée ou autres. Apprenez-en plus sur les thés thérapeutiques.

Huiles essentielles  Les huiles essentielles de romarin, de menthe et d’eucalyptus sont recommandées pour alléger les symptômes d’un rhume, selon une étude faite en 2011. Ils contribuent aussi à alléger les symptômes de la grippe. Elles peuvent être utilisées avec un diffuseur ou directement massées sur la poitrine.

Résumé

Des infections avec un virus pathogène peuvent être à l’origine de beaucoup de maux, du simple rhume à la grippe mortelle. Actuellement, il n’y a pas de remède contre ces infections. Pourtant, il existe des mesures à prendre pour les empêcher, en réduire les symptômes et renforcer le système immunitaire.  Certains traitements sont développés par l’industrie pharmaceutique alors que d’autres sont des complémentaires alimentaires à base de plantes, utilisées depuis des milliers d’années par la médecine traditionnelle chinoise, par la médecine ayurvédique, par les praticiens de santé holistique et maintenant par des gens à travers le monde entier.  Les personnes à la recherche de méthodes naturelles pour soigner une maladie redécouvrent la sagesse de nos ancêtres. Qu’importe la voie que vous choisirez, si vos symptômes respiratoires ne s’améliorent pas au bout de quelques jours, allez consulter un professionnel de santé qualifié pour vous assurer qu’une infection plus sérieuse n’est pas présente. Vivez de manière vertueuse et portez-vous bien !!

Références :

  1. Prather AA, Leung CW. Association of Insufficient Sleep With Respiratory Infection Among Adults in the United States. JAMA internal medicine. 2016;176(6):850-852. doi:10.1001/jamainternmed.2016.0787.
  2. Cochrane Database Syst Rev. 2015 Nov 29;(11):CD009345. doi: 10.1002/14651858.CD009345.pub2.
  3. Hemilä, H., Petrus, E. J., Fitzgerald, J. T., and Prasad, A. (2016) Zinc acetate lozenges for treating the common cold: an individual patient data meta-analysis. Br J Clin Pharmacol, 82: 1393–1398. doi: 10.1111/bcp.13057.
  4. Hemilä H, Fitzgerald JT, Petrus EJ, Prasad A. Zinc Acetate Lozenges May Improve the Recovery Rate of Common Cold Patients: An Individual Patient Data Meta-Analysis. Open Forum Infectious Diseases. 2017;4(2):ofx059. doi:10.1093/ofid/ofx059.
  5. Johnston CS, Barkyoumb GM, Schumacher SS. Vitamin C Supplementation Slightly Improves Physical Activity Levels and Reduces Cold Incidence in Men with Marginal Vitamin C Status: A Randomized Controlled Trial. Nutrients. 2014;6(7):2572-2583. doi:10.3390/nu6072572.
  6. Hao Q, Dong B, Wu T. Probiotics for preventing acute upper respiratory tract infections. Cochrane Database of Systematic Reviews 2015, Issue 2. Art. No.: CD006895. DOI: 10.1002/14651858.CD006895.pub3
  7. Am J Rhinol Allergy. 2016 Nov 1;30(6):202-205. doi: 10.2500/ajra.2016.30.4372
  8. Vickery TW, Ramakrishnan VR. Bacterial Pathogens and the Microbiome Otolaryngol Clin North Am. 2017 Feb;50(1):29-47. doi: 10.1016/j.otc.2016.08.004.
  9. Psaltis, A. J., Wormald, P.-J., Ha, K. R. and Tan, L. W. (2008), Reduced Levels of Lactoferrin in Biofilm-Associated Chronic Rhinosinusitis. The Laryngoscope, 118: 895–901. doi:10.1097/MLG.0b013e31816381d4
  10. Am Fam Physician. 2016 Jul 1;94(1):20-1. Honey for Acute Cough in Children. Grogan SP, Egitto EA.
  11. Z ou C, Su G, Wu Y, Lu F, Mao W, Liu X. Astragalus in the Prevention of Upper Respiratory Tract Infection in Children with Nephrotic Syndrome: Evidence-Based Clinical Practice. Evidence-based Complementary and Alternative Medicine : eCAM. 2013;2013:352130. doi:10.1155/2013/352130.
  12. Krawitz C, Mraheil MA, Stein M, et al. Inhibitory activity of a standardized elderberry liquid extract against clinically-relevant human respiratory bacterial pathogens and influenza A and B viruses. BMC Complementary and Alternative Medicine. 2011;11:16. doi:10.1186/1472-6882-11-16.
  13. Ross SM. Echinacea purpurea: A Proprietary Extract of Echinacea purpurea Is Shown to be Safe and Effective in the Prevention of the Common Cold. Holist Nurs Pract. 2016 Jan-Feb;30(1):54-7. doi: 10.1097/HNP.0000000000000130.
  14. Lissiman E, Bhasale AL, Cohen M. Garlic for the common cold. Cochrane Database of Systematic Reviews2014, Issue 11. Art. No.: CD006206. DOI: 10.1002/14651858.CD006206.pub4.
  15. Schwalfenberg G. Vitamin D for influenza. Canadian Family Physician. 2015;61(6):507.
  16. Joanna Thompson Coon, Edzard Ernst Andrographis paniculata in the Treatment of Upper Respiratory Tract Infections: A Systematic Review of Safety and Efficacy Planta Med 2004; 70(4): 293-298 ]
  17. Saxena RC, Singh R, Kumar P, et. Al A randomized double blind placebo controlled clinical evaluation of extract of Andrographis paniculata (KalmCold) in patients with uncomplicated upper respiratory tract infection.
  18. Phytomedicine. 2010 Mar;17(3-4):178-85. doi: 10.1016/j.phymed.2009.12.001. Epub 2010 Jan 25.

Articles Associés

Tout afficher

Bien-être

4 étapes pour une meilleure santé intestinale

Bien-être

Les meilleures herbes pour aider en cas de stress

Bien-être

La mélatonine – Pas seulement pour le sommeil